Guingamp – Sainté (0-2), la Paysan Breton Académie livre ses notes

Cela faisait quelques temps que vous n’aviez pas entendu parler de la Paysan Breton Académie. Tiraillé par mes déboires judiciaires avec les écoles primaires j’avais pris congés loin de la plèbe. Mais dans cette période trouble pour l’avenir de la France je me devais de revenir.

En effet, il nous faut faire barrage. Pour le bien de la France. Pour le bien de l’Europe ! Faisons barrage à l’AS Saint-Etienne et son football mousseux de bandeurs mous. Car si les Bretons n’ont plus rien à jouer dans cette fin de saison, l’objectif de cette journée s’il fallait en trouver un était de tuer les ambitions européennes des Verts. Club qui rend la moitié des Français narcoleptiques à force de regarder leurs affreuses prestations du dimanche après-midi. Plus soporifique que douze épisodes de Barnaby.

Cela dit, étant donné que vous n’avez pas entendu parler de Guingamp sur ce site depuis quatre mois vous avez peut-être besoin d’une petite mise à jour. Et bien sachez que vous n’avez rien loupé déjà. Ou si peu. L’En Avant navigue dans le ventre mou de la ligue 1 autour de la 10e place depuis le début d’année et n’a jamais douté de la saison, ne descendant pas plus bas que la 11e place. En coupe de France, ils ont fait un parcours de corrompus pour échouer tout récemment face au Angers du stratège Stéphane Moulin en demi-finale.
L’En Avant pratique un football plutôt chiant cette saison, se reposant essentiellement sur des exploits de ses individualités. Marçal, Briand et Salibur porte le jeu offensif de l’équipe. Le premier cité est d’ailleurs blessé pour cette rencontre. C’est Martins-Pereira qui le supplée. Le reste, c’est du classique.

Johnsson – Ikoko, Kerbrat, Sorbon, M.Pereira – Salibur, Didot, Deaux, Coco – Briand (c), Mendy

La bataille

Dans les premières minutes c’est notre couloir gauche qui se montre le plus entreprenant. Malgré trois arrières gauches de métier dont deux qui ont la santé de Gregory Lemarchal c’est Martins-Pereira, habituel latéranal droit, qui occupe le poste ce soir et qui multiplie les débordements. La défense stéphanoise muselle cependant bien Alexandre Mendy qui est la cible préférée des centres du latéranal.

Côté stéphanois c’est Romain Hamouma le plus en vue dans le premier quart d’heure. Le Stéphanois profite des largesses défensives bretonne pour prendre la profondeur. Johnson supplée parfaitement ses centraux.

Au quart d’heure de jeu les Guingampais ont une première opportunité dans la surface. Didot tape un coup franc que dévie légèrement Briand. Sorbon avait suivi mais Ruffier est le plus prompt et s’empare du ballon. Cinq minutes plus tard c’est Coco et Briand qui partent en contre et affolent la défense Stéphanoise. L’ex Lyonnais ouvre sur la droite pour Salibur qui longe le couloir, entre dans la surface, feinte son vis-à-vis, change la bougie de son camtar et centre fort vers Mendy qui reprend à côté.
Mendy justement, est très remuant en ce début de match. À la demi-heure de jeu il bataille et gagne le ballon dans le rond central à l’aide de son énorme fessier d’hippopotame et sert Briand sur la droite. Jimmy est absolument seul à l’entrée de la surface mais traine un peu trop pour se décider à tirer. Finalement il centre vers Salibur qui manque le ballon.
Juste avant la pause, les Bretons ont une nouvelle occasion d’ouvrir le score. Ikoko lance Mendy au duel avec Perrin qui sert Salibur. Yannis résiste au retour de Malcuit et frappe pied droit. Ruffier repousse du même pied.

À la pause les deux équipes sont à égalité et se neutralisent dans un match avec beaucoup de déchets. Guingamp a eu quelques occasions pendant que les Stéphanois n’ont pas tiré la moindre fois, ces gros impuissants.

Bernard Caiazzo est lui aussi un peu perplexe sur cette première mi-temps.

Cependant ces infertiles de Stéphanois vont être beaucoup plus dangereux en deuxième période. Bien aidé par les Guingampais.
Peu avant l’heure de jeu Corgnet reprend de la tête un corner de Veretout et oblige Johnsson a faire son premier arrêt du match d’une belle claquette. Et le corner suivant sera le bon pour les Verts puisque Pajot surgit devant Kerbrat et trompe le portier suédois. EAG 0-1 ASSE.

Guingamp tente de réagir via son armada d’attaquants. Salibur dans son couloir droit centre vers Briand qui manque sa tête. La trajectoire surprend Coco qui n’a pas le temps de rabattre sa tête. C’est au-dessus.
À jeter toutes ses forces dans la surface adverse les Costamoricains se font prendre en contre. Hamouma emmène les siens dans un trois contre deux qu’il finira par jouer assez mal. Cherchant à servir Veretout devant le but pour prendre à revers les deux défenseurs Guingampais, il ne voit pas Kerbrat revenir et intercepter sa passe.
Hamouma a une nouvelle occasion de doubler la mise dans les minutes qui suivent mais Jonhsson est dans un bon soir.

Guingamp aura une dernière bonne occasion avec l’entrée de Privat. L’attaquant apporte un peu de poids (environ 140 kilos d’obésité) sur l’attaque mais ne cadre pas sa tête sur un nouveau bon centre de Salibur. Et dans la foulée Saint-Étienne va doubler la mise sur un penalty provoqué par Kerbrat et transformé par Kerbrat. EAG 0-2 ASSE.

La plus belle image du match c’est celle-ci.

C’est d’ailleurs le plus beau profil d’un habitant de Saint-Étienne.

 

Les paysans notés :

Johnson (3/5) : Il sort un gros match avec de belles parades. Mais ce soir sa défense avait décidée d’augmenter la difficulté. « Tiens connard, je prends pas mon joueur au marquage démerde toi pour arrêter cette tête à bout portant. Oh et puis si je faisais un croche-patte dans la surface pour que tu te manges un peno à arrêter ». Sympa les potes.

M.Pereira (3/5) : Très actif dans son couloir il a adressé deux-trois bons centres. Pas inquiété pendant son temps de jeu puisqu’il était sur le terrain dans le temps le plus faible de Sainté avant de céder sa place à Sankoh après avoir senti une douleur au mollet.

Sorbon (3/5) : Propre, Jérémy a assuré contrairement à son compère axial.

Kerbrat (1/5) : Bouffé par Vincent Pajot et son physique de phasme tétraplégique sur le premier but, il est coupable d’un geste complètement con qui provoque le penalty. Sale soirée, j’ai d’abord cru à un samedi soir aux horsjeuïades ou à un résultat de premier tour d’un socialiste.

Ikoko (3/5) : Dans son registre habituel, il a livré une copie honorable d’abord à droite, tantôt à gauche à la sortie de M.Pereira.

Didot (2/5) : Pas suffisamment présent, on le voit avec parcimonie réciter un football très élégant fait de transversales et d’ouvertures lumineuses cependant. Mais il a un sacré déficit physique pour évoluer à ce poste.

Deaux (3/5) : Roublard au regard putassier azur, l’ex-Nantais se défonce sur tous les ballons et à largement haussé son niveau de jeu au fil de la saison. Il fait parti des meilleurs Guingampais de la saison. On aimerait presque qu’il y ait d’avantage de sang.

Coco (2/5) : Timoré, il a quelque peu remué dans son couloir mais s’est fait trop facilement manger par cette contrefaçon de footballeur qu’est Kevin Malcuit.

Salibur (4/5) : Le Guingampais le plus en jambe et le plus dangereux offensivement. Il énormément provoqué et créé des situations de but. Mais il était entouré d’incapables ce soir.

Briand (2/5) : Peu en vue.

Mendy (2/5) : Il est très à l’aise pour aspirer la totalité des ballons offensifs vers lui. Le problème est essentiellement ses limites techniques pour l’utilisation du ballon. Son seul dribble consiste à se mettre en pause-caca pour pousser son adversaire avec ses fesses. Il est assez talentueux dans le domaine il paraît qu’il a déjà tué de cette manière.

Les grouillots :

Sankoh : Relativement correct.

Privat : Pour apporter du poids d’homme phoque.

Giresse : Acclamé par le Kop Rouge, la légende a botté un coup franc en toute fin de match qui aurait pu faire ficelle si la ribambelle d’attaquants ne s’était pas emmêlée les pinceaux.

Gwen Tagrenmer, autre légende mais dans des pratiques de vertues un peu plus basses.

Gwen Tagrenmer

Bienvenue chez la Paysan Breton Académie. L'Académie qui sent la mer quand elle décalotte. Si tu te pointes encore sur ce profil, tu peux être sûr que tu repars avec la bite dans un tupperware.

4 Comments

  1. Léger pour un retour, mais bon, c’est à l’image de l’EAG, dans le ventre mou! Ravi de relire cette académie, vivement l’Europe et Sloan président pour organiser la reprise des concours de biscotte.

  2. Vous avez le bonjour de Ruffier, Gwen. Dommage que Nolan Roux soit au piquet, il aurait aimé marqué contre vous.

    Merci de nous laisser Kombouaré pour la saison prochaine. On veut bien vous envoyer Lemoine en échange.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *