BORDEAUX-GUINGAMP (3-1) LA SCAPULAIRE ACADÉMIE S’ENFLAMME

«Si vous voulez savoir la vérité, écoutez les fous » Ça tombe bien, ce n’est pas ce qui manque…


Sans vouloir jouer les vieux cons, le numérique et les réseaux sociaux ont considérablement bouleversé notre façon de tout appréhender.  Je ne vais pas vous ennuyer avec la théorie du verre à moitié vide (et par conséquent  du verre pas assez plein). Oui Twitter ou Facebook et compagnie permettent de vivre les passions plus intensément, facilitent les contacts dans le monde entier et ouvrent le champ des possibles. Mais voyez-vous, tout a un prix. Cette présentation mielleuse des réseaux sociaux et du monde en 2.0 ne nous suffit pas. Petit à petit, nous sommes tombés avec une frénésie honteuse,  dans une course aux amis, aux abonnés, aux followers, appelez les comme vous le voulez. Petit à petit, tout est rangé, classé et trié par intérêt. Sans que vous ne vous en aperceviez, vous êtes au milieu d’une communauté.

Vous ne  rencontrez  que des gens qui aiment les mêmes choses que vous, des camarades qui ont les mêmes idées. Tout cela crée un petit microcosme parfait où la moindre contradiction est intolérable. Si tu n’es pas comme moi, tu ne m’intéresses pas, si tu ne rentres pas dans la case prévue à cet effet, je te trouverai une autre case. C’est ainsi. Et dans chaque petite communauté, y’a toujours un Kevin en puissance qui veut sortir son épingle du jeu en inventant des contacts avec des agents, annonçant saucisses sur saucisses, espérant ainsi voir  augmenter sa misérable audience. C’est la course à l’outrance et aux commentaires péremptoires.

Et la presse traditionnelle est à mettre dans le même sac. L’Equipe s’amuse à faire un top/flop du mercato deux semaines seulement après sa clôture, deux putains de semaines ! Si un joueur rate son match, c’est une chèvre, la cellule de recrutement est à raser. Après trois victoires, on espère presque déjà soulever , à défaut de madame, la coupe aux grandes oreilles. Et quand, tu essaies d’apporter un peu de nuance, tu deviens, aux yeux des apôtres de l’immédiateté, un pisse-froid sans grand intérêt. Le serpent se mord la queue. C’est parfait.

Vous vous demandez, sans doute, pourquoi, j’ai décidé d’insister sur ce point aujourd’hui (Je vous laisse un instant pour vous poser la question, nous pensons aussi aux lecteurs les plus lents). La communauté girondine ne fait malheureusement pas exception à la règle, entre le twittos brésilien qui connait par cœur le moindre compatriote qui débarque en Europe ou le spécialiste « mercato » (jaloux du succès de @girondinfos) toujours à la pointe des news et qui implore le club de recruter le milieu défensif azéri du FK Astana, les colériques, les amoureux transits, les éternelles nostalgiques. Nous sommes tous rangés dans une case, et c’est bien triste de n’être réglé qu’en mode binaire.


Le Match

On est troisième. Le contrat est rempli. Mais il va falloir corriger les premières minutes des matchs. Comme contre Toulouse, les gars se sont fait surprendre dès le coup d’envoi. Toulalan, en retard, tente un tacle assez improbable. Bruno Bastien désigne le point de penalty. Briand s’élance, sans trop y croire, et effectue une frappe qu’on n’oserait même pas de qualifier « de femme enceinte », ni même « de grand-mère », tellement elle fut ridicule. Costil s’en empare presque en sifflant. Mais nous n’aurons pas toujours la chance de tomber sur un Corentin Jean maladroit ou un Briand qui ne le fut guère. Samedi prochain se profile Paris, si on fait la même entame de match, la sanction sera irrémédiable.

 

Coeur sur toi Jimmy

La suite du match fut bien meilleure. Le milieu s’est imposé petit à petit. Malcom pèse terriblement sur la défense bretonne. Kamano bénéficie des espaces, Otavio régale au milieu, l’équipe semble sûre d’elle, puissante et équilibrée. Je vais arrêter là, on dirait les commentaires de Gaétan Huard sur BeinSport. Gourvennec a beau jouer le « calimero » de service en se plaignant du traitement médiatique insuffisant, on ne peut pas dire que le consultant de Bein et accessoirement ancienne gloire du club (si, si quand même, n’insistez pas) soit d’une impartialité totale. Il est à deux doigts de commencer toutes ses phrases par des « On va finir par le marquer ce but, bordel ». Mais il le fait avec un tel sourire qu’on lui pardonne. Par contre, on imagine  la gueule du supp’ d’en face qui doit rager. C’est d’autant plus facile pour nous à imaginer cette détresse que nous la vivons systématiquement à chaque fois que nous sommes diffusés sur Canal. On est toujours le con d’un autre.

La victoire ne souffre au final d’aucune contestation. Malgré l’égalisation concédée dans les premières secondes de la deuxième mi-temps (tiens, tiens…), les Girondins n’ont jamais arrêté de jouer. On n’est pas encore habitué à tout ça nous. Ca fait presque bizarre. Les Bretons ont visiblement décidé de jouer exclusivement  les contres laissant la possession et les initiatives aux Bordelais. Si c’était un plan, on peut s’autoriser, sans prendre trop de risque,  à dire qu’il était complètement débile. Malcom n’en demandait pas tant. A force d’essayer, il donne un caviar à Mendy. Guingamp ne s’en remettra pas. Cafu conclura le score et le match.

Allégorie du plan de Kambouaré


Les Notes

Costil 4/5 Il arrête le péno, rassure tout le monde sur le coup franc de Salibur. Benoit s’impose en gironde dans le cœur des supporteurs. Ça ne sera pas probablement suffisant pour convaincre la Dèche pour la sélection.

Pellenard 3/5 Théo a parfaitement tenu son côté. Très sérieux et appliqué, il a plutôt bien tenu Salibur. On ne le dira jamais assez, le gamin gagne sa place petit à petit,  laissant Contento en tribune. Comme quoi le vide a parfois du bon.

Toulalan 2/5 Il provoque le pénalty avec beaucoup de naïveté. Moins à l’aise que d’habitude, il a semblé souffrir sur les rares attaques bretonnes. Mais il est bien plus précieux dans la relance que l’ensemble des ordonnances Macron.

Jovanovic 3/5 Il s’impose tellement dans l’équipe qu’il relègue notre bucheron polonais à un rôle de figurant. Seul ombre au tableau, il contre la frappe de Salibur trompant du même coup Costil. Le serbe a même réussi à éviter le carton jaune quand l’équipe s’est mis en mode faucheuse. Parfait.

Sabaly 3/5 On a retrouvé Youssouf. Notre latéral a donc choisi les lions de la Téranga d’Aliou Cissé, il y retrouvera la terrible bande du Haillan (Lamine Sané et Henri Saivet) qu’on regrette presque autant qu’une épidémie de gastro en pleine semaine du goût.

Otavio 4/5 Magistral. Il fallait lire les commentaires à l’époque lors de son arrivée. En voici un petit florilège  « Un sombre inconnu », « dommage de ne pas avoir attendu pour signer Nampalys Mendy », ou encore « L’amateurisme du recrutement bordelais ». Les spécialistes Mercato fleurissent sur twitter. Ils connaissent tous les effectifs de tous les championnats, supplient le club de superviser l’Eredivisie, vantent les mérites du nouvel ailier supervisé sur une partie de Football Manager. Personne ne connaissait Otavio. Et pourtant …

Par contre, il ne va pas falloir trop compter sur sa force de frappe plus proche de la garde suisse que de celle de Kim Jong-un.

Lerager – Otavio – Sankharé

Lerager 2+/5 Match sérieux du Danois. Il n’obtient que la moyenne à cause de sa faculté à se mettre en danger sur des actions anodines, à prendre des jaunes franchement évitables. Et pis, on est toujours un peu plus sévère avec ses chouchous. Remplacé par Mendy à la 63ème qui a marqué rapidement avec une joie toute contenue contre son ancienne équipe. Très intéressant pour peser sur la défense, Alexandre voue une passion débordante pour l’arbitre de touche et son drapeau. C’est la seule raison valable qui explique sa manie à être tout le temps hors- jeu.

Sankharé 3/5 Quel impact sur le jeu !!! Mis à part une relance complètement ratée qui aurait pu couter cher, Younouss a régulé le milieu. Il offre même un amour de passe à Cafu.

Kamano 3/5 Un pénalty provoqué, un but, du jeu, des débordements, le Guinéen aime jouer contre Guingamp.  Remplacé par Vada à la 88ème qui sera exempté  de critiques pour une fois.

Malcom 4/5 Profitez les amis, profitez. On a l’honneur de voir un maestro sur le terrain, un petit génie du foot qui va finir par conquérir l’Europe puis le monde. Auteur d’un match plein et d’une passe décisive de toute beauté, Malcom a fait de Ikoko et Camara ses petits jouets.

 Malcom/Ikoko

De Préville 2/5 L’homme à la particule a eu des actions pour ouvrir son compteur. Il loupe son péno, un face à face et une reprise. Ça ne suffira pas à gâcher notre dimanche. Remplacé par Cafu à la 74ème qui achève des Bretons résignés. Le Bbrésilien fera taire les premières conclusions hâtives de nos spécialistes locaux en manque d’acidité.


 Les Z’otres

On les aime bien mais on ne va pas s’éterniser non plus. L’EAG ne fait pas un mauvais match dans son ensemble. Thuram est vraiment bon. Salibur joue par intermittence mais il est dans tous les bons coups et Briand a tout raté sauf son interview qui ne rapporte pas de point. Kerbrat et Camara ont sombré dans le match, tuant dans l’œuf tout espoir de victoire.


Le reste

Le troll est parfait. Après des prestations modestes, Yambéré vient égaliser au Groupama Stadium (on ne va pas gêner pour citer le super nouveau nom du merveilleux outil). Touré était resté à Angers probablement sous bonne escorte (on l’a refait une dernière fois, promis). Maazou se rappelle à notre bon souvenir en faisant un bon match de merde comme il en a le secret mais en marquant… Hadi Sacko galère toujours à Leeds et Diego Rolan claque un doublé contre Bilbao. Faut bien se montrer au cas où La Corogne venait à descendre hein…

La preuve en image

On se retrouve la semaine prochaine après le match à Paris pour le duel des invaincus. Sur que c’est excitant tout ça mais légèrement flippant… En attendant, vous pouvez suivre mes navrantes saillies sur twitter. A suivre…



Kiki Musampala

Élevé en fûts de chêne et mis en bouteille au château.Exilé à Charlestown. Voisin de Rimbaud et de Francis Maroto.

16 Comments

  1. Lire une academie qui fait mousser lautre guignol de girondinfos fallait le faire. Ca critique le copinage twitter mais ca fait la meme ici.Difficile de trouver un remplacant à Claude Peze. Et l’esprit anal cest pas dire de la merde.

  2. On ne peut (et on ne veut) pas plaire à tout le monde. Je ne cherche en aucune façon à remplacer Claude Pèze. Je l’ai dit et redit et re-re-dit. Mais libre à vous de me reprocher mes académies modestes.
    Je ne critique pas le copinage de « Twitter » mais le mode binaire des réseaux sociaux. Visiblement, soit j’ai mal écrit mon papier soit vous l’avez lu trop vite.
    A bientôt.

  3. Je ne critique pas lacademie dans son ensemble, juste ce passage où on règle des comptes en faisant passer son copain pour le mec jalousé. Parler des mecs qui sinventent des informations en mettant en avant un joueur de flute, je trouve ça gonflé et gonflant.
    Pour la référence à Claude PEZE, elle vise la limite entre la rédaction dune académie et certaines annecdotes, avec le copinage pueril (« jaloux du succès de girondinfos »). Lui ne tombait pas dans le panneau quand toi tu t’y vautres dès lintroduction.
    Tu parles de gens rangés dans des cases alors que tu es le premier à faire le tri.
    Bref bonne continuation

    • Je comprends bien votre message. Mais voyez vous, je pense également que nous sommes dans une course à l’audience. Devant le succès de Girondinfos, certains twittos ont cru y déceler une manière de parler d’eux.
      Mais je concède que la formulation n’est pas franchement bien appropriée.
      Mais voilà, chacun son avis.
      Merci en tout cas pour le retour

      • Course à l’audience ou course aux commentaires?Apparemment tu es fier davoir des commentaires qui ne relevent en rien ton point de vue du match.Vive le buzz.
        Donc non tu ne m’as pas « vexé ».
        Tu peux critiquer l’absurdité du manque de reconnaissance sur Twitter qui pousse certains à se ridiculiser, sur ça je te suis à 100%, on peut en rire. Mais si dans le même temps tu fais de la promo déguisée au guignol qui croit informer sudouest, là par contre ça passe pas. Les léchouilles, garde-les pour ton compte Twitter.
        « Esprit chagrin » mon cul!

        • Je ne sais quoi répondre à autant de gentillesse et de douceur. Alors voilà quelques précisions …
          1. Vous êtes au courant que je ne suis nullement journaliste et salarié pour écrire cette académie. Donc je me fous royalement de la déontologie journalistique.
          2. Diabaté33 est mon ami. Ce n’est absolument pas un secret. Il suffit de lire twitter. Diabaté a toujours relayé mes papiers. Meme quand j’écrivais pour Webgirondins.
          3. Si tu n’es pas content, je suis désolé pour toi. J’imagine que tu étais là aussi pour me defendre quand je me suis fait descendre au mois d’août par une partie de la communauté.
          4. J’adore Claude Pèze. Mais j’en ai rien à battre de tes comparaisons foireuses. Laisse le tranquille le Claude. On peut écrire et se faire plaisir.
          5. Et pis voilà. Tu le croiras si tu veux, mais je suis content de voir des commentaires. Bon je me passerai bien des propos injurieux de ton collègue qui associe l’autisme à une insulte comme il l’avait déjà fait avec la trisomie, il y a quelques semaines. Mais quand les réactions sont correctes mais viriles, ça me plait bien.
          6. Ton cul quoi ? Je n’ai pas bien compris

          A bientot

  4. Une académie transformée en règlements de compte, fallait le faire. Chapeau l’autiste.

    • L’autisme ne sera jamais une insulte pour moi. J’accepte donc votre commentaire avec un grand sourire.
      Si vous vous sentez concerné, ce n’est pas de ma faute. Merci de continuer à me lire avec plaisir et délectation. Je vous embrasse tendrement.

  5. Hé ben si y’avait eu autant d’énergie et d’agressivité à Vidéoton votre saison ne serez pas aussi ridicule! Et oui vous êtes 3eme toussa toussa mais VIDEOTON

  6. Faut se détendre les gars, y’a vraiment pas de quoi s’énerver pour ce genre de choses…
    Continue comme ça, tes acad me font bien sourire en attendant.

  7. Super acad’, vraiment. La seule chose qui me chagrine c’est qu’elle parle des Girondins. Mais excellent boulot quoi qu’il en soit. La langue de bois est camouflée par la complexité de ce crû. Or l’excès de bois est un défaut presque chronique dans le bordelais. Je suis très curieux de voir ce millésime 2017-2018 évoluer dans le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *