LA SCAPULAIRE ACADÉMIE EN MODE CFA II.

«Quelle que soit la durée d’un arbre dans l’eau, il ne deviendra jamais poisson.» Oui, il existe bien un club en France qui a formé Florian Marange, Obertan et Yambéré. Enquête dans les coulisses du club… 

La saison est terminée, nous ne verrons donc plus Abdou Traoré sous le maillot girondin. Une page se tourne. Je devine votre désarroi. Il est hors de question de vous laisser gagner par la dépression. Pour rendre le plus bel hommage qui soit à Abdou, je vous propose une académie sans prétention, entièrement consacrée à l’équipe réserve. Et comme la vie au château n’est pas spécialement trépidante en ce moment, l’occasion est trop belle de s’autoriser quelques divagations.


Putain de Marketing

Nous pourrions tomber dans la facilité et évoquer le marché des transferts lourdement dénommé « Mercato ». C’est étonnant cette manie de toujours vouloir donner un côté exotique à la liguain, probablement pour la rendre un poil plus sexy. Le Classico, l’Olympico, le Mercato, la Goal Line Technology… n’en jetez plus, la coupe est pleine. Imaginez-vous, un instant, les journaux Italiens évoquant un Juve-Inter en titrant en français dans le texte : « Le Choc ». J’encourage d’ailleurs nos amis du cinéma français à expérimenter la méthode. Ç’aurait quand même bien plus de gueule de dire que tu vas aller voir le nouveau  « The Migrant » plutôt que d’avouer  « Je suis bien tenté pour payer dix euros et avoir l’honneur de voir la dernière bouse de Christian Clavier Les Visiteurs en vadrouille ». Ça ne rendra pas le film meilleur, bien que ça ne doive pas être très compliqué. Mais c’est un joli cache-misère. Bon, revenons à nos moutons qui ont survécu au week-end pascal et qui, désormais, attendent l’Aïd avec une certaine anxiété . Les rumeurs de transferts se succèdent, faut bien faire les choux gras de la presse, occuper les agents et remplir les longues heures d’antenne par des débats (inter)minables avant le début de la prochaine saison.

cfa
Les limites du Marketing.


Tiens, une réforme…

Après sa descente en CFA2, l’objectif de début de saison était clairement de jouer la remontée immédiate en…National 2. La Fédération Française nous a encore pondu une petite réformette. Tous les cinq ans, les pontes de la fédé se réunissent et décident de changer les règles, peut-être pour rompre l’ennui de la routine et de la monotonie des congrès, ou encore par soucis de prouver qu’ils servent toujours à quelque chose. Alors, ils changent soit la dénomination des divisions ou les conditions d’accession, soit le nombre de groupes et leur composition géographique. En septembre, la CFA deviendra donc le National 2 et la CFA2 le National 3. Ça ne vous rappelle rien ? En 1993, lors d’une de ses fameuses révolutions fédérales, la Division 4 change alors de nom et devient… le National 2 avant de se faire à nouveau rebaptiser en 1997. Et oui, à force de faire des réformes, ils sont bien obligés de retomber sur une de leurs anciennes idées. Mais soyons honnête (une fois n’est pas coutume, hein …) : le  changement ne se situe pas vraiment dans l’intitulé. Le futur National 3 sera organisé au sein de chaque ligue. L’objectif est de limiter les déplacements, de faciliter l’organisation en décentralisant le pouvoir, et par conséquent d’aider les petits clubs régionaux pour qui la montée en CFA 2 constitue souvent une asphyxie financière et sportive.

Le début de saison de la réserve douche complètement les espoirs de montée. Ne tournons pas autour du pot. Finir 4ème avec un groupe rajeuni, renouvelé et l’appui de nombreux pros est un cuisant échec. Faut dire que le staff n’est pas aidé. Les gars doivent tenir compte des aspirations des U19, des pros non retenus en équipe première, des suspendus et des blessés, de la coupe d’Aquitaine, de la fête de Noël du club, des convocations à la journée citoyenne ou des dates des soldes. Autant dire qu’il y a moins de chance de voir deux fois la même équipe en CFA 2 que de déceler un peu de décence dans une émission de Cyril Hanouna. Pour ce modeste papier, il a donc fallu bosser, voir et revoir des matchs pour se nourrir d’informations.


On a testé pour vous « Girondins TV »

cfa

Je suis à deux doigts de faire une cagnotte Leetchi pour équiper la chaîne. Je vais faire une connerie si vous continuez à filmer les matchs comme ça, les gars.

 

Vous n’imaginez pas le supplice. Girondins TV doit être, sans aucun doute, la chaîne de télévision la plus pauvre de France. Ne cherchez pas, je suis sûr que même l’habillage de TV8 Moselle est plus moderne. Regarder Girondins TV c’est retomber en enfance dans le monde merveilleux de l’analogie. Il n’y a aucune infographie, rien, que dalle. Par contre, faut avouer que, du coup, le travail du réalisateur s’en trouve vachement facilité. Il doit certes choisir les images de son unique caméra, mais pas la peine de se faire chier à chercher des têtes connues dans les tribunes, à saluer le patron de la chaîne en vadrouille avec sa blonde ou de nous réserver en exclusivité le méga-ultra ralenti. Ah, oui, je n’avais pas précisé. Il n’y a pas de ralentis. Enfin, si, j’exagère. Ils en mettent sur les buts, avec le joli «  R » en haut à gauche de l’écran, mais en réalité, ils diffusent juste l’action du but une seconde fois. On pourrait se moquer mais ce n’est pas notre genre. Les commentateurs (Laurent Brun et Jean-Yves de Blasiis) sont, en revanche, la bonne surprise. Ils sont un peu « corporate ». Ils se trompent parfois, mais le ton est apaisé, tranquille, un peu décalé et particulièrement détendu sur l’arbitrage. Ça fait du bien.

J’ai dû me résoudre à voir et revoir la moitié des matchs de la réserve. Cette année, les pros recalés du groupe étaient légions à venir à Sainte Germaine. Tu remarques tout de suite le « pro » sur le terrain. En CFA 2, il survole ses adversaires dans l’intensité, la technique ou le placement. Mais même au cinquième échelon, ses défauts restent les mêmes. Notre bon vieux Poundje, souvent victime de nos blagues à contrecœur, mange presque littéralement ses adversaires côté gauche, mais il conserve aussi ses sauts de concentrations, ses « enflammades presque maradonesques » et sa couverture coupable. Kaabouni fait ce qu’il veut du ballon, marque des coups francs sublimes, mais il a tendance à sortir de ses matchs. Seul Pablo étonne. Je l’ai vu sur deux matchs et il ne s’est même pas blessé. Les pros recalés ne nous intéressant pas, j’ai décidé de mettre le focus sur les jeunes avec une petite revue (partielle) d’effectif.

Pour être honnête avec vous, j’ai pu observer la CFA sur 7 matchs (Marmande, Limoges, La Roche-Sur-Yon, Lège Cap-Ferret, Bayonne, Angoulême et Bressuire). C’est donc un avis partiel et naturellement loin d’être péremptoire.


Les Gardiens

J’ai eu la chance de voir en action les trois gardiens de l’équipe réserve Poussin, Mandanda et Brucato. Les deux premiers intégreront le groupe pro à la reprise. Brucato rejoindra le Stade Bordelais en National 2 la saison prochaine.

Savez-vous comment reconnaître facilement un gardien formé au Haillan ? Ils sont très bons sur leur ligne mais d’une fébrilité « Prior-esque » dans les sorties aériennes. Nos trois gardiens de la CFA 2 affichent clairement des lacunes dans ce secteur de jeu. La défense souffre sur chaque corner et la fébrilité de nos gardiens dans ce secteur en est la principale raison. Malgré tout, Gaëtan Poussin (International français, excusez du peu) m’a fait la meilleure impression. On peut raisonnablement penser qu’il sera le 3ème gardien la saison prochaine. Over Mandanda a raté les deux matchs que j’ai pu voir, il est capable du meilleur comme du pire mais à ce poste là, ça ne pardonne pas (pour être honnête, je n’ai pu voir que ses deux matchs de reprise).


Les Défenseurs.

Le coup de Cœur.

Jules Koundé, 18 ans, au club depuis 2013.

Koundé peut évoluer à la fois dans l’axe et sur le côté droit de la défense. Il dégage une puissance impressionnante. Je le trouve encore meilleur quand il évolue sur le coté droit. J’imagine la gueule de l’attaquant de CFA 2 qui découvre le calibre de son adversaire du jour. Par contre, il doit impérativement soigner sa relance. Sur le jeu long, Jules a tendance à envoyer des saucisses aux attaquants, manquerait plus que le stoppeur crie « Montez » et on se croirait en district. Mais malgré ses petits défauts, Koundé a séduit, à juste titre, le staff et intégrera le groupe pro à la reprise.

L’espoir.

Olivier Verdon, 21 ans, au club depuis 2016.

Arrivé d’Angoulême en 2016, Olivier s’est imposé cette saison comme le défenseur axial de la réserve. Entre les premiers matchs que j’ai pu voir (en décembre) et le dernier contre Marmande, sa progression est réelle. Il a gagné en sérénité et son placement est plus juste. Il a été récompensé par un contrat d’un an et une convocation pour rejoindre le groupe professionnel fin juin. Mais à l’heure actuelle, sa place semble plus en CFA 2. Il doit confirmer et s’imposer comme un leader d’une équipe qui aura l’obligation de monter.

Le Pari.

Thomas Carrique, 18 ans.

Par le truchement des suspensions, des blessures et des choix de Battiston, j’ai eu la chance de le voir jouer contre La Roche-sur-Yon. C’est un latéral droit avec une très bonne technique et une belle qualité de centre. Tu sens que ce gamin a un petit truc en plus. À revoir. Il devrait jouer régulièrement la saison prochaine.


Les Milieux.

Le Coup de Cœur.

Ilan Kebbal, 18 ans, au club depuis 2016.

On oubliera ses origines marseillaises. Vous verrez, ça ne sera qu’un détail de l’histoire. Vous m’excuserez pour la formule, mais il a du génie. Je sais que ce terme est un peu galvaudé à force de porter au nues le moindre gamin qui sait aligner trois dribbles. Mais Ilan Kebbal semble avoir un truc en plus. Il fait ce qu’il veut du ballon, il a une vision du jeu et un sens du tempo absolument bluffants. Ça serait une sacré revanche pour le centre de formation toujours marqué par l’épisode Valbuena. Les mouches peuvent changer d’âne (on est pas mal dans les expressions foireuses, n’est-ce pas ?). En effet,  Kebbal a été refusé par les autres clubs à cause de sa petite taille (précision parfaitement inutile, a-t-on déjà vu un joueur recalé à cause de sa grande taille ?).

Les espoirs.

Daniel Mancini, 20 ans, au club depuis janvier 2017.

L’argentin n’a pas tardé à faire ses preuves. De nos milieux relayeurs, Mancini est le joueur qui apporte le plus de garantie dans le jeu. Il défend à « l’argentine », il ne lâche pas son joueur. Avec une quinzaine de matchs titulaire à Newell’s, Daniel est le joueur le plus expérimenté de l’effectif. On espère juste qu’il ne fera pas une Arambarri et qu’il aura sa chance avec l’équipe fanion. Très bon potentiel.

Il ne peut rien arriver à Daniel avec une telle vista.

Zaydou Youssouf, 18 ans, au club depuis 2009.

Zaydou a déjà gouté au groupe professionnel et à la ligue 1. Le retour en CFA 2 est toujours un moment compliqué. A Sainte Germaine, Youssouf a ses habitudes. Il n’a que 18 ans mais il joue comme s’il en avait dix de plus. Voir même quinze par moment, cette envie de rendre hommage à Plasil est parfois un peu gênante. Youssouf perd des ballons faciles, court parfois dans le vide, mais contrairement à Jaro, il n’est pas essoufflé à la 65ème.

Quand tu reviens en réserve après un passage en équipe pro.

Les Z’otres.

Robin Maulun, 20 ans, au club depuis 2009.

International Français en U17, ex-futur espoir Bordelais, Robin était dans les petits papiers de Sagnol avant de disparaître petit à petit du groupe. En 2016, le club renonce à lui faire signer un niveau contrat. Mais, à la surprise générale, il reste finalement une saison de plus. Mais c’était reculer pour mieux sauter. Son départ semble désormais inéluctable.

Lucas Dumai, 19 ans, au club depuis 2012.

Lucas joue à la fois en CFA II et dans l’équipe de U19 National. Il a une bonne vision du jeu, on sent une belle intelligence tactique et un QI Foot prometteur. Mais il manque parfois d’impact physique. Il a une belle marge de progression. À surveiller.


Les Attaquants.

Le Coup de Cœur.

Aaron Boupendza, bientôt 21 ans, au club depuis 2016.

Si tout le monde, ou presque, connait l’académie girondine en Argentine, on ne peut pas en dire autant du partenariat avec le Mounana FC, un club de l’élite gabonaise. Je vous vois déjà redouter l’arrivée d’un nouveau Poko, chicha et maillot de Marseille sur les épaules, habile et affûté comme Daniel Cousin. Et je vous comprends tellement. Mais aurions-nous recruté Pauleta si on jugeait les performances de Bruno Bastos ? Laissons donc sa chance à Aaron. Considéré comme un crack au Gabon, Boupendza manque encore de repères pour le football de haut niveau. Mais il se crée beaucoup d’occasion, il sait jouer en relais. Il manque parfois de simplicité dans son jeu comme s’il jouait sur un terrain de street. Il intègre le groupe professionnel à la reprise mais c’est bien en National 3 que nous l’attendons l’an prochain.

L’ex espoir.

Jorris Romil, 22 ans, au club depuis 2016.

Jorris est l’attaquant le plus moderne de l’effectif. Il sait parfaitement jouer en pivot, garder le ballon pour faire remonter le bloc. Il peut aussi prendre l’espace et jouer en une touche. Romil, c’est l’archétype de l’attaquant complet, mais Gourvennec ne semble pas conquis par le profil. Meilleur buteur de la réserve, il risque de devoir chercher ailleurs pour percer.

Le Taulier.

Sofian Valla, 23 ans, au club depuis 2013.

Sofian Valla va donc quitter le club. Aligné en 8 ou en attaque, Sofian est un joueur polyvalent. Auteur de gestes techniques talentueux et d’un sens du jeu intéressant, Valla semble avoir le niveau pour jouer à un échelon supérieur. Il rejoindra le Stade Bordelais l’an prochain, on lui souhaite d’y réussir une belle saison. Sur les matchs que j’ai pu voir, il a toujours été dans les éléments les plus intéressants. Bonne route Sofian !

Pour le plaisir des yeux.


L’interview Surprise.

Pour conclure cette académie un peu particulière, je voulais vous présenter la référence « jeunesse » dans le petit microcosme de la communauté girondine sur le net.  Précis, complet et sérieux, Cfagirondins.fr (et son compte twitter) est connu de tous les suiveurs girondins. Nous avons la chance de l’avoir avec nous pour un petit entretien. L’idée est de confronter son expertise à mes impressions brouillonnes.

cfa

  • Comment on en vient à s’intéresser à la réserve et aux jeunes et y consacrer un blog ? Ne te gêne pas, tu économiseras une thérapie.

 

Cfagirondins : « En fait, j’ai toujours plus ou moins suivi les résultats du centre de formation et plus particulièrement ceux de la réserve. Mais j’ai réellement commencé à m’y intéresser vers 2010 avec la génération 92 : Jug, Konongo, Gradit, Fuchs, Chevalier, Diony, Mignon… En plein désarroi de ce qu’est devenu « l’après Bordeaux champion de France » et devant la faible médiatisation des jeunes à l’époque, j’ai donc décidé d’y consacrer une page Facebook en avril 2012 (La CFA des Girondins de Bordeaux, si certains s’en souviennent), puis un Twitter et j’ai été contacté par Julien, de Girondins33, pour créer un site internet (qui remplacera ma tentative de création de site qui, je l’espère, est bien enfuie aujourd’hui au fond d’internet). Et le 25 septembre 2012, cfagirondins.fr naissait. Huit mois plus tard, les U19 de Prior, Pellenard, Laborde, Crivelli, Vada, Kaabouni remportaient la Gambardella devant moi au Stade de France. Un beau souvenir et une belle manière de clore la première saison du site. Au fur et à mesure, le site a grandi, avec des nouveautés pour devenir ce qu’il est aujourd’hui, à bientôt cinq ans d’existence. »

 

  • Avec la Réforme, CFAGirondins.fr va devoir changer de nom ? Explique-nous les changements que ça implique pour notre réserve ?

 

Cfagirondins :« Et bien déjà, il aurait dû changer de nom avec la descente en CFA 2. Mais j’ai grugé sur Twitter en rajoutant un 2 entre parenthèses (Cfa(2)girondins), histoire de dire, « c’est provisoire, on va remonter ». Bon, je me suis trompé. Mais ce n’était pas loin. Enfin bref, même si nous étions remontés, il fallait quand même réfléchir un peu pour s’adapter aux nouveaux noms des championnats : le National 3 pour nous. Mais pour répondre à ta question donc, je dirais : wait and see. Mais Cfagirondins.fr ne restera pas Cfagirondins.fr

Après, pour la réserve, ça ne change pas grand-chose. Il faudra dire National 3 (N3) au lieu de CFA 2, le nombre de groupes passera de 8 à 12 (12 nouvelles régions, 12 nouvelles « super-ligues »), avec toujours 14 clubs par groupe (majoritairement les mêmes que cette saison pour la Ligue Nouvelle-Aquitaine). Mais les matchs dureront toujours 90 min et l’important restera toujours les 3 points. »

  • Tu suis la réserve depuis longtemps. Je suis certain que tu connais des joueurs qui n’ont pas réussi alors que tu y croyais dur comme fer, et l’inverse doit être vrai. Balance des noms…

Cfagirondins :« Trois noms me viennent à l’esprit rapidement : D’Almeida, Barbet et Dabasse. Surtout quand tu prolonges Abdou Traoré alors que tu as un Sessi D’Almeida en réserve, un vrai 6, un ratisseur de ballons. Je reste persuadé qu’il pouvait réussir ici, tout comme Yoann Barbet (qui s’éclate en Angleterre, désigné meilleur joueur de la saison par les supporters locaux). Au-delà de la personne, un super mec, c’est aussi un très bon défenseur, solide et avec une bonne relance. Adrian Dabasse n’a pas eu sa chance en pro non plus, dommage. En CFA à l’époque, il pesait beaucoup sur les défenses adverses et sur les stats offensives de Bordeaux également. Bon dos au but et adroit, il n’a pas eu de chance en arrivant blessé à Niort, mais a toujours répondu présent lorsqu’il était aligné. Pour ces trois, je pense qu’il y avait quelque chose à faire. Comme pour Robin Maulun, dont l’incompréhension demeure après avoir percé chez les pros puis renvoyé aux oubliettes. On peut aussi penser à Clément Badin, Baba Traoré, Mamadou Kamissoko, Evan Chevalier, Victor Fuchs et plus récemment Sofian Valla, Albert Makiadi (considéré comme très prometteur lorsqu’il remporte la Gambardella à l’âge de 15 ans) et d’autres,… Je ne peux pas tous les citer. Ils étaient bien partis, puis finalement non. Des fois, ça ne se joue pas à grand-chose. Pour la petite histoire, quand Thomas Touré signe son premier contrat professionnel en 2014, il avait appris quelques semaines avant qu’il devait trouver un nouveau club… Ça ne se joue vraiment pas à grand-chose parfois. »

 

  • L’an prochain, le National 3 semble être à la mesure de l’équipe réserve. Les U19 ont remporté le titre, tu peux nous parler des joueurs qui vont monter en réserve ?

Cfagirondins :« Alors attention, parce qu’au début de la saison, on disait aussi que la réserve devait se « balader » et remonter facilement, même si elle n’est pas passée loin. Alors oui, il y aura du changement. Déjà, il n’y aura pas ou très peu de recrue, car le club veut faire confiance à la génération des U19 championne de France. Le groupe N3 sera donc sensiblement jeune, avec une très belle génération à venir : Poussin, Mandanda, Carrique, Biatoumoussoka, Crivello, Koundé, Dumai, Noc, Taha, Nilor, Diarra, Benrahou, Semedo,… Il y a de quoi faire. L’entraîneur change également, avec le remplacement de Patrick Battiston par Philippe Lucas (actuel entraîneur des U17 Régionaux et ex coach des U19 vainqueurs de la Gambardella en 2013) et aussi le départ de Sébastien Bannier, adjoint de Patrick Battiston, qui reste directeur du centre. Bref, ça bouge et en même temps pas trop. Mais la fougue et la motivation des U19 actuels, qui resteront donc sur un titre de champion de France, promet vraiment pour la saison prochaine en National 3. On peut rappeler que plusieurs d’entre eux faisaient partie des U17 Nationaux demi-finalistes du championnat en 2015 (Mandanda, Crivello, Dumai, Noc, Koundé, Nilor, Taha, Poussin, Bomou). S’ils enchaînent titre de champion de France U19 en 2017 et montée en N2 en 2018… Je ferai afficher leurs photos dès qu’on ouvrira la page d’accueil du site. »

 

Merci à toi pour ta contribution, et à bientôt les petits amis pour une nouvelle académie. En attendant, n’hésitez à venir discuter sur Twitter et à y suivre mes navrantes saillies.

 Kiki Musampala.

Kiki Musampala

Élevé en fûts de chêne et mis en bouteille au château.Exilé à Charlestown. Voisin de Rimbaud et de Francis Maroto.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *