Angers-PSG (0-5) : La SCO Académie est toujours invaincue à l’extérieur !

Le PSG et le SCO, c’est un peu une longue histoire d’amour. Dans le Maine-et-Loire, on est très reconnaissant envers le club de la capitale, qui nous a rendu de sacrés services. Le PSG a formé pour nous Gaëtan Charbonnier (mouais), Alexandre Letellier (argh) et Loris Arnaud (non mais sérieusement là?). Le PSG nous a humiliés 5-1 au Parc des Princes en Ligue 1. Le PSG nous a empêchés d’aller au Stade de France, en demi-finale de Coupe de France 2011 (Sébastien Renouard leur avait quand même mis un but, souvenir, souvenir). Le PSG a brisé tous nos rêves de Coupe de France l’an dernier avec un CSC d’Issa Cissokho (qu’on a toujours du mal à digérer – le CSC, pas Issa Cissokho). Et maintenant, ils nous infligent une énorme branlée à domicile. Bref, vous l’aurez compris, cette histoire d’amour ressemble plus à un mauvais remake de Cinquante nuances de Grey qu’à la romance de Robert Kincaid et Francesca Johnson.

Avant-match :

Le choc de la Ligue 1, c’était bien ce Angers-PSG, samedi à 17 heures, entre les deux dernières équipes du championnat invaincues à l’extérieur. Ça, c’est ce que tout bon journaliste employé par le diffuseur du match vous a certainement expliqué. En version plus honnête, le SCO, incapable de gagner à domicile depuis le début de saison, et auteur d’un match pas vraiment folichon contre Strasbourg il y a une semaine, reçoit le leader incontesté de la Ligue 1, qui vient d’écraser Anderlecht 5-0 un peu plus tôt dans la semaine. Youpi tralala. Et encore, Neymar est pas là.

Compo :

Pourquoi de nouveau aligner cet immonde 5-3-2 qui ne marche déjà pas contre Strasbourg ? Le mystère reste entier. Le spécial Un a-t-il peur de l’armada parisienne, alors qu’Ismaël Traoré va ranger sagement Kylian Mbappé dans sa poche ?

On notera cependant deux choix importants :

  1. Mathieu Michel remplace une fois de plus Alexandre Letellier dans les cages. La concurrence est bien instaurée désormais, et le lobby #MathieuMichel2018 semble à l’apogée de sa carrière (parce qu’après le match on a un peu fermé nos gueules).
  2. Souvenez-vous. Gilles Sunu a marqué son premier but depuis 53 matchs contre Strasbourg. Entre temps, le califat de l’état islamique a disparu et Brad Bufanda est mort (grand acteur dans la série Veronica Mars – ne me jugez pas). Par conséquent, Stéphane Moulin essaye de rétablir l’ordre mondial et titularise le grand Gilles pour créer une nouvelle série.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Le match :

On la redoutait, on l’a eue. Paris a tout simplement déroulé, et Angers n’a pas pu faire grand chose. Pourtant, on avait sorti un beau tifo (on est à Angers hein, quand on parle de tifo, ne vous attendez pas au 14 juillet de fumigènes). On avait même notre arme fatale, la tribune Coubertin toujours vide. Malheureusement, ça n’a pas suffi pour calmer Kylian Mbappé, qui ouvre très (trop) rapidement le score, sur une merveille de centre de Dani Alves. Ce même Dani Alves qui sera encore seul pour servir Julian Draxler (14e minute). Eh oui, malgré les dires de Jérôme Rothen, le Brésilien est plus fort que Djibril Sidibé. Il faut donc le serrer à la culotte @AngersSCO.

Bref, il y a déjà 2-0, et l’addition devient salée. Sans surprise, le 5-3-2 coule. Pas assez d’impact et de coordination. Et boum 3-0 à la mi-temps, avec la merveille de but de Cavani. Lancé par une superbe ouverture de Rabiot, Mbappé talonne le ballon dans la surface pour El Matador qui crucifie Mathieu Michel. Le public mate. La démonstration est totale, Paris est ultra-réaliste et concrétise toutes ses occasions. Quant à nous, et bien on se contentera d’une tête de Traoré au-dessus de la transversale.

On peut pas garder l’argent pour autre chose qu’une bétonneuse ?

Après la mi-temps, Moulin repasse à quatre à l’arrière, et étonnamment, ça va un peu mieux. On a même des occases et on se prend même à rêver d’un but. Mais bon, le scénario est vieux comme Benjamin Nivet : c’est toujours à ce moment-là qu’on se prend un pion. Pas loupé. Cavani marque son deuxième après une remontée de terrain bien plus rapide que dans les épisodes d’Olive et Tom. Le match est bel et bien plié. Cavani sort sous les hourras du stade Raymond Kopa, et Mbappé profite du chaos de la défense angevine pour enfiler le cinquième.

https://platform.twitter.com/widgets.js

 

Les notes (j’ai une exigence envers le site, parce que croyez-moi bien que sinon hein) :

Michel (2/5) : Ben à vrai dire, on ne peut pas lui reprocher grand-chose. Peut-être anticipe-t-il trop (!) sur le deuxième but de Cavani.

Manceau (2-/5) : A parfois réussi à limiter la casse. En voilà un qui aurait vraiment préféré être Manceau qu’Angevin (jingle vanne moisie).

(Thomas + Traoré + Pavlovic) /3 = 1/5 : Pas beaucoup à sauver. Les automatismes de la défense centrale à trois ne sont pas là, Pavlovic était tout près de l’expulsion mais en même temps, c’était le seul à apporter un minimum d’impact. Thomas et Traoré se sont fait berner comme des bleus toute la première mi-temps.

Ciss (1/5) : Le Layvin Kurzawa du pauvre. Offensivement parfois intéressant, défensivement, il a pris le bouillon.

Mangani (2-/5) : Syllogisme, n.m, raisonnement logique à deux propositions (également appelées prémisses) conduisant à une conclusion. Exemple : Angers dépend de Thomas Mangani. Thomas Mangani est mauvais ce soir. Angers est mauvais ce soir.

Santamaria (1/5) : #FreeBaptou.

Tait (2/5) : Le seul du milieu qui a réussi à porter le ballon vers l’avant de temps à autre.

Sunu (1/5) : C’est très simple, j’avais oublié sa titularisation. En même temps, s’il avait marqué contre le PSG, le pape François serait venu béatifier le stade Raymond Kopa dès le lendemain.

Toko Ekambi (2-/5) : Dans un match comme ça, c’est toujours difficile de s’illustrer. Pourtant, on l’a un peu vu lors du petit temps fort angevin entre la 50e et la 60e minute.

Les entrants :

Fulgini (2/5) : Entrée doublement efficace. Il a apporté plus de percussion au milieu de terrain, ce qui a permis à Angers de se procurer quelques occasions. Il a aussi apporté sa percussion sur Kylian Mbappé, mais ça, c’était pas obligé.

Coulibaly (?/5) : Son rôle dans l’équipe n’est toujours pas défini, et c’est problématique parce qu’il a quand même coûté deux millions d’euros le bonhomme.

Crivelli (1/5) : Vague ressemblance avec Cavani. Malheureusement, ça s’arrête au physique.

Le stade Ramyond Kopa a vécu une belle démonstration de football. Dommage, ce n’était pas celle de la Juventus de l’Anjou. On se doutait bien que ça allait être dur de ramasser des points. Et pourtant, on en a besoin. Les prochains matchs contre Guingamp (au Roudourou), Troyes (chez notre poto J-L Garcia) et Rennes (réception dans la plus belle ville du monde) seront cruciaux pour la suite de la saison. Avec 13 points au compteur, le SCO est seulement trois points devant le 18e, le RC Strasbourg (ouais mais ils ont pris un but de Gilles Sunu, ptdr). Va falloir se réveiller..

Férédoré Bory

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.