Niort – Red Star (2-3), la Jules Rimet Académie s’est perdu dans le marais

Salut ça va bien ? Avant tout je tiens à préciser que si on est en retard d’un mois c’est à cause de Porthos (comme d’hab).

Mais cessons ici ce Porthos-bashing, car ce voyage à Niort était l’occasion de tenir notre réunion annuelle de la Jules Rimet Academy. Je l’ai écris à l’anglaise, c’est plus stylé quand même. On a fixé Niort comme destination, car Porthos, depuis qu’il est passé à l’ouest, voulait que ce soit… ben à l’ouest. Et il paraît qu’à l’est il est tricard.
Puis on voulait voir des palmiers, alors on est allé vers le sud. En plus on en a vraiment vu.
On a débarqué en ville munis de nos OCB, malheureusement en vain mais j’y reviendrai.
Déjà dans le train, le Professeur était toute chose, il a vu une fille avec des gros tchoutches mais heureusement il a su se tenir. Il a attendu de trouver la fameuse statue du dragon niorteux pour se faire césu, les crocs acérés ça ne le dérange pas apparemment.

Du coup on voulait s’y mettre en mode studieux et tout mais laisse tomber, Porthos pensait qu’à manger des huîtres et le Professeur voulait juste aller dans des bars à vin pour choper de la quarantenaire. Autant dire qu’il est reparti la bite sous le bras ce vieux satyre.
Puis j’étais contrarié, je voulais acheter du shit, je suis allé au spot et tout mais y avait tchi, putain.
Mais c’est pas grave, parce qu’on a gagné ce soir là, contre ces cocus de chamois. Et on a même vu un but de Chavalerin, au bout de dix secondes de jeu, Porthos il l’a raté il était encore en train de négocier pour avoir des bières, avec la travailleuse cotorep de la buvette.
Un peu chelou les autochtones, y en avait avec des écharpes accrochées comme des cravates qui sont venus nous demander « ouais, vous avez pas des sticks? On les collectionne ». C’est quoi ces bolosses, les sticks on les colle pas on les fume qu’on leur a répondu. Un peu de sérieux.

Du reste, l’équipe de Niort était meilleure que la nôtre, mais avec beaucoup de chatte et de beaux arrêts de Lembet c’est passé. Un vrai braquage à l’audonienne, même si on faisait moins les malins pendant les dix dernières minutes dans notre tribune en tubulaire.
Que dire de plus, les buteurs sont donc Chavalerin au bout de sa 110e tentative, ce qui prouve l’adage de petits oiseaux stupides à grandes pattes, disant que plus on échoue, plus on a de chances de réussir. Ou un truc ça comme. Les autres buts sont signés Idriss Mhirsi, et Julien Toudic sur un penalty. Qu’il a tiré à la yougoslave, bien sûr.
J’avoue je sais pas ce que c’est un penalty à la yougoslave, faut demander à Roland Gromerdier pour les termes techniques.
Après je me souviens leur gardien s’appelait Saturnin, du coup Porthos l’a vilipendé (c’était mon mot du dictionnaire obligatoire), comme si c’était facile de porter des noms à dormir debout. Monsieur Molise, si vous n’avez pas de cœur, respectez au moins ceux qui en ont un.

Maintenant, c’est le Professeur Lapoutre qui va s’exprimer, en italique, et après ce sera encore Jean-Claude. Je me suis bien fait comprendre ?

A Niort leur stade, il est pas génial, faut bien le reconnaitre mais bon ils ont un stade ! Ils ne sont pas comme le Red Star; et puis dans quelques jours, il vont recevoir un club des beaux arrondissements de Paris en coupe de France… Mais revenons au match, les chamois prendront un pion au bout de 16 secondes et le Red Star l’emportera, même si les joueurs se sont chiés dessus une grande partie de la rencontre.
Le football étant une affaire de spécialistes, arrêtons-nous un peu sur le stade de Niort, autrefois stade de la Venise verte, aujourd’hui stade René Gaillard. Un truc horrible avec une piste d’athlétisme qui sert certainement à rien et des gradins en tubulaire… Enfin les alcooliques (avec comme illustres représentants, Porthos Molise et Jean-Claude Pied) auront apprécié la bière avec alcool apportée par des stewards impavides jusque dans une tribune pourrie et indigne du rang d’un académicien, plusieurs en la circonstance. L’académie Jules Rimet réunissait ses sociétaires ce soir-là.
Temps frisquet en ce vendredi soir, normal, c’est la cambrousse, y’a le marais poitevin pas loin, c’est la Venise verte, parait-il ! Pourtant nous n’avons pas vu de pont des soupirs, pas dégusté des pâtes aux coquillages et pas vu de statue de lion… On s’y perd un peu dans les ruelles de Niort, des chamois alors que y’a pas de montagne, des canaux sans gondoliers, pas un seul bar à pute acceptable et des drôles de statues… Normal, ils ont un stade un peu bancal et sans statue. Enfin on verra si il s’effondre lors de la réception du club qui évolue dans un stade proche de Jean Babouin, un stade où aussi y’a pas de statue car c’est pas permis par le propriétaire… On sait pas pourquoi ! Enfin certains savent, mais c’est une drôle d’histoire… Peut-être un truc de superstitions de vieilles croyances. Ça tombe bien car à Niort, leur histoire de statue en est bien imprégnée, ça suinte de partout…… Et puis le chamois eut été malvenu, en cette ville accolée au marais et aux légendes qu’il renferme inévitablement … Car quand l’eau et la terre sont ainsi entremêlées, elles nourrissent trop grassement la nature. Elle y croît effrontément, elle s’y prélasse, elle effraie, se faisant le sanctuaire de pas mal d’embrouilles … Des dragons, des martyrs, des fées, un peu de démonie… Pagano-catholicisme pur sucre contre hérésie, superstitions tenaces.
Fallait que ça disparaisse, alors les tenants de l’art contemporain, les ronds de cuir -pas du simili, de la chamoiserie, du raffiné pour leur petit cul- du ministère de la culture et les esthètes du Marais (l’autre, le vrai), y s’en sont mêlés. Ils sont venus à Niort pour inaugurer un magnifique Dragon et surtout pour dire aux péquenauds locaux que les vieilles croyances, les superstitions, fallait pas y croire. Ils ont dit que seule la raison doit guider nos émotions, que seule la jouissance sans entrave doit conduire nos actions et là ils ont tenté un acte sacrilège… Comme les conventionnels profanant les dernières demeures des rois en la basilique de Saint-Denys…et oui, le neuf trois ça doit pas être si pourri, la preuve, les rois y ont élu domicile pour l’éternité…
Enfin, nos «conventionnels Ruhl» des temps postmodernes, ils se sont essayés à la fellation avec le dragon… Et là c’est parti en cacahouète, le dragon, il a mordu. Les grands mécènes efféminés, ils ont donc pas voulu renouveler l’expérience quand il fut question d’ériger la statue d’un chamois aux abords du stade Rémi Gaillard… Et puis il ont aussi argué que la chamoiserie c’était du passé, technique industrielle qui permettait d’assouplir les cuirs pour alimenter largement la florissante et magnifique industrie de la ganterie, un temps où les femmes changeaient de gants au gré des évènements de la journée, elles étaient élégantes… De nos jours les seules gants qu’elles portent c’est pour laver la vaisselle et faire des fist ! Le miracle du féminisme…


Le Dragon, lui il est redoutable, faut bien l’avouer… Une bien belle œuvre urbaine qui nous fait accroire qu’il a du pas mal roder par là… Cela devait pas être difficile pour la bête infâme d’aller se tortorer un petit n’enfant, un bourgeois dodu ou une ribaude plus ou moins appétissante… L’eau devait y en avoir partout en ces temps-là. Mais la lutte contre l’insalubrité et les transformations urbaines ont un peu effacé cela. Mais revenons au match, Niort ils nous réussissent pas beaucoup, les statisticiens vous le diront… Les autres y verront plutôt un maléfice, un sortilège. Et pour niquer Niort comme le Red Star l’a fait, ça peut pas être une histoire de football, de discipline collective, de talent, d’impact physique, rien à voir… Car les Niortais, comme y pensent que le Red Star c’est un club de parigots, ils comptaient sur le Dragon pour éviter une défaite… Ils s’étaient dits qu’obsédés comme ils l’étaient, les mecs de Paris ils allaient tenter de fourrer leur dard dans la gueule de la bête, histoire d’expérimenter la turlute provinciale. Sauf que les mecs du neuf-trois ils sont encore plus obsédés que les mecs de Paris et qu’ils sont pas superstitieux, ils ont essayé…. Sans conséquences fâcheuses, si ce n’est que la bête fut tellement épuisée après, qu’elle se trouva bien incapable de protéger les Niortais… Et que le Red Star, si il a gagné, ça doit être pour ça. Et puis, on va pas s’étendre, y’aura bien un résumé accessible sur dailymotion et plein de commentaires sur le match pour ceux que ça intéresse.

Depuis ce 24 février il s’est passé un tas de choses, sur le terrain avec trois défaites d’affilée qui nous foutent dans la deurm. Mais surtout, on a appris le décès de Youcef Touati, jeudi soir, après plusieurs jours de coma. Ancien joueur du Red Star, il nous avait marqué, en ces temps où on faisait un peu partie des nuls du National. Je me souviens de la première fois que j’ai écris pour l’académie, c’était un voyage à Épinal où il jouait à ce moment. J’avais même parlé de son short. Putain tu es parti trop tôt, Mamour.

Jean-Claude Pied et Pierre Lapoutre.

Photo du profil de Jean-Claude Pied

Jean-Claude Pied

eh ouai couzin, y bédav quand les gens chafrav, y pillav quant les gens pachav, c jeanklode qui vient pour bolossé la ligue2. Keskya ?

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *