La Lens académie fait la peau aux chamois (3-1)

- Lens -
Toutefois, avant de parler de ce match ô combien important, il est bon de revenir sur ce bucolique 7e tour de coupe de France.

Noeux-les-Mines, c’est le patelin surtout connu pour sa piste de ski artificielle qui te râpe le cul au troisième degré quand tu te casses la gueule. C’est également un haut lieu de la nuit du 6-2, où tous les ados qui voient leur membre viril s’orner d’un peu de poils rêvent de perdre leur pucelage, et où les demoiselles tentent de conserver leur culotte et leur vertu. Noeux et Bours  (trou story) sont en effet les hauts lieux d’échange de fluides et de MST dans le PdC. Ailleurs, ça baise, mais c’est moins pire.

Parlons vite fait  du club de Noeux-les-Mines. Premier club de Raymond Kopa, il a connu son heure de gloire en atteignant la D2 en 1979, en profitant des moyens financiers d’une enseigne de bricolage. Mais depuis 1983, l’équipe est retombée dans l’anonymat.

Le match est sans surprise. Malgré une équipe largement remaniée par Sikora pour cause de trêve internationale, les Lensois en collent cinq. Lendric inscrit le hat-trick parfait avec notamment un bijou de la tête (de N… non). Ephestion et Gomel donnent de l’ampleur au score. Ce n’est pas un match référence, mais on ne se couvre pas de ridicule. Lendric se montre à son avantage et j’espère que Sikora le rappellera enfin. Lemos et Tasoulis sont perdus. Duplus et Hafez ont dû voir le match en rigolant.

(NdA : Ayant rédigé cette partie avant l’annonce du match, tu observeras ma grande clairvoyance sur l’évolution du groupe).

Ce lundi, on affrontait Niort. Tout le monde se souvent ici du dernier match qui nous a opposé ce fameux 19 mai 2017. Un Bollaert des grands soirs en fusion. Des chants, des cris, de la joie jusqu’à cette putain de 96e minute où les espoirs de remontée se sont évanouis comme des larmes dans la pluie. La voix cassée, les yeux rougis, le moral aura tutoyé les étoiles avant de finir plus bas que la fosse 7 de Liévin.


Lens Niort : Allégorie

 

Six mois après, l’objectif n’est plus de chercher la première place mais de se mettre à l’abri et quitter la zone rouge pour la première fois de la saison.

La compo :

Vachoux

Lemos Cveti Dankler Hafez

Chantôme

Diarra Bellegarde

Fortuné                       Bayala

Maazou

Inutile de vous dire que le slipomètre était à zéro : Lemos qui a bu le bouillon contre des amateurs, et le trio offensif qui ferait rire Philippe Croizon sont là.
Les choix de Siko sont couillus, bien qu’incompréhensibles.

Le môtch

Dès la 10e minute, Bayala tombe, poussé par le vent. Le penalty est une offrande. Fortuné le transforme. On repense fatalement aux décisions arbitrales quelques peu pourries du début de saison. Dame la chance nous fait enfin de l’œil. Quelques minutes après, Vachoux sort un bel arrêt devant un chamois. Les visiteurs disparaissent peu à peu, Bayala touche du bois, Bellegarde bute sur le gardien, mais le break n’est pas fait à la mi temps.
Et c’est dommage tant Niort aurait pu être la tête sous l’eau. Au lieu de ça, Roye tire fort un coup franc devant le but, Chantôme se troue et Lamkel Zer exécute Vachoux de près.
Il y a deux mois, Niort aurait marqué un second but dans le foulée, j’aurai été grossier, puis déprimé. Mais non, force est de constater que le déclic a eu lieu, que la révolte peut gronder dans ce groupe. Sur un contre, Fortuné est servi. Son contrôle est un peu long mais Diarra arrive lancé et envoie un missile dans la lucarne niortaise. Dans les arrêts de jeu, Bostock, entré en jeu, lance Diarra qui gagne son duel. 3-1. Lens sort ENFIN des abysses. Pourvu que ça dure.

 

Les notes :

Vachoux : 3/5
Il gagne un gros duel en première mi temps. Statique sur la ligne sur le but.

Lemos : 2/5
Lent, malhabile, stressé. A l’image de son match contre Noeux. sa meilleure action du match est dans le touit ci dessous :

 

 

 

Dankler :4/5
Sobre, efficace, tranchant.

Cvetinovic : 4/5
Difficile de le dissocier de son compère. Force est de constater que malgré une certaine lenteur, cette charnière est solide.

Hafez : 3/5
Pas de but cette fois ci, mais une activité offensive très intéressante. Remplacé par Duverne à la 88e.

Chantôme : 4/5
Joueur de l’ombre, il décharge Bellegarde et Diarra de pas mal de tâches défensives quand il est la. Son intelligence de jeu compense un manque de physique.  Se loupe tout de même sur le but.

Bellegarde : 4/5
Plaque tournante du jeu, il lui manque de la lucidité devant le but. Remplacé par Bostock à la 76e  qui fait une ouverture lumineuse pour Diarra sur le troisième but.

Diarra : 5/5
Passe de deux cartons jaunes par match à deux buts par match. Emouvante célébration en soutien à Douchez Lendric, prisonnier des geôles de La Gaillette.

#FreeLendric

Bayala : 2/5
Obtient le penalty, trouve le poteau ; mais trop brouillon le reste du temps.

Fortuné : 3 /5

Il a beaucoup trop vendangé. +1 pour le penalty et pour le contrôle trop long qui devient une passe décisive

Maazou : 1/5
Transparent. Remplacé par Zoubir à la 70e qui a pu montrer sa nouvelle coupe de cheveux.

 

Prochain match samedi 25 au Havre.

Merci à ma ligue 2 pour la photo

 

@bosdast

Bos Dast

Caution « sabots/tulipe/beuh » de la Oranje akademie . (avec Rhinit)
Frison de Heerenveen.
Lensois consanguin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *