Alerte spoiler: les prévictions bourrées des quarts de finale aller de la C1

Chers fans et profanes,

Mes excuses pour ma longue absence, qui vous abandonna pendant de longs mois à l’incertitude insondable de la science exacte ; comment prévire les résultats d’un match de football avec toute cette merde rationalisante ? (Mes habitués savent très bien que prévire un 6-1 improbable n’était vraiment, mais alors vraiment pas hors de ma portée, tandis que les génies statisticiens de l’Équipe…)

Je n’y pouvais rien malheureusement. Ma mère a coupé ma connexion internet aux ciseaux. Il ne lui plaisait pas trop que j’arrondisse les fins de mois avec cette invention occultiste merveilleuse : au service de la métempsychose, de la duplication des âmes, de l’immatérialisation et spectrification du sensible (et tout ceci à la portée du moindre charlatan ; je ne parle bien sûr pas de moi, mais de l’ami d’un ami…), a-t-on déjà fait mieux que l’appareil photographique pour capturer l’intimité profonde de sa génitrice ? Le fantasme du retour à l’œuf philosophique va droit au cul de l’Histoire de l’Homme ! Dans vos culs, Paracelse ! Böhme ! Kardec ! Renan ! Dans vos culs, les femmes ! Qu’il est devenu facile pour vous de nous accompagner dans nos actes sexuels autolâtres, maintenant que vos spectres au format JPEG nous font expérimenter le délectable ratage sexuel à votre insu !

Je voudrais aussi vous parler de l’Internet, efficace outil d’invocation de l’Autre et de partage du stupre, mais plus tard, le cyber-café coûte cher ; il faut que je me refasse une santé financière avant de divaguer comme autrefois, mais comment?……

FACILE ! JE PRÉVIS BOURRÉ !

Tout grand qu’il soit il manque à Max Vinasse un petit rien pour s’enrichier au-delà des matchs pourris du championnat indo-australien, et c’est l’art occulte (bah oui le con) comme je le prouve ici.


I. Protocole nostradanal


Ingrédients: une bouteille de rouge, un demi-litre de calva, un jeu de tarot

Le détail ici. Pas de temps pour les détails, la cuite n’attend pas.


II. Les prévictions des quarts de finale aller de la C1

 

Juventus Football Club – Futbol Club Barcelolna
Petite digression avant la préviction. Je ne veux pas être aussi lourd que Stéphane Guy et Paul Le Guen, mais quand même… Je fus consterné par l’amateurisme de mes confrères à l’orée de la risée du siècle. Alors OK, on se fout un peu des huitièmes de finale de la Coupe du Qatar, mais qui peut le plus peut le moins. Et comme je démontre régulièrement être capable du moins que rien dans ces colonnes, j’avais bien évidemment prévi le 6-1. Pensez-y :
« [Joseph] leur fit porter, de son plat, des portions d’honneur, et la portion de Benjamin surpassait cinq fois celle de tous les autres. Avec lui ils burent et s’enivrèrent » [Gn 43, 34]

La part de Benjamin était donc de 6 à 1. Irréfutable, n’est-ce pas ? Vous ne voyez pas le lien avec le match Barcelone-QSG, mais c’est précisément parce que ce lien est invisible, donc occulte, qu’il nécessite (et démontre) mon expertise. Du génie.

J’avais besoin de me réhabiliter avant de vaticiner plus loin. Je reprends un verre. Disons deux.


Barcelone est une merde. Guardiola est une merde. Parole de charlatan, je ne les ferai pas gagner : il est grand temps que Guardiola arrive à pied par la Chine.

Buffon, star de la Juve, est aussi son Soleil.
Non, je ne suis pas en train de vous faire de la poésie pour midinettes, je vous lis le tirage du tarot, couillons.

À part ça, ce tirage ne va rien vous apprendre sur la Vieille Dame, toujours aussi prodigue avec les arbitres (le pognon à l’envers avec l’harmonie du Huit, tout ça), elle gère tranquille ses grosses épreuves passées (Huit d’Épée à l’envers, ne cherchez pas à comprendre la logique de cette série, beaucoup ont renoncé), et la faiblesse représente Higuain, cette salope vénale et matérialiste (Reine de Deniers à l’envers) ; il va donc se trouer, incroyable, on n’est pourtant pas en finale !

Le Mât renversé pour l’état d’esprit de Barcelone, El loco en espagnol, El boig en catalan, l’escroquerie transparaît : ces bouffeurs de tapas jouent n’importe comment ! Je le dis depuis des siècles ! Jen’ai plus la force de le hurler ! Lisez les cartes c’est écrit noir sur blanc ! C’est confirmé par le Quatre le Deniers en faiblesse ! (équilibre du Quatre + Barcelone + peu importe le reste = on se fait chier, c’est limpide) Mais le Ballon d’Or 2010 imaginaire va briller malheureusement. Leur force est l’As de Deniers, ce qui veut dire qu’ils peuvent balancer la sauce en grosses quantités dans un petit laps de temps, on l’a vu, je l’ai prévi.

J’ai tiré Messi juste pour avoir une occasion d’en dire du mal, et les astres m’ont ravi. Aucune information sur le match, juste que c’est un petit con vénal hors des réalités (Valet de Deniers). Plus on hait quelqu’un, plus on se fait des trésors de peu de choses, donc je suis en extase, merci Messi. Allez, dégage maintenant.

Le match. Le match est plaisant et joueur. Le Roi de Deniers (Barcelone) va tringler la Reine de Deniers (Higuain) à l’envers, dégueulasse. MAIS le cœur de ce match réside dans l’arcane le plus incompréhensible du tirage, La Lune de la Juventus ! Déjà sobre cette carte m’inspire peu… Là j’ai un peu louché, puis j’ai vu un scorpion dans l’eau représentée sur l’arcane, ça m’a fait penser qu’il faut se méfier de l’eau qui dort. DE PLUS, les couleurs jaune et rouge sont omniprésentes sur la carte, donc les joueurs risquent de s’échauffer et de récolter plein de cartons. Or on a vu que la Juventus a l’arbitre de son côté, on sait comment ça va tourner, hmm… Bon je ne sais pas comment je vais me démerder mais je vais trouver un moyen de faire perdre Guardiola en Chine.

Synthèse : Je reste cool. Le match sera équilibré et agréable à suivre, mais tout le monde chouinera régulièrement auprès de l’arbitre, et l’arbitre comme moi se dira qu’un rouge devrait calmer la clique à putes catalane (je me ressers en rouge d’ailleurs) ; Barcelone essaie de tenir le 0-0, mais s’écroule physiquement et perd ! Ah c’est bon ça, la carte volte-faciale, merci le Roi de Bâton à l’envers ! Victoire 1-0 de la Juventus, « à l’italienne », merci à eux.

Putain je viens de voir que je suis passé à côté du combo entre les deux Huit, annonçant des développements surprises. Les trois Quatre aussi, eh merde… Tout est à refaire. Bon on s’en fout, défaite de Barcelone dans tous les cas de figure.

BV 09 Borussia Dortmund – Association Sportive de Monaco
Alors là, je suis confus : c’était probablement le seul tirage qui fût imaginable où les deux équipes ont les faveurs de moi-même, et de tous mes amis imaginaires. Même si Tuchel est un peu une merde de sucer Guardiola, alors que Jardim est beau. Le seul Portugais respectable de ce métier avec Bernard Sylvain.
Du coup j’écris quoi ? Vu que j’aime les deux équipes, et qu’un cœur qui sait aimer ne s’exprime pas bien… Bordel je redeviens sobre et pédé, vite un verre de plus.

Je disais donc comme Guardiola est une merde qui finira en Chine mais que Tuchel suce alors qu’il a hérité d’un onze monté par Klopp the Legend il tergiverse inutilement (arcane de l’Amoureux à l’envers en état d’esprit) mais Dortmund a quand même de la grosse chatte (roue de la fortune) pas aidée quand même par la reine de bâton en faiblesse qui vous le savez symbolise les plaisirs ruraux = campagne = tracteur = cette grosse remorque de gros rustre de Sokratis qui va être fautif sur tous les buts encaissés !!!!

Pendant ce temps Aubameyang va faire un remake de son match contre Lisbonne aller (dommage, on commençait vraiment à croire qu’il était bon), mais de l’autre côté Jardim, ah Jardim ! Je disais donc, Jardim, choisi comme star de l’équipe, a une carte de ouf (je ne sais plus laquelle flemme de vérifier) qui va exécuter ses plans à merveille tant mieux car l’Étoile M’Bappé sera nulle et la Force de Monaco est la Maison-Dieu… une carte horrible qui… Non mais attendez :

Permettez-moi chers messieurs et confrères de signaler un moment historique où pour la première fois, par la grâce de mon charlatanisme sans limite, la Maison-Dieu ne sera pas l’augure de sodomies à sec avec du gravier ! Ah ah ! Faiseurs de possession, stratèges minutieux, on vous a bien remis à votre place ! Vous pensiez tout contrôler sur le pré pendant quatre-vingt-dix minutes, faisant fi des cycles millénaires des astres ! Mais il me semble que ma doctrine tient assez bien ! La puissance de feu de Monaco va calciner la défense des Borussen, le dessin de la Maison-Dieu est sans appel, en plusssse la gymnastique du Pendu en état d’esprit montre bien que devoir renverser une situation ne fait même pas frémir Monaruskov ! Cela tombe bien, la défense monégasque souffrira tout autant (buts encaissés par malchatte).

Les quatre cartes décrivant le match abondent en mon sens : l’atmosphère est un As de Bâton (Bâton = feu = énergie), donc même le quart d’un con comprend qu’il y aura plein de buts, et le double d’un bourré sait que la carte volte-faciale Neuf de Deniers implique qu’il y en aura neuf ! (pour peu qu’on sache compter jusqu’à neuf même éméché : un talent acquis dans les Grandes Écoles occultes) Je profite d’un court instant de décuvage pour capter que Cinq de Bâton oblige, comme Cinq est le nombre du mouvement et le Bâton l’élément de l’énergie, Monaco aura une réaction prompte et positive aux mauvais événements, ils renverseront donc plusieurs fois le score sans ciller ! Qu’ils sont beaux purée !

Synthèse : Certains y verront de la maladresse défensive. Je les encule. Surtout toi, L. R. Jardim est beau. 5-4 pour les Français de la frontière, pourtant menés au score plusieurs fois.

Club Atlético de Madrid – Leicester City Football Club
Bon on est entre nous et je suis complètement bourré, alors je vais vous raconter une histoire à tirer des larmes. Celle d’un taromancien de génie qui appliquait son savoir pour sauver la veuve et l’orphelin, essayer de perdre sa virginité, mais surtout se faire du pognon avec les matchs de foot. Par ailleurs, il était également une fois un petit club anglais de type canidé qui s’apprêtait à passer la ligue à feu et à sang en niquant à peu près toutes les hiérarchies footballistiques en vigueur. Devinez qui l’avait vu dans les cartes, il y a deux ans ? C’est bibi ! J’étais donc en train de faire chanter Arsène Wenger à coups de préviction de 5ème place pour financer le plus gros pari sportif de l’histoire, m’assurant des putes et du champagne jusqu’à la fin des siècles. Malheureusement, cet hubris a réveillé des forces obscures qui n’hésitèrent pas à se coaliser et mettre à bas ces rêves de vie simple : de l’Opus Dei à Theo Walcott, des Teletubbies à la Françafrique, tous ont juré de me poursuivre aux confins de la Terre, m’obligeant donc à rester planqué chez ma maman de longs mois durant. Vous comprendrez donc aisément pourquoi je souhaite plus bas à Leicester d’ALLER BIEN SE FAIRE ENCULER.

Le seul club espagnol respectable arrive beaucoup moins fringant qu’à l’accoutumée dans ce match : difficultés à être réguliers en attaque (5 de Coupes inversé), chutes brutales d’intensité physique plus que probables (Roi de Bâtons envers qui indique une énergie mal dépensée). Deux cartes rédemptrices néanmoins : le 7 d’Épées indique que les joueurs se battront comme des chiens de la casse, bien qu’avec un côté un peu désespéré (série des Épées, vous vous attendiez vraiment à mieux?). Mais surtout, notre chouchou-national-qui-apparaît-dans-un-peu-trop-de-pubs sera brillant, ou plus littéralement, solaire : l’arcane fait de lui la lumière qui guide l’équipe sans faillir. Ça s’annonce donc mitigé, mais en face c’est tout bonnement catastrophique (et pas seulement parce que j’aime les voir tomber). Esprit ? Zéro, ils passent pour des connards après leur jetage de Ranieri et tant mieux pour leur gueule. Force ? Force inversée, vous voulez un dessin ? Tant mieux car je dispose seulement de photos de parties génitales, que je peux communiquer pour un prix modique. Faiblesse ? La Mort, fin de cycle par excellence, rendez-vous dans 30 ans ou jamais tant qu’à faire, barrez-vous. La Star (Mahrez ou Vardy j’ai la flemme de choisir d’autant que je vois double de toute manière) ? As de Coupe renversé, toute l’énergie émotionnelle a été donnée, plus rien à sortir. Bref, c’est déjà plié donc je vais juste bien me marrer devant les cartesdu match. L’Empereur à l’envers annonce un arbitre dépassé, des bastons mémorables à prévoir. Le Monde est normalement très positif mais t’as vu la gueule du reste, tu veux que je te réexplique ? En plus si t’es vigilant, c’est le tétramorphe de l’Apocalypse sur la carte donc ferme-là. Le seul truc un peu notable : le Chariot dit que ce sera quand même pas joué dès le début, et un combo dont je garde le secret (indice : additionner des valeurs de cartes, on verra si tu suis) garantit que Griezmann sera la clé.

Synthèse : Match compliqué et accroché (amateurs de catch soyez vigilants), les deux équipes ne jouent pas très bien, mais à la fin on voit bien qui n’a rien à foutre à ce stade et c’est Leicester, au bout du rouleau. Je conclus avec un 2-0 qui n’a rien à voir avec la dose d’alcool dans mon sang.

Fußball-Club Bayern München – Real Madrid Club de Fútbol
Pas le temps de niaiser, VITE niquons ces connards du Real, la chatte de Zidane ne peut rien contre les pouvoirs de préviction.

Sans être aussi spectaculaire qu’il y a peu (non avant Guardiola, je rigole détends-toi), le Bayern sait parfaitement utiliser ses forces : je vois pas comment interpréter autrement « tout ce qui brille n’est pas d’or », devise du 7 de Deniers inversé en un sens positif. Par ailleurs, il y a un vieux qui assure (le Cavalier de Coupe), je penche pour Xabi Alonso. Au contraire, la faiblesse est une grosse salope (Reine de Deniers envers, ou Higuain ou Ramos pour les intimes), le fait de penser à Thomas Müller ne devrait choquer personne… Enfin, le gros joueur de l’équipe est ce beau Robert, sacrément doté (du 6 de Coupe), qui en fait un scoreur à la fois prolifique et fiable pour cette confrontation. Maintenant, place à l’équipe des Mark Landers, des Sergio Ramos, que dis-je des nazis, ça tombe bien je suis désormais sacrément pété. Le Pape ? Ben voyons, vous croyez être les patrons parce que vous êtes champions en titre ? Allez crever. 9 de Coupe ? PUTAIN MAIS VOUS CASSEZ LES COUILLES, ça veut dire que cette équipe ne s’avouera jamais vaincue (bien que si quelqu’un dispose de missiles Tomahawk à placer sur le stade, je doute qu’ils fassent les malins même à 11 contre 11). Bon au moins le 8 de Deniers inversé console, en garantissant une source de revenus stable mais à l’envers, l’opération portes ouvertes est à prévoir. Reste la star à la statue la plus moche du monde, qui évidemment hérite d’une carte bidon (4 de Coupe inversé), comme toujours contre une grosse équipe. Il sera à chier (c’est déjà ça) mais passons au match, je vais vomir dans pas longtemps. Côté Bayern, la Lune à l’envers (oh non pas elle, le calva fait suffisamment mal à la tête), côté Franquiste le 3 de Bâtons retourné, signe de rapidité et d’efficacité mais à l’envers donc cool. Le reste est bien plus drôle : la MOTHERFUCKING MAISON-DIEU IS IN DA PLACE, en plus son numéro 16 démolit les 8 et 4 du Real, ils en subissent les effets de plein fouet. Ajouté au mystère de la Lune (qui sur le dessin suggère une éclipse, donc une disparition temporaire mais profonde, comme celle de la Lune quoi), un joueur du Real discret mais important disparaîtra du 11 par blessure ou suspension, et cela les mettra dans la mouise, tout va bien.

Synthèse : Sans être flamboyant, le Bayern joue bien et le Real manque d’incisivité. La décision du match se fait sur une sortie d’un joueur crucial pour les Madrilènes (sauf pour les footix), suite à quoi le Bayern prend les devants facilement et l’emporte finalement 3-1. Allez un petit calva pour fêter ça, et on s’encule.



Le complot winamaxo-maçonnique empêche de combiner toutes les prévictions. Je ne mets qu’un euro, pas parce que je manque de couilles, mais parce que je n’ai plus que ça dans ma bourse.


III. Les prévictions des quarts de finale aller de la C3

Nan j’déconne, rien à foutre.

À dans une semaine au mieux quand j’aurai décuvé.

Nostradanus

Je tire les cartes plus vite que je ne tire vos mères.

2 Comments

  1. Ils choisirent une idôle, le jour où ils reconnurent avec pertes et fracas la faillite de Nostradanus. Ils prirent un buste en bronze dans un aéroport et virent que cela n’était pas bon. Ils en revinrent au culte de Nostradanus, mais lui prièrent, avec insistance, de considérer un autre Portuguish que le seul homme de Monaco. Nunc est C3 praevidendum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *