« Une nouvelle ère, révolutionnaire »

Oh oui Jean-Jacques, envole-moi, envole-moi loin de cette fatalité qui colle à la peau.

Nous sommes à J-2 d’un événement majeur. Nous sommes à J-2 de voir nos demi-finalistes s’affronter. Nous sommes à J-2 de Lyon-Monaco. Lyon-Monaco, mes deux belles maîtresses de la semaine, ces maillots mouillés sur ces pelouses grasses et humides où la sueur, le panache, l’envie et l’extase ont su si bien faire oublier le monde atroce qui nous entoure. Inutile d’en appeler à l’angélisme, à la naïveté pour s’en réjouir et pour occulter les inepties alentours, non il ne s’agit pas de cela. Il s’agit juste de… chut… taisez-vous… respirez profondément… sentez l’air gonfler vos poumons… sentez votre poitrine se gonfler… bloquez… soufflez lentement. Calme, apaisement, béatitude. Fin du rêve.

Après deux semaines complètement folles, le football français avait besoin de cela. Après les Parisiens qui dégradent le nouvel outil lyonnais, après les Turcs qui dégradent les supporters dans le nouvel outil lyonnais, après les Bastiais contre les Lyonnais, après la bombe contre le bus du Borussia et après l’assassinat d’Emanuel Balbo jeté d’une tribune à Cordoba, il fallait un peu de folie et de sang-froid pour considérer le football comme un passe-temps qui parfois pouvait être pacifiste et source de joie. Heureusement le virage sud du Vélodrome a su répondre après sa fermeture temporaire avec ce petit clin d’œil « Fuck LFP ». L’important était néanmoins ailleurs. « Il changeait la vie ».

La lumière est venue de ce petit paradis fiscal qu’est Monaco et ce club détenu par un oligarque russe. Sur le papier aucune raison de se réjouir, après tout, l’AS Monaco représente bien la déviance de son temps. Et pourtant, sur le terrain, c’est un enchantement, alors oui tous les matchs ne sont pas faciles et le score ne représente pas la dureté de la confrontation. Mais L’ASM en a mis 6 à City et 6 au Borussia. Et cette équipe, et ces joueurs, ils sont beaux, ils sont frais, ils sont heureux et ils jouent bien ensemble. Qu’ils en profitent, il leur reste une demi-douzaine de matchs environ avant la fin de la saison et sans doute de ce vestiaire pour rester devant le PSG. Deux ombres au tableau malgré tout : 1) la coupe d’Europe va leur prendre de l’énergie et du cerveau qui peut coûter cher dans le championnat ; 2) La Juve est le bourreau qui a éliminé l’ASM en 1998 en demi-finale de la Ligue des Champions et sorti en 2015 en quart de finale de la Ligue des Champions. « Au bout de mes rêves ».

Quant aux Lyonnais, dans le bon et dans le moins bon, ils jouent cette année la carte de la surprise sans cesse renouvelée. Sans savoir si cela est une bonne chose ou pas, mais l’OL s’offre une belle demi-finale de coupe d’Europe, 7 ans après celle bizarrement obtenue contre Bordeaux en Ligue des Champions. Gageons que cela permettra à Aulas de partir sur une belle note. Et quel mental énorme des joueurs qui ont formidablement tiré les pénaltys devant le virage stambouliote. J’ai eu peur pour Petit vélo qui était le 5e et dernier tireur. J’ai eu peur pour Gonalons qui est en difficulté actuellement dans le jeu. J’ai eu peur pour Lopès qui aurait pu avoir la tête ailleurs suite à l’embuscade bastiaise, honteuse, méprisable, inexcusable. Ils ont tenu bon et ils peuvent être fier de ce parcours qui doit maintenant aller au bout. « C’est ta chance ».

Mais ce matin la tête est ailleurs, elle est sur les Champs-Elysées, elle est dans les urnes. Le souffle est court, la migraine guette, l’acide lactique envahit insidieusement le corps, la fin de cette campagne est longue, très longue. Ce matin ma tête est à Dortmund où le merveilleux modèle allemand conduit des paumés à réaliser l’impensable : mettre une bombe sur le parcours du bus d’une équipe de foot pour spéculer à la baisse de l’action du club et gagner de l’argent. Se rend-on compte du désespoir du modèle actuel pour en arriver à de telles atrocités ? Doit-on expliquer que la spéculation est un domaine réservé aux enculés, si cela donne des crises mondiales, des guerres un peu partout, du chômage, des suicides et des attentats ? Peut-on espérer ne pas avoir à vivre dans un monde où chacun peut penser biaiser un système si mal foutu qu’on gagne de l’argent légalement en tuant et en menaçant ? Doit-on comprendre que les plus puissants savent manipuler de manière plus discrète ? Peut-on conclure que beaucoup trop de personnes se font empaler à longueur de temps pour que cela dure très longtemps sans un épilogue plus funeste ? A force de nous montrer que certaines fraudes restent impunies, pourquoi ne pas toutes les penser légales, le système produit maintenant ce genre de bugs même dans le football, simple miroir de la société. « Rouge ».

Ce matin, j’ai appris qu’une bombe avait été placée sur le parcours d’un bus d’une équipe de foot pour qu’après l’accident, l’action en bourse baisse et puisse faire gagner de l’argent à son auteur endetté. Certains justifieront ce fait divers par la folie individuelle, l’acte isolé ou le caractère exceptionnel. Oui mais jusqu’à quand ? Dimanche ?

« A nos actes manqués ».

Photo du profil de Frantz-Christophe Van Dustgroski

Frantz-Christophe Van Dustgroski

Je travaille pour un employeur fantôme et ce n'est pas un emploi fictif. Je parle comme je veux de ce que je veux quand je veux. Tu n'es pas obligé d'aimer. Tu n'es pas obligé de lire. Tu es obligé de savoir que je suis là

3 Comments

  1. J’ai du rêver, j’ai cru lire une ligne non critique sur l’OL et JMA…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *