Avec les tripes

Padls

Formé à l’école du rire Bernard Chenez, Padls a trimballé sa plume dans la toute intimité des endroits les plus prestigieux. Charlie Hebdo, le Washington Post, le Canard Enchaîné, Philippe Val himself… la liste des noms qui ont refusé ses dessins force le respect. Le respect de nombreuses personnes. De nombreuses personnes trop timides pour le dire, souvent.

25 Comments

  1. OH-MY-GOD
    Superbe, j’en ai envie de manger de la bouillabaisse.

  2. J’ai rien compris mais je trouve ça formidable d’avoir dessiné le traducteur de Bielsa, Fabrice Osloklokowski, pour dénoncer avec courage le système Labrune et les commentateurs sportifs.

  3. J’ai eu une vision postmonitoire d’un OM invaincu et invaincu et invainqueur

  4. C’est évidemment un hommage à Stéphane en tant qu’homme mais aussi en tant que concept

  5. Le tir d’une extrême mollesse, c’est génial, on s’y croirait.

  6. Pourquoi dans l’antépénultième case le commentateur se soulage-t-il sur l’épaule de son collègue ?

  7. Merci.
    Les tactiques passent les académies passent, les matches de merde restent.

    Encore du très joli travail.

  8. Meme monsieur Padls s’est motivé.
    Et il y en a encore pour critiquer ma démarche…

    • AH ! je lui laisse croire que c’est grâce à lui mais il ne voit même pas que j’ai fait exprès de mal dessiner le micro. IRONIE TOTALE !

  9. Scène émouvante de Doc et sa mère sur la fin. PADLS se dévoile personnellement à travers cette scène, et nous livre par cette approche Freudienne sa vie, son oeuvre et ses tourments. C’est beau et triste à la fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *