PARIONS BOURRES – DESARMANT, IL CASSE DES BRIQUES SANS FAIRE TOMBER DE MUR GRACE A UNE METHODE EN BETON…

Il parie bourré.

 

Un peuple qui aime les saucisses et la bière peut-il être foncièrement mauvais ?

Il faut croire, tant à Berlin j’ai eu l’impression que les Allemands avaient des choses à se reprocher.

A chaque Platz, chaque coin de Strasse, une statue, une plaque, un mémorial pour les homos, les Juifs, les Tsiganes, les combattants germano-polonais, espagnols, russes etc.  Le souvenir est partout, le devoir de mémoire permanent. Berlin est la ville idéale pour prévenir la maladie d’Alzheimer.

J’enchaînais les visites comme les currywurst, passant du très convivial musée juif à la chaleureuse Topographie des Terrors, avec une halte au ludique mémorial de l’Holocauste. La journée était intense, gaie, mémorielle jusqu’au drame : le musée de la RDA.

Une grande claque dans la gueule.

Au gré de mon exploration bercée par une Schlager musik de qualität, je m’imprégnais du quotidien et de la culture Est Allemande dans la joie. Je découvris que l’Allemand de l’Est avait un penchant pour l’alcool. Un bon point. Et contre l’embonpoint, l’homme en RDA, plutôt gaillard, avec une belle moustache, était incité à la pratique intensive du sport dès son plus jeune âge. La femme, tout pareil, mais rasée.

Sport et alcool, ils n’étaient pas malheureux les bougres me disais-je… Sauf que l’infamie totalitaire excluait tout enrichissement et rapprochement intelligent des deux mondes ! Un Allemand de l’Est ne pouvait pas parier bourré !!!

J’étais effondré. Que faire face à l’horreur ? A chaque portrait d’Ulbricht et Honecker, je n’avais plus qu’un mot à l’esprit : barbarie. La prise de conscience de l’horreur communiste, le calvaire de ces gens alcoolisés qui ne pouvaient pas tenir entre deux tickets de pain, un ticket de pari sportif m’a bouleversé et donné l’envie. L’envie de rendre hommage à ces martyrs.

Sorti de cet enfer, il me fallait de la bière.

A chaque Platz, chaque coin de Strasse, un café, un bar, un pub : bières, cocktails à la mode, vin etc.  L’alcool est partout, le devoir de picoler permanent. Berlin est la ville idéale pour prévenir la soif.

La chique et la trique coupées, je n’avais pas la force de me consoler dans un bordel de Kreuzberg. Je ne pouvais que boire, et parier bourré. Par devoir.

View post on imgur.com

Alors on se mouille les doigts, on se touche les tétons, on descend sa caisse de bières allemandes, et on parie bourré avec une grille 100% teutonne :

Fribourg – Stuttgart : N 2

Côme but vainqueur.

Borussia Malabar – Hoffenheim : 1 N 2

Quand y’en a marre, y’a match nul.

Hambourg – Hertha Berlin : 1 N 2

Victoire de l’autre Vieille Dame : Die Alte Dame, que j’imagine toujours au delà du quintal, avec des couettes, 6 chopes de bières en main plus une calée dans le 110G pour amuser la tablée de moustachus à servir.

Cologne – Bayer Leverkusen : N 2

Koziello but vainqueur.

Hypezig – Bayern Munich : 1 N 2

Ribery but vainqueur.

Kaiserslautern – Sankt Pauli : N 2

Djorkaeff but vainqueur.

Union Berlin – Johanesbourg : N 2

Nina Hagen but vainqueur.

Ingolstadt – Dynamo Dresden : 1 N 2

Je vais dire Muller but vainqueur, je ne connais personne là-bas.

View post on imgur.com

25 000 € et un petit qui traîne.

Des frais à la maison ? Un petit mur au fond du jardin qui attend depuis des mois d’être construit faute de moyens ? Ou peut-être un mur à péter entre la cuisine et le salon pour libérer l’espace ? Bâtir, démolir, ne vous refusez plus rien ! PARIEZ BOURRE !

Max Vinasse

3 Comments

  1. Les paris sportifs existent dans le merveilleux monde du socialisme réel, mon cher. La seule différence, c’est que là-bas, il n’y a pas de perdants officiels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.