PARIONS BOURRES – DETONNANT, IL SE COLLE DES MINES SANS Y ENTRER ET EXTRAIT UN POGNON MONSTRE GRACE A UNE METHODE REVOLUTIONNAIRE…

Il parie bourré.

Pour améliorer mon endurance et la qualité de mon service, j’ai passé quelques jours en altitude en Bolivie afin de booster mon taux d’hématocrite. Comme les vrais.

Rassurez-vous, je ne parle pas tennis, mais bien de parier bourré plus vite, plus fort, plus longtemps.

Entre le désert de sel et Sucre, je fais une pause à Potosi, ses splendeurs baroques hispano-boliviennes et son manque d’oxygène, perchée à 4 000 mètres.

View post on imgur.com

A cette hauteur où l’oxygène est aussi rare que l’eau qui est plus chère que la bière, la majeure partie de la journée est occupée à mâcher de la coca, boire du maté et de la Potosina, la bière locale. Le mélange coca bière a des effets incroyables, j’ai réussi à parler quechua et converser avec des divinités Incas.

Après deux jours d’acclimatation, je parviens à m’extirper du bar pour m’approcher du Cerro Rico, la montagne riche, en argent, et ses milliers de travailleurs.

View post on imgur.com

Des agences touristiques tentent de me vendre une visite de ces mines pourries et irrespirables, proches de l’effondrement, avec la promesse de sensations fortes. C’est hors de question, trop dangereux, et parier bourré est déjà une aventure.

Une touriste me voit rejeter l’offre et vient me féliciter. Elle refuse également me dit-elle d’ajouter un voyeurisme malsain à l’exploitation de ces miséreux. J’acquiesce, sans lui avouer que je décline la visite uniquement par trouille. Son mari chevelu arrive par derrière pour me serrer la pince et louer ma belle attitude, mon impact positif pour changer le monde, comme un colibri qui fait sa part pour éteindre un incendie… Le gars fatigant.

Les deux gauchistes partis, je reste observer le rituel des mineurs avant de descendre. Ce sont toujours les mêmes gestes, d’abord des feuilles de coca dans la joue, toujours, des bâtons de dynamite dans la poche, et puis un bouchon d’alcool à 98° dans le gosier…  pour tenir le coup et s’assurer de mourir avant 40 ans. Les mineurs se recueillent rapidement devant la statuette d’un diablotin, représenté ma foi avec une belle grosse trique. Renseignements pris, il s’agit d’El Tio, le dieu du monde souterrain censé les protéger, qui bande pour satisfaire à tout moment sa maîtresse Pachamama, déesse du dehors. Puis les gars disparaissent.

View post on imgur.com

J’ai beau être habitué, cette misère ne me laisse pas insensible. Et là, une idée : je vais initier ces péquenots aux paris bourrés, les aider, pour qu’ils s’en sortent… OUI, LA REVOLUTION BOURREE DE TOUS LES OPPRIMES, LA REVANCHE DES DAMNES DE LA TERRE… qui n’ont pas internet, alors que c’est quand même bien pratique pour parier bourré. J’abandonne l’idée. Mes rêves qu’ils vénèrent El Vinassio, dieu du pari bourré, avec une statuette dans chaque bar, une bouteille à la main, un ticket de jeu dans l’autre, et bien sûr une gaule du tonnerre, s’envolent…  Il est temps de rentrer, le manque d’oxygène peut pousser à faire des conneries.

De retour en France, les globules rouges démultipliées et emplies de vin rouge, je m’empresse de vous soumettre la grille gagnante de la semaine :

Liverpool Stoke : 1 N 2

Atletico Mineiro – Corinthians : 1 N 2

Lens – Paris Fc : 1 N 2

Montpellier – Saint-Etienne : 1 N 2

Terrain Minnesota – Houston Dynamite : 1 N 2

Manchester United – Arsenal : 1 N 2

Zizi St Petersbourg – Cska : 1 N 2

Akhmat Grozizi – Ural Ektaterinburg : 1 N 2

View post on imgur.com

 

8 800 € sans creuser, sans se fatiguer !

Vous êtes au fond du trou, vous avez besoin d’argent ? Collez-vous une mine, faîtes tout péter et PARIEZ BOURRE !

 

Max Vinasse

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.