Platini, la FIFA et la démocratie

Boycott Platini & 2018 & 2022

Le dossier sorti par le journal Le Monde daté du 30 mars met en lumière les coulisses des assassinats et vengeances lors d’élections importantes. La présidence de la FIFA valant bien la présidence d’un pays, il est possible de tirer des traits reliant le lavage en public de la fédération internationale et… l’élection présidentielle française. Oui absolument.

La Fifa est capable de faire le ménage. Oui. La Fifa est capable de faire le ménage au plus haut niveau de son organigramme. Oui. La Fifa est capable de créer des jurisprudences qui feront date. Oui. Seront-elles respectées par la suite ? On ne le sait pas. Le sont-elles déjà ? Sans doute pas. Peut-être même qu’il reste des dirigeants coupables, tapis dans l’ombre de la nouvelle mandature, attendant que l’orage passe, que le vent se calme, et que les autres reviennent. Ne soyons pas dupes des sorties médiatiques récentes de Platini. Non seulement il bénéficie encore d’une aura démesurément positive en France mais à son âge et la sanction passée, il reviendra. Pas forcément plus fort car le « chauve de la télé » ne devrait pas lâcher si facilement son poste, d’ailleurs les deux amis ne se sont plus parlés depuis l’élection d’Infantino.

Platini se sert donc des médias français pour rester vivant et nourrir la thèse du règlement de compte, voire même de l’acharnement interne puisque le Comité d’éthique de la FIFA aurait interprété le fameux paiement comme un acte de corruption et donc de soutien de Platini à Blatter pour la campagne de 1995. Le papier du Monde est un beau dossier de deux pages qui fera date dans l’histoire de cette affaire puisqu’à coup sûr il deviendra la caution distanciée et objective de la synthèse et de la mise en perspective de l’affaire lorsque Platini reviendra vraiment dans la course, ou simplement lorsqu’une décision judiciaire sera prise. Rappelons à sa décharge, qu’en dehors de la sanction du Comité d’éthique de la FIFA, il est toujours témoin d’un point de vue judiciaire et n’a été entendu qu’une seule et unique fois par la justice depuis le 25 septembre 2015. La justice suisse n’a plus bougé d’un iota le concernant. D’où une posture intéressante de la FIFA qui a réglé en interne une affaire judiciaire, a octroyé les bons points et les punitions d’une manière qui reste assez obscure. Pour quelle raison ? Les juges ont été nommés par les coupables. D’où la suspicion d’une vengeance commanditée par le premier tombé, Blatter, pour ne pas laisser la place libre au second, Platini. Mais bizarrement peu de monde a dit : « mais ces personnes n’ont fait qu’exercer le mandat pour lequel on les avait choisies ». Personne pour souligner que le Comité d’éthique n’a fait que son travail, que les directeurs juridiques et financiers ont enfin pris la mesure de leur poste et protéger la FIFA. Ah oui. Protéger l’institution pour protéger sa propre place… Comme un parti.

Ce qui est encore plus intéressant, c’est que ce qui a fait tomber Platini, le paiement en 2011 de ses conseils de 1999, n’est sans doute pas une raison suffisante pour une accusation de la justice. Comme pour les parlementaires français qui emploient leur famille, si le travail a été fait, cela ne pose aucun problème d’être payé pour. En revanche, ce qui aurait dû faire tomber Platini et d’autres, ce sont les conflits d’intérêt dans le cadre des attributions des Coupes du monde 2018 et 2022 et surtout celle de 2022, lorsque son vote a changé après une entrevue avec Sarkozy, fan inconditionnel de la famille qatarienne. C’est d’ailleurs ce contre-feu allumé par Blatter (la justice américaine en veut à la FIFA parce que les USA n’ont pas eu la CDM 2022) pour indiquer d’où venait la fuite (et non au sein même de la FIFA) sur la facture de Platini retrouvée. Un PDF dans 18 terabytes de données, un coup de chance sans doute. Bref, un leurre qui ne trompe personne mais qui est le plus valable pour une mise à l’écart assez longue de Platini et la destruction du système FIFA. Faut-il ajouter que le fil de Platini est employé par le Qatar ? Non, la ressemblance avec la politique françaises serait trop grande. Nous verrons bien assez tôt si Platini fera comme Emmanuelli en son temps, revenir (en 2020/2021) après avoir été banni et recueillir des lauriers de tous bords à sa mort. Espérons encore une fois que la FIFA saura se montrer exemplaire et que Gianni le chauve gardera sa place, si tout se passe bien pour lui évidemment. L’organisation des deux prochaines Coupes du monde seront bien évidemment sa croix et l’appel au boycott continu et légitime.

Platini, FIFA, faute, tricherie, justice, campagne, tout cela nous amène à un autre sujet d’actualité : l’arbitrage assisté de la vidéo. Platini était contre. Platini est coupable. Platini est banni. Pourquoi le coupable est contre une mesure supplémentaire de contrôle des fautes/erreurs/tricheries ? Je n’avais pas d’avis sur la question avant de lire les levers de boucliers suite au match contre l’Espagne. Maintenant je peux dire que je suis pour la vidéo. Pas du tout par esprit de contradiction mais il est important de pouvoir trancher une bonne fois pour toutes sur les discussions de comptoir après les matchs pour savoir si oui ou non il y avait hors jeu. Le jeu va beaucoup trop vite pour qu’un œil même exercé comme celui d’un arbitre de haut niveau puisse être au même moment au départ de la balle et sur la ligne du dernier défenseur. C’est impossible. Qu’est-ce qu’il y a exactement de bien à vouloir éliminer les injustices et les tricheries ? Garder l’adrénaline de la spontanéité ? Sérieusement. Je n’en veux pas de la main de Vata bordel. Je n’en veux pas de la main de Thierry Henry. Même la main de Maradona, je la coupe, Dieu ou pas. « Oui mais il n’aurait sans doute pas mis son 2e but génial », qui sait ? Qui peut dire que ce but ne serait pas arrivé de toute manière. Personne. Et il aurait sans doute gagné la Coupe du monde 1990 au lieu de se prendre ce pénalty en carton à la 83e minute. Il n’y a que les tricheurs qui peuvent se satisfaire de l’absence de la vidéo, n’est-ce pas Michel ?

Oui et les spectateurs en tribune ? Ah oui un but injuste a toujours calmé les supporters de l’équipe qui se fait avoir ? Il est valable, il est accordé, il n’est pas valable, il est refusé. Tout le monde est satisfait, personne n’est lésé. Que la vie serait douce sans les commentaires d’après-match du style « vous avez triché », « vous avez acheté l’arbitre », « l’arbitre était caché, mal placé, loin de l’action », « que foutent les arbitres assistants ? ». Les buts refusés, on connaît déjà non ? C’est déjà arrivé des buts refusés pour des fautes, non ? Et donc il se passe quoi ? Rien. Pas d’émeute, des cris de joie qui cessent, mais aussi des soulagements qui se font entendre, que cela arrive par la vidéo, c’est une dose de précision en plus. Dire que cela est moins humain, c’est se tromper, au contraire, on introduit un peu de justice, on élimine l’erreur en diminuant l’injustice d’un but non valable. Cela ne change rien au jeu, à la spontanéité nécessaire pour marquer, aux stratégies, aux tactiques, à la joie d’une victoire et à la peine d’une défaite. Fédérer a bien gagné son dernier Grand Chelem sur une demande de vérification, est-ce qu’il a été moins heureux ? Est-ce que le public s’est senti trompé ?

Frantz-Christophe Van Dustgroski

Je travaille pour un employeur fantôme et ce n'est pas un emploi fictif. Je parle comme je veux de ce que je veux quand je veux. Tu n'es pas obligé d'aimer. Tu n'es pas obligé de lire. Tu es obligé de savoir que je suis là

13 Comments

  1. « Maintenant je peux dire que je suis pour la vidéo. »
    Vous n’imaginez pas comme mon coeur de pierre a pu se fendre.

    « Pas du tout par esprit de contradiction mais il est important de pouvoir trancher une bonne fois pour toutes sur les discussions de comptoir après les matchs pour savoir si oui ou non il y avait hors jeu. »
    Et exploser en mille morceaux.

    • J’ai bien peur ne pas avoir assez de connaissance en tennis pour comprendre où se cache la malhonnêteté.
      De plus, j’ai moins eu l’impression de lire une « démonstration » qu’un avis personnel argumenté. Qui ne colle pas avec le votre visiblement mais de là à se comporter comme un vulgaire vegan qui spammerait une recette de boudin aux pommes…
      Des précisions peut être ?

  2. L’analyse sur la vidéo a failli être intéressante, jusqu’à cette comparaison avec le tennis. Merci de remettre votre pull sur vos épaules et de laisser le foot en dehors de tout cela.

  3. « Je n’en veux pas de la main de Vata bordel. Je n’en veux pas de la main de Thierry Henry. Même la main de Maradona, je la coupe, Dieu ou pas »
    Avec la vidéo, Boli n’aurait pas marqué car il y avait 6 mètres, le Hors Jeu Espagnol est discutable, le pénalty sur Suarez tout autant.

    « Oui et les spectateurs en tribune ? Ah oui un but injuste a toujours calmé les supporters de l’équipe qui se fait avoir ? Il est valable, il est accordé, il n’est pas valable, il est refusé. Tout le monde est satisfait, personne n’est lésé. Que la vie serait douce sans les commentaires d’après-match du style « vous avez triché », « vous avez acheté l’arbitre », « l’arbitre était caché, mal placé, loin de l’action », « que foutent les arbitres assistants ? ». Les buts refusés, on connaît déjà non ? C’est déjà arrivé des buts refusés pour des fautes, non ? Et donc il se passe quoi ? Rien. Pas d’émeute, des cris de joie qui cessent, mais aussi des soulagements qui se font entendre, que cela arrive par la vidéo, c’est une dose de précision en plus. »
    Le public du top 14 de rugby devient enragé car les décisions vidéo sont sur l’écran géant et chacun à son interprétation. Les arbitres ne prennent plus leur responsabilité le sport est en train de perdre du monde en tribune.
    Le football donneur de leçon sans prendre en compte les autres, tiens c’est très politique française ça, dénigrer la transparence pour les députés pour le respect de la vie privée mais contrôler tout mouvement des chômeurs ou prestataires allocation protégeons l’intérêt des forts en dénonçant les faibles….

    • « Le public du top 14 de rugby devient enragé »

      Non mais non, tu ne peux pas compter sur un argument qui commence comme cela.

  4. Ca va pourrir le match, le rythme, les demandes pour vérification.
    Le début de la fin, ça va changer le jeu pire que le horsjeu passif qui pour moi est le début du merdier.

    • En revanche, j’ai comme principe de ne pas être allergique aux changements, il y en a forcément des mauvais, mais pour le confirmer, il faut tester. La théorie, c’est pour les oisifs. BAM

      • Ah ben faut tester le FN, la théorie c’est pour les oisifs hein, ils ne vont pas nous refaire le coup de 1930 quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *