Derrière les mains courantes de Renardin – Episode 2

Le match d’hier a été épuisant pour moi. Cette première défaite depuis ma prise de fonctions m’a fendu le cœur. Ce qui était dur c’était de sentir les ptits gars impuissants du début à la fin. Le genre de match où tu sens dès le début que tous les petits détails vont tourner en ta défaveur. Comme si le destin avait choisi le vainqueur par avance. Mais bon ça arrive à toutes les grandes équipes. Je dois essayer de prendre du recul par rapport aux résultats pour pouvoir remplir pleinement mon rôle.

Je prends de plus en plus conscience que ma mission de Président du Club des supporters est exigeante, et me demande un investissement de chaque instant. Au-delà du temps que je consacre au développement du Club de Supporters, je dois avouer que je n’avais pas anticipé toute l’implication morale et affective que requièrent ces hautes responsabilités locales. Puis le fait de gérer la buvette les dimanches n’arrange rien. Moi qui ai toujours eu une consommation d’alcool dans la limite du raisonnable, à savoir de ne jamais mélanger plus de trois alcools différents par semaine, je sens bien que je me maitrise moins bien depuis deux semaines. Ce n’est pas dramatique, certes, ça ne fait que deux semaines. Puis j’ai jamais eu la chance d’avoir l’excuse de fêter des résultats d’examens moi après tout, alors une telle opportunité ça méritait bien que j’arrose ça. C’est pas tout le monde qui a la chance d’intégrer ce cercle fermé.

Face au constat du relâchement de mon hygiène d’avis, j’ai décidé de faire des petits footings. J’y avais pas pensé avant mais maintenant que j’ai un rôle au sein du club, je peux aller courir au terrain ! Quelque part c’est un peu aussi mon terrain. Puis si je l’annonce au bar des sports, le bruit risque de se diffuser très vite, et ça renforcera incontestablement ma crédibilité au poste pour les renardiens.

Comme j’ai pas les clés des vestiaires, le mieux était que je mette ma tenue de sport dans le foyer, le club house comme disent les ptits gars. Après avoir enfilé mon jogging préféré, un adidas noir et or avec des pressions sur le côté que j’avais reçu au Noël du Secours Populaire dans ma jeunesse, je m’apprêtais à me passer mon pull en laine quand j’ai vu qu’il y avait des journaux de la ligue et du district de rangées à côté de la machine à bières. J’ai pas pu m’empêcher de jeter un œil. Et là, faites-moi confiance, je peux vous dire que j’ai découvert une bible footballistique !! Que des articles sur les faits sportifs de la région ! Et tous les résultats, classements, et calendriers de la région ! Il m’est apparu évident que je devais creuser ces pépites afin d’approfondir mes connaissances. Imaginez comment je pourrai exploiter ces infos lorsque je débats avec Mehmet et Yves au bar des sports ! J’imagine qu’en plus monsieur Remoulade valorisera mes prises d’initiatives rapides.

J’y aurai finalement passé ma journée. Ça valait le coup de reporter le footing à demain. Faudra aussi que je rachète un pack de 24 que j’ai emprunté dans la journée.

Le lendemain, me souvenant que je devais repeindre les mains courantes du stade à la demande monsieur Remoulade, je pris la décision d’annuler mon footing. Trop contre-productif de multiplier divers efforts cardio dans la journée. Coach Remoulade dit tout le temps qu’il faut apprendre à maitriser son cardio en gérant ses efforts.

J’aurai une nouvelle fois pas réussi à le faire en une journée. Mais faut dire qu’il y avait ligue des champions cette semaine, donc c’est rendez-vous à 16 heures au bar des sports. Ca fait des petites journées. Tout ça entrecoupé d’un rendez-vous pôle emploi et d’un entretien d’embauche.

C’est sympa au bar des sports depuis que j’ai intégré le FC Renardin, y a des ptits jeunes du club avec lesquels j’ai sympathisé qui se mêlent avec nous ! Les regards des jeunes de Renardin envers moi, c’est l’un des premiers changements que j’ai pu remarquer depuis mon intronisation. A la télé ils parlent toujours des fossés générationnels dans le foot, mais si on analyse globalement je pense qu’ils se trompent. Nous à Renardin, c’est vraiment pas la première fois que le club renforce le lien intergénérationnel. La semaine dernière encore par exemple, j’apercevais encore coach Remoulade mettre une torgnole au ptit Djezon comme si c’était son fils ! Faut dire que c’est pas permis de foutre autant de frappes à côté avec un prénom comme ça.

Le Pôle Emploi était un moment moins fun de ma semaine en revanche. Les cons ils m’ont trouvé un boulot. J’avais pas été surpris comme ça depuis la dernière fois où j’ai vu Florent finir un match sans carton. Au final, fausse alerte. Y avait un entretien de sélection, et comme le mec des ressources humaines qui me recevait était l’autre branleur qui joue meneur de jeu à l’AS PIERREMENES, il s’est souvenu que je l’avais surnommé « ptite pucelle » tout le match, l’autre jour. Mais rien de dramatique, j’ai géré auprès du Pôle Emploi, je vais pas être radié et continuer à toucher mes assedics. Je leur ai dit qu’il avait été trop fiscal avec moi et à priori c’est passé. Je suis content je vais pouvoir continuer à me concentrer sur le projet du club.

Le lendemain je m’apprêtais à sortir du foyer pour effectuer mon footing quotidien quand coach Remoulade apparu. Ça m’a rassuré parce qu’hier au bar des sports j’ai senti qu’il allait pas fort. Ca m’a vraiment peiné à la fin quand, à chaque gorgée de calva, il répétait « sale grognasse, va épouser un pédé tiens ! ».

Patrick « Bonjour mon cher Jean-René. Ça me fait bien plaisir de voir que certains chômeurs sont matinaux.

Moi – J’allais faire mon ptit footing habituel.

Patrick – Je tenais à vous remercier pour les mains courantes. C’est pas ultra clean mais c’est beaucoup mieux que le polonais de la mairie.

Moi -C’est normal, faut bien que tout le monde participe. Chacun son domaine. »

Je crus entrevoir son visage s’illuminer.

« D’ailleurs j’y pense : je vous ai fait un double des clés des vestiaires, ça vous permettra de nettoyer un peu quand elles sont dégueulasses. »

Dans un tel regard, on ressent immédiatement qu’on peut faire confiance. Ça fera taire des médisants qui disent qu’il me prend pour un con. Une nouvelle preuve de son grand cœur, je comprends pas ce que peut lui reprocher madame Yvonne.

Avec tout ça j’aurai fait qu’un tour de terrain, j’ai pas résisté longtemps à la tentation d’aller faire ma séance d’étirements dans le vestiaire de l’équipe première ! En plus le vestiaire était déjà propre comme les U9 avaient perdu mercredi.

J’ai plus qu’à espérer que ma présence dans le vestiaire leur porte chance. Ça nous a manqué dimanche dernier.

Roazh Takouer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.