Bourg-en-Bresse – Nancy (3-2) : LA CHARDON A CRAN ACADEMIE INERTE

Il y a 10 ans, pile, l’ASNL était sur le podium de la Ligue 1 (36 fois en 38 journées, pour finir 4e ndlr), concurrençant le Bordeaux de Cavenaghi, l’OL de Juninho et l’OM de Cissé. Sans parler du bon temps qui est mort (ou qui reviendra), c’est après une énième défaite et un rapide coup d’œil au classement (17e de L2 après 26 journées) que la nostalgie nous saisit.

Un gardien du siècle, une défense centrale impériale et une efficacité offensive exemplaire, l’ASANAL de 2008 est l’exacte opposée de l’équipe actuelle : un gardien en bois (Ndy Assembe, pas Chernik), une défense centrale qui, à 2 ou à 3, s’en prend toujours autant et une attaque d’une maladresse gênante, voilà comment, à l’inverse du vin, l’ASANAL prend de l’âge. Le temps est assassin …

Après une défaite à domicile face au 18e (QRM), l’ASANAL se déplace chez l’ogre burgien (lui-même 19e de L2). Impossible de subir deux défaites face à deux concurrents directs et déjà relégables, n’est-ce pas ? Et bien si, tout est possible dans l’horreur. Emmenée par un 5-3-2 qui se veut solide et qui semble être la patte du troisième entraineur nancéien de la saison (Gabriel), l’ASANAL a sombré dans la honte, une fois de plus.


La Compo :

Ndy Assembe dans les buts, Chernik en tribunes, Jourdren avec la réserve. Silence, ça tourne.
Défense à 5 avec Cuffaut, Diagne, Lang, Badila et Cétout. Sans commentaire.
Un milieu à 3 défensifs Ba, Abergel, Clement, aucun créateur, que du n°6 dans ma team.
Une attaque Koura-Dale qui sent le soufre.


Le Match :

« C’est déjà anormal de prêter un joueur à un concurrent direct en cours de saison et c’est encore plus anormal de ne pas s’être accordé avec Bourg pour qu’il ne joue pas contre Nancy vendredi. Tous les clubs pros pensent à faire ça au moment d’un prêt, sauf l’ASNL ! »
La décla est de Fred Biancalani.

Evidemment Saint-Ruf, le Nancéien prêté à Bourg en Bresse dont il est question dans la déclaration ci-dessus, ouvre le score sur corner à la 13e minute face au club qui le paye : 1-0.
Entre une fanfare, un terrain d’une qualité médiocre, partagé avec des rugbymen, et un niveau technique proche des abysses, on se croirait en coupe de France.
Sur un contre, Cuffaut s’immisce dans la surface burgienne et égalise 1-1, seul moyen pour nous maintenir éveillé et pour contenter les nombreux ultras nancéiens présents (respect à eux) en parcage.
Bourg en Bresse se retrouve même à 10, à la 27e minute ; le scenario est rêvé pour l’ASANAL. Logiquement, les Nancéiens en profitent et marquent à la 50e par Ba (1-2) puis provoquent un pénalty à la 58e. Dalé, recrue hivernale, ex-néo-Nancéien, s’élance et rate.
Dans la foulée du six mètres, Bourg en Bresse égalise à 2-2 puis passe devant trois minutes plus tard : 3-2.
D’un possible 1-3, l’ASANAL se retrouve quatre minutes plus tard, menée 3-2. Toujours plus dans l’horreur.
Bassi et Hadji entrent, peu de réaction, en face ça gère. En même temps, la tristesse technique et l’impuissance offensive ne les effraient pas beaucoup.
L’arbitre siffle ses trois coups et Nancy perd à nouveau.

Un aperçu du classement bien plus significatif que les images de ce désastre.


Les Notes :

Ndy Assembe : 0/5
Trois buts encaissés, dont un où il est avancé de 10 mètres. J’éviterai le « je vous l’avais bien dit », mais le cœur y est.

Cuffaut : 3/5
Se bat, marque, défend parfois bien, souvent mal.

Diagne-Lang-Badila : 1/5
Trois centraux pour trois buts, un sur corner, un de loin, un en profondeur. D’une faiblesse inouïe.

Cetout : 1/5
Se bat, défend parfois bien, souvent mal.

Abergel-Clement-Ba : 1/5
Comment à 11 contre 10 quand on mène 2-1, n’a-t-on pas l’intelligence tactique, technique pour s’en sortir ?

Koura : 1/5
Deux passes décisives mais un déchet énorme, et des ballons immanquables devant le but. S’en ira gambader avec ses amis chevreuils en forêt de Haye le lendemain.

Dale : 0/5
Rate un pénalty. Rate à peu près tout. J’ai plus les mots.


Note Artistique de l’Équipe : 1/5

Cinq points pris en sept matchs depuis la reprise, deux défaites contre des relégables, les changements d’entraineur (Gabriel est le 3e cette saison) n’apportent rien, les changements tactiques non plus.
On n’y croyait pas trop ces derniers mois, comme une chimère à laquelle on ne veut pas croire, « la relégation c’est pour les autres », « le natianal c’est pas pour nous », « non mais on va se reprendre » …
A 2 points du 18e, distancé de 4 points par le 16e, nous sommes bel et bien installés à la 17e place de L2.
Jacques Rousselot parle en début de semaine de « disparition du club » en cas de descente :
« le maintien ou rien ». Avec son bonnet, ses joues rosies par le froid et ses lunettes rondes, il fait presque de la peine … Sauf qu’il est responsable d’une bonne partie de la situation actuelle, le brave JR. Entre des mercatos successifs ratés, des choix d’entraineurs internes pas fameux, des déclas aussi ambitieuses que foireuses (« Nancy jouera la LDC dans trois ans » ; « avec les Chinois c’est signé ») …
On demande l’union sacrée, à coups de places moins chères…un lundi soir. Tant d’ironie. Que les joueurs se bougent, qu’ils prennent conscience de la situation, des 60 nancéiens descendus jusqu’à Bourg en Bresse venus assister à cette honte et qui repartent chez eux la queue entre les jambes, en pleine nuit.
Bref, la fin est proche mes amis.

Roger Piantoni-Vairelles.

Roger Piantoni Vairelles

7 Comments

  1. Cette performance anale va rester dans les mémoires. #SOUTINE les Nancéiens, on ne souhaite ce genre de match de la honte à personne.

    • merci c’est un festival anal qui dure depuis un (trop) long moment..

  2. Sachant que la confiance n’était pas forcément de notre côté (on sortait d’une défaite 0-9 face à l’OM pour rappel), vous avez fait fort. Nous, le National on connait (et on veut pas y retourner) !

  3. Roger, même pas un mot sur Jeff Louis qui aura au moins eu la classe de ne pas célébrer son but…

    une question me taraude cependant, qui a payé la prime de but de sT-ruffe ?

    • Quel bon souvenir ce match…HahahaHAHAH… Ahhh… Merci pour le souvenir.

      Il y a de la rage et de la tristesse dans cette acad’. « Tout bien, tout comme j’aime ». Au moment où j’écris ces lignes, Nancy est 18ème. Et franchement, je veux un derby l’année prochaine : Réveillez-vous quoi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.