Stade Brestois – Stade Lavallois (3-0): la Penn Ar Bed Académie s’est baladée

L’avant-match:

Allez, on enchaîne sur un deuxième match chroniqué de suite sur cette académie pour la première fois depuis assez longtemps pour ce que soit souligné. Au programme ? Brest-Laval, le FLBico, le Stadico, le CeQueVousVoulezico. Moins sexy qu’un Strasbourg-Brest passé ou qu’un Lens-Brest à venir, me direz-vous. Et vous avez raison. Donc on va pas beaucoup se casser le cul et offrir un résumé (Peter) succinct de ce qui s’est passé vendredi dernier.

Déjà, revenons sur le match aller qui avait vu SJM, la légende, crucifier Laval dans le Furlan time sur une action Henryesque (ou Mbappeesque, je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdu). Depuis, l’autre Stade a opéré un changement d’entraîneur en remplaçant Denis Zanko par Marco « gros con qui se la racontait » Simone, pour des résultats esseptionnels: 19èmes avant cette rencontre au sommer. De notre côté, le 3-4-3 du match précédent n’est pas reconduit, on tient la première bonne nouvelle de la soirée.

Le match:

Tout va très vite dans le football – sauf Ahmed Kantari – et Nganioni, sorti du placard, marque dès la 8ème minute de jeu. Pire scénario possible pour Laval qui ne semble pas être capable de grand chose chez nous à part blinder et contrer. Rien ne s’arrange pour eux quand, sur la deuxième occasion, Habib Diallo enfonce le clou sur une nouvelle crêpe de blé noir (on ne dit pas galette, quoiqu’il arrive) de Battocchio.

Pause sur ce score. Match pas franchement incroyable mais c’est pas forcément nécessaire quand le réalisme, en plus de Dieu, est avec nous.

La seconde période sera beaucoup plus aboutie. Le 3-0 arrive très vite, sur un modèle de combinaison à trois signé Pelé – Battocchio – Faussurier. On vous le met ici, pour le plaisir du beau jeu:

Par la suite, les actions se multiplient sans réussite, du fait d’une certaine maladresse mais aussi du fait de la présence de Lionel Cappone (Gang Bege) dans les cages lavalloises.

Voilà, fin du match. Balade brestoise de A à Z Denis.

Les notes:

Hartock (4/5): grosse parade sur Nkololo, qui a quand même un nom très drôle

Belaud (3/5): aucun souvenir de son match, donc on va dire 3

Chardonnet (4/5): je ne fais pas particulièrement partie de la #TeamChardonnet, mais force est de constater qu’il est bien meilleur cette année qu’il n’a pu l’être par le passé

Diallo (3/5): il file un ballon de but gratuitement à la fin du match, mais on va dire que c’était par fair play

Nganioni (4/5): ahou, ahou

Grougi (3/5): comme Belaud

Gastien (3/5): comme Grougi

Battocchio (4/5): cette année il a décidé de donner de l’amour sur le terrain et pas seulement à l’extérieur

Pelé (3/5): pas particulièrement décisif sur ce match mais toujours aussi beau à voir jouer (beaucoup d’homosexualité dans cette phrase)

Faussurier (5/5): l’Homme

Habib Diallo (4/5): Habib > SJM, n’en déplaise à un certain Quentin Guéguen, plus ou moins influent sur un réseau social nommé Twitter

Photo du profil de Richard Sucrier

Richard Sucrier

Plus cocaïné que Patrick Bateman et Frédéric Beigbeder réunis

4 Comments

  1. Quentin Gueguen Demission.
    Moi j’aime bien Habib aussi parce qu’il est bon de la tête.

  2. Tiens mon commentaire avait foiré.
    COMMENTAIRE DEMISSION
    Vive les têtes d’Habib

  3. Ah non du coup je l’ai vu, il est en attente de modération.
    MODERATION DEMISSION

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *