Clermont-Laval (2-1), la Consanguine Académie livre ses notes

Valéry Tocard de Catin ne jette pas la première pierre

En amont, le Clermont Foot 63 s’est imposé deux fois d’affilée, en aval, il était nécessaire de s’imposer ce vendredi 16 août face à Laval afin d’instaurer une réelle série positive de victoires tout en rendant hommage à Pierrick Capelle découpé au champ d’honneur du ballon rond. Une victoire deux à un dessinée à la 91’ grâce à un coup-franc magistral de Salibur Et chose rare cette saison, Clermont n’a pas eu de blessés pour ce match. Le déplacement à Arles-Avignon du vendredi 23 août se fera donc sans aucune pression.

Le match

Cinq premières minutes de match loupées car les organisateurs du Montpied n’ouvrent que deux guichets. Bel embouteillage, réveillez-vous les copains. D’ailleurs Bettiol passe discrètement derrière les ouvreuses. Serait-ce le maquereau du Montpied ?   Le Clermontois est taquin, il ouvre quatre guichets quand tu as enfin ton billet. Sur ces entrechattes, une fois installé, Clermont déroule. Dès la 10’, coup franc, Salibur, déjà lui, le frappe bien mais Vanhamel, le portier de Laval, se détend bien. Méfiance tout de même, premier contre incisif à la 13’ pour les visiteurs après une perte de balle de Moulin qui tente de collaborer avec Laval. Grillé ou plutôt, gazé. L’arbitre débute son show (ananas) et distribue les cartons jaunes comme Dieudo les quenelles. Après trois jaunes d’affilée pour Laval, il faut dire que les mecs ne plaisantent pas niveau tacle sur les genoux, M Leleu, arbitre de son état, refile un jaune à Lippini à la 29’. Il n’y a jamais faute et de toute façon, le Corse en aurait eu un quand même plus tard dans le match. Ah tiens, voilà, on domine outrageusement et on prend un but sur un contre : Ekobo oublie de marquer Bekamenga. Ce dernier inscrit un but mérité. Ce 9 lavallois sera très bon tout le match. Kippas basses messieurs. Cependant, on ne s’inquiète pas tant la défense des visiteurs est fébrile, Dugimont rate son contrôle en pleine surface à la 35’, dommage. Deux minutes plus tard, centre de Dugimont, Dembélé tente une tête plongeante, le ballon rebondit sur Couturier. Vanhamel est lobé. Egalisation. Clermont va pousser, un peu trop même, petit début de générale à la 39’ après une grosse faute de Tosic sur Dembélé, l’attaquant malien lui rend une petite baffe. Les deux protagonistes seront exclus. A la 43’, Vidémont négocie mal son un contre un avec le gardien adverse. On en reste là, une minute d’arrêt de jeu alors qu’il en faudrait douze à cause des fautes. Bref, mi-temps.

J3-laval

 Laval, ce bel homme. La raie sur le côté précurseur des coupes de footeux actuels.

Le changement de 4-3-3 en 4-4-2 a été digéré, attention tout de même aux trous d’air au milieu de terrain et à ne pas péché par excès de volonté offensive. Le jeu reprend, Imorou tergiverse trop à la 52’ après un bon déboulé de Salibur. Dès lors, le jeu devient vraiment haché, ou à chier, par les fautes. C’est tendu. Clermont est imprécis dans le dernier geste alors que ce match aurait pu se terminer sur un trois ou quatre zéro. Il faut attendre la 93’ et le coup franc magnifique et victorieux de Salibur. L’arbitre oublie un penalty sur Hamdi sur l’action d’après. Fin du match. Soulagement. Le Clermont Foot 63 totalise neuf points en trois matchs. Au calme avant le déplacement à Arles-Avigneron. Quant à Laval, ce palindrome, on comprend pourquoi il tourne en rond en Ligue 2.

Les notes

Farnolle 3/5 : plutôt serein dans ses interventions, il s’est entêté à balancer des longs ballons devant alors que Dembélé n’était plus là pour jouer en appui. Dommage.

Imorou 3/5 : excellent en première période, il était calciné durant la seconde. Mais quelle qualité de centre et de percussion.

Ekobo 2/5 : fautif sur le but de Laval, il s’est bien repris en seconde période avec, notamment, quelques déboulés monstrueux dans le milieu de terrain adverse.

Avinel 3/5 : que dire, on l’a pas trop vu mais il a plutôt fait le métier excepté qu’il n’a pris aucun ballons de la tête tant que Bekamenga –le 9 de Laval si vous avez suivi- était sur la pelouse.

Lippini 4/5 : comme d’habitude, bagarreur, volontaire, courageux, parfois trop indiscipliné sur le marquage mais tellement attachant par sa volonté d’aller tout le temps vers l’avant. Il se jette trop et est donc, victime des crochets adverses.

Bestch 4/5 : des passes imprécises lors de la première période mais une seconde période de haute volée. Il était partout et a gratté un nombre incalculable de ballons. Même Einstein n’aurait pas su les compter. Il avait à cœur de briller face à son ancien club, c’est chose faite, lui qui avait été jeté comme une vieille chaussette.

Salibur 4/5 : exaspérant, il dribble beaucoup trop, il ne lève pas toujours la tête, ne joue pas toujours simplement… mais il marque ce coup franc décisif et a torturé ses adversaires directs de couloir. Indispensable. Il pourra jouer en Liguain du moment que sa vision du jeu sera accrue.

Moulin 3/5 : bon match, il a distillé les ballons, est descendu très bas les chercher. Il lui manque parfois le coup de rein supplémentaire ou de choisir une passe plus simple.

Vidémont 2/5 : moins en forme, pas décisif. Orphelin de l’expulsion de Dembélé, comme Dugimont. Plus d’appui pour exploser sur les côtés. Remplacé par Nkololo à la 76’, ce jeune attaquant a montré un esprit combattif. Il faudrait le voir sur un match entier.

Dugimont 2/5 : incapable de prendre la relève de Dembélé comme pivot, il a manqué un contrôle sur une occasion toute faite. Il ne faut pas l’enterrer trop vite, mais il va devoir travailler dur pour se mettre au-niveau. Remplacé par Hamdi à la 62’. Lui aussi, ancien de Laval, il n’a pas eu beaucoup de ballons à se mettre sous la jambe. Il a provoqué un pénalty en toute fin de match non sifflé par l’arbitre. Hélas.

 

1 thought on “Clermont-Laval (2-1), la Consanguine Académie livre ses notes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.