Evian-Bastia (2-1), la Croix de Savoie Académie livre ses notes

8

La Croix de Savoie Académie voit enfin le bout du tunnel qui sent pas très bon.

Salut les taborgneaux, et benvegnu à la Croix de Savoie Académie.

Franck Ripoux vous manque, et à moi aussi. J’ai même observé que sans son travail, peu d’hommes s’accomplissent en tant que tel. J’ai souhaité modestement reprendre le flambeau de ce poète disparu, trop tôt, trop vite. Je n’ai pas la prétention de vous narrer les exploits de l’équipe de football la plus détestée de l’élite française avec le talent et la verve poivronnée de Franck. Mais en tant que supporter dévoué des Croix de Savoie, cela relève du devoir. Comment être illisible sur HorsJeu.net alors que nous crevons l’écran en même temps que le séant des superpuissances occultes de l’Hexagone ? Y sont pas nés les Jacobins qui veulent notre peau !!! Sus aux mécréants !

Mon nom est Pascal Diot-Maid et voici mon Académie.

L’avant match et ses enjeux :

Nos derniers matchs furent encourageants à tout point de vue depuis la débâcle subie naïvement devant l’ogre Valenciennois, mais méfiât !!!! C’est toujours dans ces matchs fati-dick que nos Croix se reposent sur leurs lauriers, ce qui peut irriter en cas d’allergie.

Mais la victoire contre la SM et le nul solide face au meilleur club  du Morbihan nous annonçait déjà, sous un soleil radieux, d’en finir avec la prophétie du Renard. En effet, Hervé a annoncé une finale à Bonanal le soir de la 38 ème journée pour le maintien entre les Lionceaux et les miens. En tant que Grand Magicien Blanc depuis qu’il remporta la CAN en 2012, il est vrai que j’ai douté au départ, mais après tout, un Savoyard qui abuse des U.V n’est résolument pas un devin, mais une blague.

J33-renardLe bel Hervé, entre deux séances au Solarium de Montbéliard.

Notre coach, entre deux plateaux télé (nouvelle coqueluche médiatique oblige), nous alignait les mêmes vaillants Allobroges qui défièrent les Merlus et qui avait profité de la bonne brise bretonne pour en découdre avec des Corses, sauvés, et quelque peu démobilisés lors de leur dernières sorties sur le continent.

J33-compo

Dés le début des hostilités, nos gamins monopolisaient la balle mais tel un Giroud en slip mal ajusté, ne dépassait pas le stade des préliminaires.
Du mouvement, des idées et enfin une action dans la surface, avec une prise de balle en roulette de Ruben qui lança Sabaly dans la surface, mais Landreau repoussa laborieusement la tentative en corner (15e).
Sur un centre d’Abdallah, Berigaud s’emmêlait les pinceaux devant le but et une multitude de jambes corses qui repoussait son semblant de frappe (25e).
Les Corses nous attendaient pour profiter de la vitesse de Cissé en contre. Après une frappe de Benezet non cadrée mais pleine d’envie, le drame pressenti avec ces attaques stériles arriva.
Après un travail côté droit, un centre était adressé à Cissé oublié au deuxième poteau par Abdallah, qui remit instantanément pour Patatino, crucifiant Hansen sur l’autel de nos ambitions (30e).
On voyait se dessiner alors le scénario habituel au Parc des Sports : Match à enjeu = slip cacqueux.

Mais c’était sans compter sur l’envie de nos joueurs, et 4 minutes plus tard, sur un nouveau mouvement initié dans l’axe, Berich’ trouva Benezet en une-deux, qui frappa malicieusement au premier poteau avec force et conviction. Nous saluions alors notre Pepito muy truculente avec ferveur, lui qui a mis tant de temps à nous prouver sa valeur dans l’élite.
Notre formation décidée comme jamais tenta d’enfoncer le clou dans la foulée par l’intermédiaire du beau Daniel Wass, qui, un peu gêné par Ruben, vit sa tête repoussé par le 3e gardien de l’équipe de France (45e).

Au retour des vestiaires, Mongongu, qui avait une gêne au talent, pardon, au talon, laissa sa place à Mensah, ce qui ne nous rassura guère.
Notre équipe, et c’est une tradition aussi ancrée qu’ingurgiter du génépi en cas de rhume, nous fait claquer du fessier à TOUTES les entames de deuxième période depuis 3 saisons…
Mais là c’est le contraire qui se produisit, comme un symbole de fin de malédiction. Wass excentré à la droite de la surface envoya un bijou puissant et précis à ras le sol directement dans le petit filet opposé.
Le Jean-Luc Ettori blanc n’y pouvait rien, et en tribunes nous nous enlacions avec une tendresse virile teintée de chat-bite, ce qui n’arrangea rien à notre demi-molle (46e).
La suite ???? L’objectif était double, les enfoncer dans leurs doutes et éviter un nouveau but de l’année de Cissé, qui pourrait l’envoyer au brésil dans un concours de circonstances malheureux.

J33-cisse
Même élégance, même paquet, mais ce sera bien le bel Olivier qui devrait s’envoler chez les descendants portugay.

Et ce même Cissé encore oublié par tous, faillit, sur un corner de Boudebouz, nous en claquer un sur une tête piquée rageuse, fort heureusement un chouilla au dessus (49e).
Hantz lança les ressources intarissables de l’île de beauté en la personne d’Ilan et Kazhri, tandis que le Mourinho du Chablais, lui répondit par l’entrée de notre héros régional Barbosa pour Benezet, ovationné comme il se doigte.
Boudebouz (81e) puis Ruben (84e) ne conclurent pas leur action mais la température montait en tribunes (37.9 pour ma part selon le doigt de mon voisin) comme sur le terrain. Et quand Maoulida rentra en lieu et place de Sablé, on voyait bien que Bastia voulait nous les briser jusqu’au bout du bout.
Sougou prit place également pour Ruben une nouvelle fois muet mais précieux, et le jeu, haché par des fautes inutiles et des contestations interminables en souffrait beaucoup, un peu comme nous en position fœtale dans la tribune Boccard.
Et (merci la routourne) une des 35 polémiques arbitrales du week-end arriva à la 88ème, sur un coup-franc excentré de Kazhri côté gauche, Maoulida revint de position de Hors-Jeu(.net) pour gêner Mensah dans son duel avec Romaric qui reprit victorieusement de la tête (88e).
Mais voilà l’assistant leva son drapeau pour signaler la faute, ou la position illicite de Maoulida, mais on s’en branlait comme de notre première piste noire. Et les joueurs des deux camps s’énerveront jusqu’au coup de sifflet final, entre insultes envers maman (ce qui est mal) coup d’épaules dans le dos de l’arbitre (ce qui est sale). L’homme en noir stoppa ce grand moment de fraternité dans la liesse populaire, où les étreintes laissaient entrevoir une 4eme saison en ligue 1.

Les notes des nôtres :

Hansen (4/5) : Abandonné sur le but bastiais, il n’a pu que constater les dégâts. Rassurant par la suite, sa truffe de cyborg impressionna bon nombre d’attaquants corses.

Abdallah (3/5) : une première mi-temps superbe malgré le but où il est directement impliqué, il nous a démontré que lorsqu’il n’est pas menacé de mort ou de home-jacking quotidiennement, il redevient un joueur de foot.

Mongongu (2/5) : il ne nous fait profiter de son gros fessier que la première mi-temps, et sort sur blessure, toutefois solide et appliqué…sans plus. Remplacé par Mensah (3/5) très précieux pour conserver le score et auteur d’une belle frappe de peu à côté.

Cambon (2/5) : il était au placard depuis longtemps, mais il a prouvé que sa place est en défense et pas au milieu de terrain, sa vitesse et son sens du combat vont nous être utile en cette fin de saison.

Sabaly (3/5) : On l’aime en Yaute, et on serait tout heureux qu’il poursuive son aventure chez nous, technique, volontaire, il pilonne son côté gauche tel un Rocco en début de carrière.

Sorlin (4/5) : Notre Pirlo tout dégingandé était en feu, transversales léchées, jeu tout en toucher, et des récupérations importantes. Il a, à l’image de l’équipe, baissé le pied en fin de match…sans conséquences.

Tiè-Bi (3/5) : Percutant, il a pas mal gratté de ballons, et a bien aidé Sorlin par sa présence, à lui dégager le terrain. On a failli le perdre en Août, il se révèle comme incontournable dans l’entrejeu….

Wass (5/5) : je lui mettrais 5 jusqu’au bout, parce qu’il ne faut pas rêver, on va sûrement le perdre au mercato. Placé une nouvelle fois devant les milieux besogneurs, il nous délivre, il est présent à chaque action chaude, et après l’entrée de Barbosa, il s’est replacé sur le côté droit pour défendre comme un diable.

Benezet (4/5) : Enfin là voilà notre star de demain, il a habilement inscrit un but côté fermé, des dribbles chaloupés et une technique au dessus du lot. Un Thauvin le boulard en moins si vous voulez. Remplacé par Barbosa, qui a initié une attaque, et reprit quelques ballons chauds.

Berigaud (1/5) : une passe décisive certes, mais du déchet et peu d’idées à l’approche des 30 derniers mètres. Notre gloire locale ne s’est toujours pas remise de sa blessure et de son début de saison tonitruante.

Ruben (2/5) : Comme toujours, le potentiel est là, l’envie de bien faire aussi, agrémenté de gestes de grande classe. Dis Marco, dessine moi un but… remplacé par Sougou, qui a pris le micro en fin de match pour se signaler.

Les autres :

Une démonstration en fin de match qu’en Corse on aime le foot sur certains aspects.

La morale de l’Histoire :

Voilà on est content par chez nous, et on va arrêter de se chier par mi lors des prochains matchs…Allez les Gamins, encore trois points et on laissera à Renard le soin de jouer sa finale tout seul devant son public.

Prochaine étape Paris, pour un match de gala qui ressemble à une demi-finale de ligue des champions, étant donnée notre niveau contre les gros budgets.

Arvi Pô les sacs à gnôles.

Merci à Franck et à toute l’équipe de Hors-Jeu pas net pour le revival de l’acad’.

Pascal Diot-Maid.

8 thoughts on “Evian-Bastia (2-1), la Croix de Savoie Académie livre ses notes

  1. Nous aussi, au début, on disait « il est sérieux même s’il nous coûte un but ». Mais attends encore quelques matches et tu verras si toi aussi t’as pas envie de le home-jacker.

  2. Adieu les gars…

    Merci pour le soutien, je compte sur votre retour positif ou pas d’ailleurs, j’adore qu’on me crache à la gueule à l’image de mes p’tits Croix.
    @Blah on peut prendre Sougou en référence aussi, il a mis des grosses féssées aux parigots.

  3. Mongongu, Cambon et Ruben qui n’ont pas la moyenne, c’est grandement exagéré quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.