L’avant et après PSG : La Gunners Academy livre ses notes

Et voilà, il en a pas fallu beaucoup. En ces temps de match tous les trois jours, il a suffi de deux week-ends off – les amis, la famille, que des trucs superflus en plus– pour gripper notre beau rythme sur la Gunners Academy cette année. Et BIM, deux matchs de retard. Mais pas question de lâcher l’affaire, tutututut. Je vois bien dans vos yeux que vous aviez envie de lire un truc sur la victoire face à Chelsea ce WE, avec des blagues à tour de bras. Z’inquiétez pas, va, ça arrive et ce sera beau. Mais il était nécessaire de parler des deux précédentes victoires des Gunners d’abord. Les hommes en rouge sont clairement sur une dynamique positive, avec au milieu ce pauvre match de Ligue des Champions effarant de nullité contre Paris (qui vous a été commenté par la Kreuzmachine par ici).

ARSENAL – SOUTHAMPTON

Il y a donc eu Southampton d’abord, à l’Emirates, une semaine avant de venir au Parc. Southampton, c’est toujours une équipe contre laquelle on a du mal. Oui, oui, on pense à la même chose, la déculottée du Boxing Day l’année passée (4-0 pour ceux qui ont une mémoire sélective). C’est une équipe qui perd assez régulièrement ses cadres, qui a changé de coach encore une fois en faisant venir Claude Puel de Nice mais qui réussit toujours à se renouveler avec un profil similaire : une équipe adroite, tueuse et athlétique. Si Arsenal a globalement réussi à maîtriser le cuir, les Saints se sont montrés précis et incisifs à chaque possession, ilustrant à merveille ce que je craignais d’eux. C’est d’ailleurs une de ces remontées de balle qui provoque le coup-franc de Tadic, ouvrant la marque grâce au dos d’un Cech malchanceux. En deuxième période, une action similaire aurait pu voir Shane Long doubler la mise. Côté Arsenal, on a vu de belles choses, de chouettes enchaînements mais un certain manque de tranchant dans les derniers mètres qui nous a obligés à mettre le paquet en fin de match.


Les-notes

CECH : 3/5
Pousse subtilement le coup-franc de Tadic sur la barre, qui le trahit et lui renvoie la balle dans le dos. Salope. Un bon match quand même, avec notamment cette sortie très prompte en deuxième période, qui réduit considérablement l’angle de tir de Shane Long qui nous aurait mis dans un joli caca.

MONREAL : 3/5
C’était le Nacho solide et sérieux qu’on aime. Autant vous dire qu’on l’a pas vu depuis un moment.

BELLERIN : 3/5
Toujours un peu aux fraises au niveau du placement en première. Mais il faut avouer que c’était moins flagrant une fois que Soton avait baissé le pavillon. Des qualités athlétiques hors-normes, une belle présence devant et un joueur agréable quand il s’agit de sortir des premiers ballons techniquement compliqués.

MUSTAFI : 2/5
Je suis dur sur la notation, c’est loin d’être sa faute mais il n’est pas encore totalement au diapason. Plusieurs sorties à contre-temps, des interventions un peu brouillonnes mais à côté de ça, déjà quelques tacles très autoritaires et des saillies pertinentes. Il faut qu’il s’adapte au tempo et s’ajuste avec Kos’.

KOSCIELNY : 5/5
Parce que.

 

COQUELIN : 4/5
Un match qui n’est pas tout à fait bien parti, avec une paire de relances pétées. Mais il est monté en puissance pour finir en mode râtisseur tentaculaire. Le Francis qui vient avec des intentions, le Francis plein d’à-propos, le Francis méchant.

CAZORLA : 4/5
Lui aussi a commencé son match plus doucement qu’il ne l’a fini. Très bas au début pour assurer la relance, il a fini aux côtés d’Özil pour organiser le jeu quand Southampton s’est replié. Manque de doubler la mise une première fois, offre un caviar à Giroud puis conclut son match sur un penalty plein de sang-froid.

ÖZIL : 4/5
Si y a de l’espace, y a les passes. Et y avait de l’espace.

WALCOTT : 3/5
Discret en attaque mais volontaire en défense. Le chemin de la rédemption, apparemment. L’Editeur y croit en tous les cas. Et une foi comme ça, on a presque envie de la suivre. Presque.

OXLADE-CHAMBERLAIN : 1/5
C’est bien la peine de faire des contrôles de déglingo pour envoyer des grappes de ballons en tribunes ensuite. Ce garçon ne grandira jamais.

PEREZ : 2/5
Discret, on ne va pas se mentir. Mais dans ses intentions, dans son link-up play, c’était très positif et très prometteur. Il a un pied gauche tout doux lui aussi et l’envie de se mettre au service de l’équipe. On a pu le revoir en League Cup, et c’était bien, sans surprise.


Substitutes

GIROUD (pour Perez à la 62e minute) : A récupéré des ballons, s’est offert une première occasion sur un bon centre de Santi avant de provoquer le penalty en toute fin de match. Une bonne entrée.

SANCHEZ (pour Chamberlain à la 62e minute) : Loupe le cadre sur une très belle occase mais il a fait jouer les autres derrière, et c’était très bien. VU QU’IL ETAIT A GAUCHE.

IWOBI (pour Walcott à la 75e minute) : Un étrange trou dans ma prise de note. Je peux vous parler de ses chaussettes ?



HULL CITY – ARSENAL

Quelques jours après avoir pris le bouillon au Parc donc, Arsenal se rendait à Hull pour tenter d’oublier les déboulés d’Aurier et le triplé de Cavani. LOL. Ah, ça fait du bien aussi de temps en temps une grosse vanne facile, ça détend. Une fois encore, à cause d’un Giroud cassé de l’orteil, c’était Alexis qui était aligné en pointe. Et une fois encore, ça ne m’a pas plu du tout (et ça peu importe ce qu’il a pu faire face à Chelsea, on en reparlera). Remontés de Championship avec brio, les Tigers avaient dans l’idée de garder le ballon très bas, de faire bouger le bloc londonien à l’aide de longs ballons puis de jouer dans le dos du back four d’Arsène. Ça failli marcher, assez régulièrement dans le match. Mais le milieu aligné par Pheman était beaucoup trop loin du niveau nécessaire pour faire déjouer celui de Wenger et le match s’est très vite transformé en attaque-défense, avec un premier but, puis une expulsion sur une main jugée volontaire par l’arbitre (à vue de nez, c’est harsh). Pour étoffer un match déjà pas brillant, Alexis s’est empressé de très mal le tirer et de le louper, laissant les Gunners à la merci sans rien derrière. Il a fallu attendre la deuxième période, et ce magnifique une-deux entre Walcott et Iwobi pour voir les Gunners prendre la tête. Beaucoup de possession, pas mal de ballons dangereux joués dans la surface, mais pas de troisième but. Très Arsenal tout ça. Très Arsenal aussi de concéder un penalty sur Dieumerci Mbokani, à cause d’un trou d’air défensif qui oblige Cech à se livrer. Sensations et senteurs dans les slips rouges et blancs. Mais l’écart de niveau est trop grand et après avoir une nouvelle fois lancé Walcott dans la surface adverse, ce bougre de Chilien finit par faire quelque chose de bien en plantant un troisième pion terriblement clinique. Fin du game. La praline en lulu de Xhaka ne sera que le petit bonus qui fait plaisir : il faut chercher pour retrouver un but d’Arsenal marqué d’aussi loin ces dernières années…


Les-notes

CECH : 3/5
Pas grand-chose à faire, une excellente anticipation en première, quelques centres faciles à capter, une frappe pas franchement dangereuse à bloquer. Provoque le penalty en deuxième sur Mbokani, mais on peut difficilement lui reprocher vu le trou d’air dans l’axe.

MONREAL : 3/5
Un match solide du Nacho après son match passé à courir derrière Aurier. Volontaire, combattif, rarement pris au dépourvu (si ce n’est lors d’un couac de communication avec Iwobi). On va voir s’il retrouve sa bonne dynamique mais devinez quoi : je l’ai vu serrer un centreur !

BELLERIN : 2/5
Présent devant, très présent même, ça ne fait aucun doute. Avec Walcott qui repiquait régulièrement dans l’axe, le couloir lui était ouvert. Mais ses déboulés se sont trop rarement conclus par des ballons dangereux.

KOSCIELNY : 3/5
Très peu de choses à faire, attention quand même aux petites sautes d’attention sur ce genre de matchs soporifiques, ça serait couillon de faire renaître une réputation si durement enterrée.

MUSTAFI : 4/5
Partiellement responsable sur la réduction du score – il est en retard sur le marquage de Mbokani – il réalise néanmoins un excellent match et on commence à voir ses qualités, finalement assez similaires à celles de Koscielny.

COQUELIN : 4/5
Si son match au Parc des Princes a été dégueulasse (à l’image de la prestation de l’équipe), il a encore prouvé à quel point il était précieux en PL, avec un nouveau gros match après celui de Southampton. Il est notamment à l’origine du penalty loupé par ce tocard de Sanchez ; le Francis attend donc toujours son premier but avec Arsenal.

CAZORLA : 4/5
Verticalité, en espagnol.

ÖZIL : 4/5
A distribué les caviars dont ses coéquipiers n’ont majoritairement rien fait. Mais avec Cazorla à l’organisation, c’est que du plaisir.

IWOBI : 5/5
Moustache nous a gratifiés d’un match particulièrement réussi, au sein duquel il a pris de plus en plus d’importance, les minutes passant. Sa talonnade pour Walcott a pris Chamberlain par la main et l’a ramené à l’école la semaine dernière.

WALCOTT : 2/5
Définitivement sur le chemin de la rédemption. Tu sens que le mec essaie de bosser pour l’équipe. Mais c’est encore beaucoup trop pauvre, en dépit d’une poignée de centres intéressants. Sio a encore loupé un taux de trucs complètement improbable et il va devoir à nouveau épurer son jeu. Allez, point bonus pour l’implication et le but.

ALEXIS : 1/5
Lui a quasiment tout loupé. Introuvable en pointe, il a beaucoup dézoné pour venir jouer à la baballe aux 20 mètres avec Mesut et Santi. Forcément, face à Hull, ça fait bouger les lignes mais le Chilien a tout de même perdu un nombre de ballons conséquents et n’a branché le cerveau sur le finish qu’en toute fin de match, sur son but. Et je parle même pas du fait que c’était pas à lui, JAMAIS, de tirer le péno.

Substitutes

XHAKA (pour Cazorla à la 67e minute) : Pas dans le rythme. Mais quelle praline. Tiens d’ailleurs, je vais citer un morceau de l’académie du 25 août dernier sur son cas : « J’attends qu’il se chauffe, qu’il mette des lourdasses en lunette ». Call me Irma.

ELNENY (pour Iwobi à la 77e minute) : Pour réguler un peu le trafic, ce qu’il fait très bien.

PEREZ (pour Walcott à la 88e minute) : Pour lui faire grappiller des minutes. Probablement.

Le Père Fidalbion

J'ai décidé de supporter Arsenal grâce à FIFA 99 : y avait Dennis Bergkamp sur la jaquette et c'était la première équipe disponible dans l'ordre alphabétique. Ce jour-là, j'aurais mieux fait de me péter une jambe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.