Manchester United – Arsenal (2-2) : La Gunners Academy freinée

Il parie bourré

Salut vous tous,

A peine trois jours après notre fantastique performance face à notre voisin jaloux, Lefunestottenham, Arsenal est déjà sur le pont face à notre meilleur ennemi, notre Nemesis, que dire, notre Régis, j’ai nommé Manchester United. Un rythme évidemment insupportable pour la Gunners Academy, mais là n’est pas le sujet.

Pour être tout à fait franc, malgré les dix-neuf matches consécutifs sans défaite, l’optimisme n’est pas de rigueur dans nos rangs. La peur de l’emballement, notre guigne légendaire à Old Trafford ou encore la capacité de la Mourigne de sublimer ses troupes contre nous, tous ces ingrédients font qu’une majorité de supporters craint le traquenard. Enfin, pas tous, certains, que nous ne nous abaisserons pas à dénoncer ici, espèrent quand même profiter de l’occasion pour enrichir leur Mourignothèque.

« Alors, ton siège est là-bas : porte 19, rang H, siège 23 »

ZE GAME : 

Quelques jours après le match, en y repensant, j’avais toujours une impression étrange, laquelle s’est confirmée lors du second visionnage. D’un côté, on a vu une équipe d’Arsenal maîtrisant son sujet comme rarement, notamment dans les sorties de balle, de l’autre, des Mancuniens auteurs de leur meilleure performance de la saison, volontaires dans les duels et capables par moments de mettre au supplice notre arrière-garde. 

Avec ces ingrédients, nous avons donc dû assister à un chef d’oeuvre, me direz-vous, si vous n’avez pas vu le match. Et vous auriez tort, car, de même que l’on peut saborder sa carbonara en mettant la mauvaise marque de crème dedans, une rencontre qui aurait tout pour devenir une référence peut s’avérer décevante en raison d’un déficit technique ou d’erreurs d’inattentions. 

Et avec tout ça, j’en avais oublié la compo

C’est le cas de ce match où finalement peu d’actions franches ont pu aboutir, notamment en première mi-temps. On relèvera toutefois cette ouverture du score improbable, sur une tête piquée de Mustafi mal repoussée par les gants en peau de pêche de De Gea, ainsi que l’égalisation mancunienne, sur un coup-franc de Rojo écarté par Leno. Herrera suit et centre en retrait pour Martial, qui marque malgré la présence de Torreira sur la ligne. Je veux bien que le Basque soit hors-jeu(.net) au départ, mais le laisser récupérer tranquillement le ballon et oublier Martial seul aux six-mètres, c’est une faute professionnelle. 

Nous ne nous attarderons pas sur la fin du premier acte, qui tient plus du concours du Meilleur ouvrier de France, option boucherie-charcuterie, que du match de football. Concentrons-nous davantage sur la seconde période (qu’on va finir par appeler Emery Time, à force), qui voit Arsenal reprendre les devants, grâce à l’entrée de Lacazette. Mkhitaryan vole un ballon à Rojo aux quarante mètres et aux termes d’un double une-deux de toute beauté avec le Français, le cuir finit au fond des filets. En effet, Rojo a eu la bonne idée de tenter le tacle assassin désespéré pour prendre son deuxième jaune et éviter le but. Echec sur toute la ligne pour l’Argentin, le ballon finissant au fond des filets et lui demeurant sur le pré, l’arbitre ayant omis de siffler la faute.

Un oubli qui aura des conséquences dramatiques pour nous quelques secondes plus tard, quand le même Rojo enverra un long ballon a priori anodin en direction de Lukaku. Le Belge gagne son duel avec Sokratis mais Kolasinac couvre derrière le Grec. Sauf que le Bosnien oublie de dégager et tente maladroitement de remettre le ballon à Leno. Lingard a bien suivi et égalise (2-2, score final).

Si au coup de sifflet final le sentiment dominant est la frustration, à froid on se consolera en se disant qu’il y a peu, ce genre de match on l’aurait perdu. Et puis merde, vingt matches de suite sans aucune défaite, ça fait combien de temps que ça ne nous était pas arrivé ?


ZE BÂCHES :


Leno (3+/5) : Encore une fois, pas grand-chose à lui reprocher, même s’il en prend deux. Il se fend même au contraire d’un arrêt superbe sur le coup-franc de Rojo. Dommage que sa défense l’ait abandonné sur cette action.

Holding (3/5) : Il était parti pour une nouvelle grosse performance, dans la lignée de ses excellentes dernières semaines. Puis un Mancunien a décidé de le découper et on ne le reverra plus de la saison. Same old shit. Remplacé par Lichtsteiner (3/5), qui a mieux tenu la baraque que lors de ses précédentes apparitions, même si son déficit de vitesse a failli nous coûter cher.

Sokratis (2+/5) : Solide, mais son duel perdu face à Lukaku amène la seconde égalisation.

Mustafi (3-/5) : Un de ses meilleurs matches depuis longtemps, avec en prime l’ouverture du score.

Torreiramor (3/5) : Moins en vue que lors de ses dernières apparitions, le lutin uruguayen a toutefois répondu présent, notamment dans les duels. Le genre de matches où il se contente d’être indispensable, en somme. 

Guendouzi (3-/5) : Si offensivement, son jeu avait une fluidité comparable à la diction d’un bègue enroué, Matteo s’est particulièrement distingué au niveau du pressing et de la castagnette. Et nous a permis de nous rappeler que Marouane Fellaini est une salope.

« Un carton ? Pour quoi faire ? » André Marriner.

Bellerin (2-/5) : Beaucoup moins présent devant que contre Tottenham, Fleur a en outre retrouvé ses habitudes défensives, consistant à laisser gentiment passer ses adversaires directs dans son dos. Et s’est même permis un tacle aussi dangereux qu’évitable, qui lui a valu un jaune.

Kolasinac (3-/5) : Performance honorable, gâchée pour une hésitation coupable sur l’égalisation. Il a tellement tergiversé sur le moment qu’on aurait juré voir François Bayrou, à qui on aurait annoncé juste avant sa nomination au gouvernement. Ah et j’aimerais bien que ses actions soient un peu moins stéréotypées, c’est toujours « je centre ou je fais demi-tour ».

Ramsey (4/5) : Quel dommage qu’il ait dû céder sa place, tant Aaron a joué le rôle de maître à jouer de l’équipe en première période. Toutes les attaques sont passées par lui, il a donné le tempo du match et fait honneur à son brassard. Je suis en train de prier tous les dieux imaginables (Odin, Eru Iluvatar et Dennis Bergkamp notamment) pour qu’il se remette rapidement. Remplacé par un Mkhitaryan (3-/5) volontaire, décisif sur le deuxième but, mais maladroit.

Iwobi (2/5) : C’était pas aussi catastrophique que contre Tottenham dans le dernier geste, mais c’était pas forcément mieux dans la construction. Remplacé par Lacazette (4/5) : décisif, une nouvelle fois.

Aubameyang (2/5) : Une performance d’ensemble pas dégueulasse, mais quand tu as un gardien du calibre de De Gea en face et que tu hérites du ballon seul aux six mètres, crois-tu vraiment que lui tirer dessus soit la meilleure solution ?


IF NOTE :


  • Il va vraiment falloir que l’équipe se penche sur le cas de Ramsey : on lui a montré la porte, il est sur le banc, mais dans le même temps on lui refile le brassard et Mesut est porté disparu. J’ai comme l’impression qu’il se trame un truc en coulisses.
  • Je vous ai déjà dit que Marouane Fellaini était une salope ? Oui ? Eh bien, je le redis.
  • Sinon, comme l’équipe tournait visiblement trop bien, ce torche-fondement de Sun a sorti un article, à grand renfort de pub sur les réseaux sociaux, pour montrer des « images exclusives » de joueur d’Arsenal qui font la fête en boîte et, ouhlala, consomment des trucs légaux. Depuis, on n’a pas perdu un match donc je vous laisse juges (et hors de question de partager cette merde, d’ailleurs).
  • Un peu plus joyeux, grâce à vous et aux collègues qui ont tout donné pour vous le week-end dernier, Horsjeu a récolté 1 706 euros pour le Téléthon. Bon la mauvaise nouvelle pour nous, c’est qu’on s’est engagés à sortir l’Acad de la finale de Cup 2015 si on atteignait les 1 500 euros. Promis, on tente le coup d’ici la fin de l’année.
  • Enfin, l’avis d’en face, ce sera ici, dès que Luke et Bobby auront fini de cuver les whiskys coca de la célébration du Téléthon.

Sur ce, BA sur vous et à la prochaine,

Johny Kreuz

Johny Kreuz

J'ai autant de clubs de cœur qu'Alex Oxlade-Chamberlain a de neurones. Seul supporter non-basque de Bilbao et Cazorliste convaincu.

Un commentaire

  1. C’est une compo de match de foot ou une vue aérienne de La bastion entre Kévin et Théo de la 5e4 ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.