Manchester United-Manchester City (1-2) : La Raide et Vile Academy livre ses notes.

Salut à tous !

Ce samedi 10 septembre, les truculents cocottes de Manchester United recevaient de méprisables chaudasses pour leur montrer ce qu’est une aguicheuse, une vraie. Cela se passait à Old Trafford, pour le compte de la 4e journée de Premier League, et cela sentait le souffre.

Pep Guardiola a traversé la Manche, trop soucieux qu’il était de venir tanner son meilleur ennemi, et certainement en manque d’une adversité un peu plus vivace en face de lui. Sauf que le meilleur ennemi en question, c’est désormais l’entraîneur de nos entraîneuses, alors bon, on a beau aimer Guardiola et ce qu’il a apporté au football, à mort, brûlez le, qu’on m’apporte sa tête.


COMPOSITION INFERNALE

Voilà ce qui arrive quand on se prive de Martial.


LE MATCH

Le Mou a tenté un de ses habituels coups de bluff afin de contrer le pressing tout terrain des troupes du Pep : la vitesse de Lingard et la technique de Mkhitaryan devaient donner de l’espace à Pogba à gauche, et ouvrir le couloir à Valencia à droite. Cela a tenu environ vingt-sept secondes, le temps pour les Citizens de se placer sur le terrain, de tendre leur piège à pressing tranquilou, et de foutre les miquettes à nos deux ailiers à tel point qu’ils n’ont pas été capable de tenir le ballon une seule fois en quarante cinq minutes.

Pendant ce temps là, un roux enragé jouait dans l’axe et se précipitait sur chaque ballon tandis que Blind prenait des notes en observant comment on attaque un ballon. Une belle illustration à la quinzième minute : 0-1 (De Bruyne).

Comme si cela ne suffisait pas, le même Belge bénéficiait de la carte « pétrification de défense » vingt minutes plus tard et frappait à l’aise au deuxième poteau depuis l’angle de la surface. C’était sur le poteau, mais pas grave : Iheanacho qui traînait là n’avait qu’à conclure à bout portant, tout couvert qu’il était par…Daley Blind. 0-2 (36e).

La seule chose sur laquelle pouvait encore compter le Mou, c’était bien sur l’extraordinaire talent de certains de ses joueurs, et aussi la maladresse ponctuelle de certains en face. L’Angleterre est un pays difficile pour les gardiens, les plus grands en ont fait les frais, et jamais un vrai keeper n’est sorti de ce pays. Pas d’exception pour Claudio Bravo : à la 42è minute, il relâche un coup-franc lointain de Rooney pile devant Ibrahimovic, qui ne se fait pas prier pour balancer une sèche dans le but vide. 1-2.

La suite est du plus grand classique, et ne soulèvera pas l’enthousiasme : nos gagneuses s’acharnent à essayer de ne pas perdre, elles réclament des penalties pour chaque contact dans la surface, elles confondent vitesse et précipitation, manquent de précision dans l’avant dernier et dans le dernier geste, se font de grosses frayeurs sur les contres d’un adversaire qui a pourtant l’opportunité de les terrasser cinq fois mais n’en fait rien, balancent de longs ballons sur la touffe caca d’oie de Fellaini, et nous inspirent cet ultime constat : le José Time est un mirage, il n’existe pas.

Les entrées combinées de Rashford et Herrera ont tout de même donné du fil à retordre à la défense bleu ciel. Celle (suicidaire) de Martial à la place de Shaw n’a en revanche rien changé.

Le premier derby de Manchester est cette année adjugé aux gentils. Il soulève aussi les les lacunes qui restent à cette équipe : le mental, toujours pas retrouvé depuis les années Ferguson, ses entames de match souvent ratées, quelque fond de jeu autre que se reposer sur ses individualités. Mourinho n’a pour l’instant rien apporté de plus que son prédécesseur, à part peut-être de faire un peu plus peur. On espère avoir la preuve du contraire jeudi soir, pour notre entrée en lice dans une compétition dont personne n’a rien à carrer, et surtout dimanche prochain, en déplacement à Watford, pour ce qui sera déjà une occasion de rachat. Ne te trompe pas, José.


LES NOTES

De Gea 2/5 : En place sur sa ligne, mais battu deux fois à cause d’erreurs défensives. Son jeu au pied aurait pu faire la différence, s’il en avait un.

Valencia 3/5 : Seul combattant dans cette équipe.

Bailly 2/5 : Prêt à mettre de l’impact, mais dépassé par le jeu en mouvement citizen. Il n’ a pas beaucoup pesé.

Blind 1/5 : Il n’est pas autant à blâmer que ce que les internets en disent. Pourtant c’est bien lui qui est directement responsable sur les deux buts adverses. Note sanction.

Shaw 2/5 : Il aime toujours jouer haut et défend plutôt bien. Lui a manqué de peser sur la défense adverse, ou au moins de proposer quelques incursions.

Fellaini 2/5 : Son travail de destructeur a été mis en défaut par la stratégie de contournement opérée par Guardiola. Quand l’équipe a cessé de défendre, il a joué avant-centre, sans plus de succès.

Pogba 2/5 : Quand on connaît son talent, on ne peut que supposer qu’il est à court de forme. Et s’armer de patience.

Rooney 2/5 : S’il est toujours prêt pour le combat, on a retrouvé sa légendaire lourdeur et son imprécision chronique au moment de faire des différences.

Mkhitaryan 0/5 : Je crois ne pas l’avoir vu réussir ne serait-ce qu’un contrôle.

Lingard 0/5 : Je crois ne pas l’avoir vu toucher ne serait-ce qu’un ballon.

Ibrahimovic 2/5 : Marque pour rien, pèse pour rien, parle pour ne rien dire. Le Z des grands matchs, n’en déplaise à ses thuriféraires.

SUBS

Rashford 3/5 : En sa présence, l’équipe a plus tiré lors des trois premières minutes de la seconde période que lors de toute la première.

Herrera 2/5 : De l’envie, et quelques prises d’initiatives intéressante, mais rien qui fasse se lever de son siège, malheureusement.

Martial NN : Il a du en prendre beaucoup du plaisir, pendant ces 15 dernières minutes où toute notion de tactique s’était éclipsée…

Bobby Carlton.

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

Un commentaire

  1. On a vu une bonne première période de merde !!! Blind a pondu une des pires performances depuis qu’il est au club, Bailly a été ric rac tout le match, Fellaini a tenu la baraque défensivement mais il était seul, Pogba insuffisant malgré quelques éclats. Mais surtout une triplette Rooney, Lingard et Mkhitaryan en dessous de tout. La deuxième période a été meilleure grâce à Rashford qui devrait être titulaire avec Martial sur les côtés. Mourinho a chié dans la colle avec sa compo !
    Dommage que Zlatan loupe deux buts juste avant la pause, mais le but qu’il met, faut le mettre…

    J’avoue que ça me troue le trou de balle de l’avouer, mais De Bruyne a été magistral, il nous a tué à lui tout seul.
    Dommage qu’on n’ait pas profité du match cataclysmique de Bravo (qui a mal porté son nom sur ce match) car il nous a donné la place pour au moins égaliser. C’est un scandale que l’arbitre n’ait pas sifflé pénalty sur son attentat sur Rooney en deuxième période. Mais la victoire blue ne souffre d’aucune contestation, c’est mérité, point. Ce n’est qu’un match, il en reste beaucoup et surtout il reste un match retour. Rashford nous le gagnera, comme la saison dernière !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.