Paris SGEL / En Avant les chenapans (1-2) – Sortie de route pour la Porte de Saint-Cloud Académie

Parce que c’est la Coupe Pneu, vous comprenez…

Salut les précaires de 2019,

Youpi, revoilà la Coupe Pneu, qui a déjà remplacé la Coupe Moustache dans les coeurs des Frônçais. L’occasion pour Paris-Saint-Germain-en-Laye de réunir quelques dizaines de milliers de personnes un mercredi soir pour affronter la lanterne rouge (257 dans toute la France selon la préfecture et son partenaire officiel BFMTV), et pour le service public de nous ressortir les sempiternels refrains du gros méchant parisien contre le petit poucet de province : gneugneugneu, on savait à quoi s’attendre en venant ici, gneugneugneu, on vient pour ne pas être trop ridicule, gneugneugneu, mépris de classe.

On essaie vaguement de nous bercer d’illusions sur le déroulé de ce mâche dont la physionomie est courue d’avance, en arguant de l’esprit de compétition à toute épreuve de nos grands champions parigots, de la hargne des sans-dents costaricarmoricains, tout ce beau monde ayant évidemment envie de gagner cette coupe en carton comme si c’était le SMIC à 2 000 euros de ses morts. Mais le pire c’est qu’on le sait, tout ça, nous autres, affalés devant nos postes TV : on le sait que ce mâche compte pour du beurre, qu’on nous la fait à l’envers en nous vendant le choc de l’année (le 9 janvier c’est plus facile, y a pas encore trop de concurrence)… Pourtant on est là, à scruter d’un oeil hagard ce spectacle factice, ce mâche à enjeu sans enjeu, ce grand débat sans débat, cette partie de plaisir sans plaisir.

Spoiler alert : en plus on a perdu.

 


LA RENCONTRE


 

4-2-3-1 : Thomas finit par se liguainiser.

Haha ! Ils sont bien feintés les téléspectateurs, hein ? Ils s’attendaient à 70% de possession pour PSGEL ? Et ben ce sera 80%, tiens ! Pan, dans les dents ! 

[ndla : n’ayant rien d’autre à ajouter sur la première mi-temps, l’auteur se permet une ellipse de quelques dizaines de minutes, n’y voyez aucune mauvaise volonté de sa part]

Bon, disons qu’on s’échauffait, hein. Mais voilà que nous rejoignent dans le tango endiablé de ce mâche au suspense insoutenable nos deux fiers guerriers latins, le camarade Eddy et le petit Marcoco ! Pour sûr, ça va aller mieux, Paris-Saint-Germain-en-Laye leur rentre dans le lard d’emblée, ça va y aller la déculottée ! Et allez, on rentre tout juste des vestiaires, et pan ! tête d’Eddy ! Et… Et…

Allez, c’est plus qu’une question de temps, là ! 

 

L’intérêt de l’académicien pour le mâche, une allégorie.

… Ça va rentrer, ça va rentrer ! 

Et allez, et paf ! l’enroulée pied droit de Kiki ! Ils chient dans leur froc ! À nous la coupeu peuneu, comme on dit dans l’extrême-sud-est (Béziers) ! Ils ont l’air rien con avec leurs contres de merde, à 2 contre 5, là, haha ! Hé, l’autre, y croit, face à 3 défenseurs compétiteurs qui ont la soif de trophées et tout, il va marquer, hé l’autre… Hé mais, il fout quoi le Belge, là, pourquoi qu’il y marche sur les arpions ? Et ben allez, pénaltoche, mais là on vous attend les mecs, vous allez voir ! Eeeeet BOUM ! au-dessus, le nul ! Hahaha ! Alors là, rater une occase offerte comme ça, on dirait un gilet jaune face à une porte de ministère défoncée ! Tout penaud, le nullos, l’autre Marcus, là, le fils de l’autre, là ! 

Et la répression elle attend pas, elle ! Et le gros coup de matraque, c’est le centre de Tom le Meunier pour le smash de la grosse tête de Némarre, tiens ! Uppercut dans la gueule de Guingamp ! Il aura bien mérité sa cagnotte Leetchi, tiens, et pas besoin de robot pour la remplir, celle-là ! 1-0 ! Ils font plus les fiers les Brittons, ha ! 

[ndla : ne trouvant plus la force de feindre un tel enthousiasme pour une rencontre présentant si peu d’intérêt, l’auteur se propose de revenir à un mode de narration plus traditionnel. En vous remerciant pour la gêne occasionnée. Soutien aux familles des vitrines. Et nos SDF ?]

Bref, fin de mâche à rebondissements avec la deuxième pénalité à un quart d’heure de la fin, puis la troisième dans le temps additionnel (1-2), avec des bévues cette fois de Jean Bernard et Kékérer. La fin de mâche se déroule dans le calme, Marcoco, Eddy et Némarre venant tranquillement, à la file indienne, chercher leur carton jaune auprès de l’arbitre, comme des grenouilles de bénitier faisant la queue pour l’eucharistie du père Bastien. 

Voilà voilà, la coupe Pneu c’est fini, à croire que les pneumatiques nous réussissent moins que les poilus. Paris-Saint-Germain-en-Laye, mort pour la France, sous l’oraison de Kader Boudaoud. 

 

L’intérêt de M. Bastien pour les arguments de Némarre, une allégorie.

LE SOVIET QUI NE PASSERA PAS LE CT


 

Sainte-Aréole (2/5) : Il a dépensé tout son karma dans le détournement du premier péno, mais il n’avait pas prévu de se faire lâcher à ce point par sa défense.

Tommy Griveaux (1+/5) : Forcé par les gilets guingampés à déserter son ministère du couloir droit et à concéder le pénaltoche, il n’a pas tardé à répliquer sur les rézo pour placer sa passe dé en forme de discours « LA RÉPUBLIQUE EST EN DANGER ». 

Titi Kéké (1-/5) : À part le pénaltoche qu’il provoque, je vois pas.

Titi Sisi (2/5) : En bon capitaine de navire, il sait déléguer les bavures à ses lieutenants pour mieux s’accaparer les palmes du « mouais, faute de mieux ».

Jean Bernard (1/5) : C’est pas que t’as grand chose à te reprocher, hein. Mais t’as encore moins de choses pour ta défense.

Markiki (1/5) : Les jours impairs, ça fonctionne pas.

(remplacé à la mi-temps par Marcoco (1/5), sans beaucoup plus d’idées)

JUL (2/5) : Faire un match discret suffisait à tirer son épingle du jeu dans cette équipe aux abois. Un mâche à la Bayrou.

(remplacé à la 75′ par Dani la Lèche, de retour)

Ange de Marie (1/5) : Pfiout.

(remplacé à la mi-temps par le camarade Eddy (1/5), qui s’est bien appliqué à tout rater)

Pousse-Mousse (2+/5) : Il en voulait le gamin, au moins.

Némarinho (3+/5) : Quand ça surnage, on surnote. 

Kiki (1/5) : C’est pas drôle, Kiki.

 

Des bisous insurgés,

Georges Trottais

Georges Trottais

L’homme le plus (lutte des) classe(s) du monde.

Un commentaire

  1. Évidemment que oui. Un match que vous n’ eûtes pas perdu avec Zlatan Ibrahimopitre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.