PSG-Rodez (5-0), la Porte de Saint-Cloud Académie livre ses notes

J’inaugure aujourd’hui la version féminine de la très réputée Porte de St-Cloud Académie. Parce qu’il faut promouvoir le foot girly, parce que même chez les meufs «Paris est magique», parce que ça joue pas si mal que ça, et parce que dans le lot, il y en a des vraiment très charmantes. Et puis comme horsjeu.net me laisse une tribune libre, autant en profiter. Surtout que Marinette Picon-Bière et sa Meufs-Académie ne se foulent pas trop en ce moment. Madame ne note que l’équipe nationale.

Raison supplémentaire : la défaite au Parc hier m’a vénère grave. Et je suis sûr que les meufs mettront une danse à l’équipe de Rodez. Bref, j’y vais, mais en catastrophe. Je me suis réveillé à l’arrache (20 minutes avant le coup d’envoi), je sens que je vais rater le début, c’est malin. Le temps de dire bonjour/au revoir à la darronerie, et direction le stade avec mon paquet de Petit Beurre, même pas eu le temps de manger.

 

Retour de Charléty :

Comme prévu, je rate presque 10 minutes. Mais le truc cool, c’est que je rentre en 30 secondes, le temps de montrer mon abo au Parc, et de chopper un billet gratos. Merci le PSG. Le placement en tribune est libre, évidemment. On est environ 200, y’a de tout, dont pas mal de gamines entre 10 et 14 ans, visiblement toutes footballeuses en herbe. L’ambiance est bon enfant, y’a quelques rares motivés pour chanter (mêmes chants qu’au Parc). Certains entonnent : « les féminines sont merveilleuses ». Ça part d’un bon sentiment, mais ça ressemble à rien.

 

 

Comme vous le voyez, pas de Laure Boulleau (#déception) sur la pelouse. On est organisé en 4-4-2, mais ça ressemble plus à un 4-3-3 tant Dali est portée vers l’avant.

Paris trouve l’ouverture du score au quart d’heure de jeu par l’intermédiaire de Kenza Dali (#coeuraveclesdoigts) qui trouve le petit filet, suite à un service d’Asllani (Zlatanette). Jusqu’à la pause, on maîtrise le sujet sans arriver à aggraver la marque. C’est parfois brouillon, beaucoup de touches de balle superflues, et quand c’est pas Zlatanette qui foire ses conclusions, c’est un pied ou une tête adverse qui écarte le danger. A part un seul corner (il me semble), Rodez lutte tant bien que mal et résiste comme elle peut. A noter qu’on passe énormément par les côtés, et que nos ailières jouent très bien leur rôle dans cette optique.

Au retour des vestiaires, notre belle Suédoise passe enfin la seconde et inscrit un but en 2 temps après avoir tiré sur le poteau. Là, c’est le début de la fin pour nos adversaires du jour. Les pauvres ne voient plus le jour. Ce sont des vagues bleues qui déferlent sur les cages ruthénoises (merci wikipédia). Les rares contre-attaques sont vite calmées par notre solide charnière centrale. Hamraoui, toute juste rentrée, plante une nouvelle banderille dans le petit filet. Les défenseuses sont acculées sur leur gardienne. Ça prend l’eau de toutes parts. On tente enfin des frappes lointaines (c’est pas trop tôt). Les 10 dernières minutes sont un calvaire pour Rodez. Suite à un déboulé côté droit à toute vitesse d’Asllani, Bresonik prend son temps pour transformer le caviar de sa copine. On achève par une frappe des 18 mètres en pleine lucarne grâce à Hamraoui (encore). Un but copié-collé de celui qu’elle avait mis contre Issy la semaine dernière (#thumbsup).

Victoire convaincante, mais l’opposition était faiblarde. Globalement, le match était plaisant à voir. Sur certaines actions, ça ressemble quand même à du foot de récréation, notamment sur celles se déroulant dans la surface. On dirait du billard, et ça se désorganise vite. En tout cas, même si toutes n’ont pas la même aisance technique, le niveau du PSG girly est bon, et plutôt homogène. Bref, des bonnes notes pour tout le monde !

 

Au coup de sifflet final, les joueuses se sont montrées très disponibles et sont venues spontanément vers le public pour discuter. J’en ai pas profité. La prochaine fois, je ferai moins le timide, et j’essaierai de gratter une itw pour horsjeu.net.

L’anecdote inutile : malgré son poste, Houara porte le numéro 11. Elle a été remplacée par Akherraze, qui porte le 9. WTF ? Des arrières avec des numéros d’attaquantes ?!

 

En fonction des retours, je ferai d’autres académies girly pour Paris. Peut-être pour le match contre Lyon (sur Eurosport à 15.00), mais y’a un PSG vs Rennes le même jour au Parc à 17.00… Bien joué…

 

Benameur (3/5) c’est vraiment histoire de, hein. Parce qu’à part essayer de bronzer un peu, elle n’a rien eu à faire. Une partie de campagne, quoi.

Debonne (5/5) qu’est-ce qu’on s’emmerde avec Maxwell alors que la meilleure recrue à ce poste est ici ? Non seulement elle défend bien (elle est d’abord là pour ça), mais en plus ses montées sont efficaces, et elle n’hésite pas à prendre sa chance de loin. Prends-en de la graine, Sherrer !

Krahn (4/5) oh purée, ça rigole pas ! Une vraie muraille qui n’a rien laissé passer, et qui amène une bonne présence physique sur nos nombreux corners. Marrant son gros coup de pression à l’attaquante de Rodez en fin de partie.

Delannoy (4/5) moins costaude que sa collègue mais elle compense par une très bonne lecture du jeu. De quoi annihiler rapidement les offensives adverses. Un match sans trop de difficultés.

Houara (4/5) elle est forte Jessica, même quand elle n’évolue pas à son poste de prédilection. Ce qui explique d’ailleurs un manque d’automatismes sur son côté avec Dali. Rarement mis à l’épreuve, elle a passé beaucoup de temps dans la moitié adverse. Sortie pour cause de douleurs à l’épaule (m’a-t-elle dit sur twitter).

Bresonik (4/5) elle a joué relativement haut, et en a été récompensée en mettant notre 4ème but, tout en décontraction. Elle a souvent pris sa chance, mais a manqué de réussite.

Cruz (4/5) alors elle, elle a vraiment du ballon. Et puis elle a les yeux partout, ce qui est quand même pas mal à son poste. Probablement la plus technique de l’équipe, un vrai bonheur de la voir jouer au PSG cette année.

Kaci (3/5) plus discrète que sa copine costaricienne, mais souvent disponible pour l’équipe. Une travailleuse de l’ombre.

Dali (4/5) Kenza est belle, Kenza a du style quand elle joue, Kenza marque, Kenza sait tirer des corners (Nêné, look and learn !). Bref, Kenza, j’te kiffe ! Une baisse de régime en seconde mi-temps par contre, non ?

Horan (3/5) ni buts, ni passes décisives aujourd’hui mais un travail intéressant devant, agissant comme une vigie, bien aidée par son physique. Même les stadiers (pourtant balèzes) en faisaient la remarque, c’est vous dire…

Asllani (4/5) Zlatanette a mis du temps à rentrer dans la partie, avec 2 duels gâchés en 1ère période. Beaucoup plus active après la pause, elle n’a pas calculé ses efforts. Les chiffres parlent pour elle : 1 but, 3 passes décisives. Incontournable.

 

Les remplaçantes :

Hamraoui (4/5) 2 buts en 30 minutes. Réponds à ça Zlatan ! Le second est magistral : enchaînement petit-pont-patate-dans-la-lulu. Imparable !

Akherraze (non noté) pas tellement eu d’occaz’ de se mettre en évidence

Pizzala (non noté) une rentrée pour faire souffler Dali.

 

Les adversaires : la première période aurait pu leur donner confiance. Mais en fait non. Attaquantes esseulées, milieux en difficulté, défense submergée.

 

L’arbitre, Mlle (Mme ?) Coppola : pas de grosse faute à siffler, ni de décision litigieuse à prendre. Un bon arbitrage.

 

Si vous voulez faire de moi une reu-sta au bahut, si vous voulez faire grimper ma cote de notoriété populaire, bah faîtes pas vos crevards : likez mon acad’, googleplussoyez mon article, et followez-oim ! Il en va de ma réput’! Et puis lâchez des commentaires aussi ! Bitch, please.

 

Petit-Louis Fernandel

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

11 commentaires

  1. ça fait plaisir de lire du foot féminin plus régulièrement (Marinette, passe plus souvent).

  2. J’attends avec impatience l’acad psg-sainté et surtout la note de Bodmer.
    Son replacement défensif suite à sa perte de balle aura surement enchanté PLF.

  3. Recrutez Eugénie le Sommer, et j’aurais plus de plaisir.

    mais c’était bien quand même !

  4. @WP: j’avoue que j’ai une idée derrière la tête…

    EDIT: Isabelle Ithurburu a RT mon acad’ sur twitter! Yes! Le début de la gloire! Merci à elle!

  5. Des gamines entre 10 et 14 ans et t’as même pas essayé de pécho ? Comme on dit : « Tant qu’y a du poil, c’est légal »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.