West Ham – Arsenal (1-0) : La Gunners Academy livre ses notes

C’est une tradition. Chaque hiver depuis plus de dix ans, à Arsenal, on en chie des ronds de chapeau. Les blessures, la fatigue et le calendrier surchargé exposent les failles plus ou moins latentes. Unai avait jusque-là réussi à réparer les fuites au gros scotch, réussissant même l’incroyable avec cette série de plus de vingt matchs sans défaite. Mais les mauvaises habitudes semblent enfin nous avoir rattrapés.

La machine est grippée. Ça a commencé par un remplissage en bonne et due forme de l’infirmerie, poussant Emery a aligner des formations plus ou moins bricolées. Puis le jeu a commencé à prendre du plomb dans l’aile. Ajoutez à cela une défense de toute façon plus ou moins rincée, et on se retrouve avec une équipe dans une mauvaise passe. Cinq matchs sans victoire à l’extérieur. Derrière, c’est toujours aussi fragile, mais voilà que devant semble se créer un nouveau problème depuis quelques semaines : l’absence de milieux offensifs dignes de ce nom pèse lourd dans la balance. On ne crée plus assez, on ne percute pas, on ne pénètre pas, il n’y a plus de liant entre le milieu et l’attaque. Xhaka, Guendouzi ou Torreira sont obligés de forcer les passes verticales sur une grande distance, Lacazette est obligé de décrocher, Iwobi doit assurer le seul le job de dribblouilleur de service. Et quand, par chance, on aligne un 3-4-3 (notre meilleure formation depuis le début de saison), il finit par se retourner contre nous à cause du manque de synchronisation des joueurs de flanc. Bref, quelque chose déconne sévère.

Ce n’est pas irrécupérable non plus, on arrive tout de même à se créer des occasions. Mais quand on se met à balancer des ballons au pifomètre comme on le fait depuis le match à Liverpool, quand on pêche à la finition comme ça a été le cas d’Aubameyang et un peu de Lacazette aussi samedi, bah nos lacunes défensives finissent par nous péter à la gueule. Même contre une équipe aussi bancale que ce West Ham, vaillant certes, mais sans plan de jeu apparent. C’est pas encore désespéré mais il va falloir sérieusement réparer ce qui doit l’être avant que ça finisse en quenouille. D’autant qu’après les propos d’Emery sur le mercato – plus de thunes, on ne peut envisager que des prêts – je vois mal comment ça pourrait être une solution.

LENO : 3/5
Crucifié à bout portant par le dégagement de gros tocards d’un petit camarade. A assuré le reste.

KOSCIELNY : 5/5
Deuxième grosse performance du Kos’ après Fulham. Ça fait tellement de retrouver un défenseur avec un cerveau fonctionnel. Alors oui, bon, c’est vrai, il a perdu certaines de ses qualités athlétiques mais dans ce système à trois, il se pose en rampe de lancement exceptionnelle. J’avais hâte de le voir avec Emery, connaissant son amour de la relance verticale, je n’ai pas été déçu.

SOKRATIS : 3/5
Je retiendrai qu’il s’est fait marcher dessus par Andy Carroll en fin de match après avoir été bouffé par Firminho et Mitrovic. C’ets bien de lui filer les gros pimpins de PL, faut-il encore qu’il hausse son niveau pour reproduire la même performance que contre Kane.

MUSTAFI : 2/5
Je sais pas exactement qui est le bougre d’âne qui lui a dit qu’il avait un bon jeu long, mais on continue de le payer à chaque match.

MAITLAND-NILES : 2/5
Ouais, sûrement que wing back, c’est le poste qui lui correspond le mieux parmi les 732 qu’il a déjà essayés. Ses non-capacités défensives restent toutefois problématiques et jouer dans ce registre semble lui donner un prétexte pour oublier de replier.

KOLASINAC : 2/5
Il avait déjà produit le même match à Fulham, une prestation à double tranchant où il s’est montré aussi incisif et utile devant qu’inexistant derrière. Pose de gros problèmes lorsqu’il est aligné du même côté qu’Iwobi. Si Monreal revient, je suis chaud.

XHAKA : 2/5
Le but est pour sa pomme. Amortir un ballon à la tombée d’un corner défensif pour le mettre au point de penalty, c’est au mieux débilou, au pire complètement con.

GUENDOUZI : 2/5
Dommage, après son excellent match face à Fulham, le minot n’a pas réussi à enchaîner. Difficile de lui en vouloir tant la marche est haute cette année, et tant ce qu’on lui demande est difficile. Encore une grosse débauche d’énergie mais c’était un vrai désastre dans les transmissions. S’il veut pouvoir être décisif dans la dernière ou l’avant-dernière passe, va falloir éradiquer ce manque de concentration.

IWOBI : 4/5
Il joue toujours avec des petits fers à repasser à la place des pieds, mais pour une fis, ça ne s’est pas trop vu. Bon dans la prise de décision, c’est toujours pas ça, il envoie les balles trop tôt, trop tard ou au mauvais endroit, mais pour ce qui est de percuter dès qu’il y a un peu d’espace, il fait terriblement mal.

AUBAMEYANG : 1/5
Une sorte d’Ibrahima Bakayoko mondain.

LACAZETTE : 2/5
Je suis dur avec lui sur ce match, parce qu’il a encore une fois été particulièrement volontaire et s’est procuré de grosses occasions. Mais non seulement il ne convertit pas – ça, passe encore, c’est pas du 100 % de réussite – mais il a surtout manqué de précision dans ses transmissions, et exprimé un peu trop souvent sa frustration à mon goût…

RAMSEY (pour Mustafi à la 59e minute) : Entré pour densifier le milieu de terrain et mettre un peu plus de créativité autour de la surface. Il a fait deux-trois talonnades et autres déviations. Mission accomplie.

TORREIRA (pour Xhaka à la 59e minute) : J’aurais préféré qu’on le laisse complètement souffler contre Fulham et qu’on puisse l’aligner dès le départ samedi.

BELLERIN (pour Maitland-Niles à la 69e minute) : En voilà un dont le retour va faire du bien. Une bonne entrée, il a l’air en jambes, même s’il n’a pas spécialement eu le temps d’être décisif.

Et bien, comme on le disait plus haut, les sousous, c’est pas franchement la fête. Pas de thunes à dépenser cet hiver, seuls des prêts seront envisageables. Plus de Ligue des Champions, une masse salariale étouffante, il fallait s’y attendre. La renégociation des contrats avec Emirates et le passage chez Adidas devrait nous donner un peu d’air cet été.

En attendant, il ne faudra pas trop compter sur le mercato hivernal pour corriger quoi que ce soit.

L’ami Petr Cech vient d’annoncer qu’il prendrait sa retraite à la fin de la saison. Un putain de bel homme, un immense gardien (en taille, oui, mais pas seulement) et un professionnel hors norme. Après des années à jongler entre les portiers pourlingues, son arrivée a été une bénédiction. Merci grand, on aurait aimé t’avoir avant.

En bonus, trois acads en une : une équipe de petits pipous est allée gagner à Blackpool pour notre premier match de FA Cup. Le terrain était merdique, les tribunes étaient vides (les supporters protestent contre leur proprio) et le jeu aléatoire. Mais le petit Willock – qu’on apprécie assez par ici – a mis un doublé de raccroc.

Le déplacement à Fulham quant à lui était annonciateur du match à West Ham. Des longs ballons, un jeu éteint, pas de pénétration. Un Xhaka des temps anciens – donc cassé – un gros Guendouzi, un Aubameyang croqueur comme il faut… Ce qui se passe n’est donc pas une surprise.

Le Père Fidalbion

J'ai décidé de supporter Arsenal grâce à FIFA 99 : y avait Dennis Bergkamp sur la jaquette et c'était la première équipe disponible dans l'ordre alphabétique. Ce jour-là, j'aurais mieux fait de me péter une jambe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.