Manchester United-Wigan (4-0) : La Raide et Vile Academy livre ses notes de Cup

Salut à tous !

En ce dimanche 29 janvier, les frétillantes demi-mondaines de Manchester United recevaient de bourbeux banlieusards en leur magnifique écrin de plaisir d’Old Trafford, dans un match comptant pour le 4è tour de la Coupe d’Angleterre.

Dans ce derby du Grand Manchester, peu d’enjeux pour nos raides et viles terreurs, à part bien évidemment celui de s’éviter une grossière déconvenue face à un club de Championship, et celui d’un turn-over assez vigoureux imprimé par notre José de manager.


COMPOSITION INFERNALE.

Les mots manquent pour dire notre plaisir de voir la première titularisation de Schweinsteiger après un an et un jour.


LE MATCH.

Rarement cette saison début de match aura été si peu enthousiasmant de la part de nos gagneuses. Face à des Latics vaillants à défaut d’être particulièrement talentueux, les coiffeurs de José ne rasent pas franchement gratis.

Rapport à sa nouvelle coupe de cheveux. Vous l’avez ? Non ? Elle est bonne pourtant !

Au contraire, les rouges diablesses manquent terriblement de liant, et se font par ailleurs gaillardement rentrer dedans. Sans subir le jeu, on concède de premières occasions, mais fort heureusement Romero semble être, lui, concerné.

L’imposture s’ajoute cependant au n’importe quoi lorsqu’on constate un nombre de pertes de balles et de fautes se succèdent à un rythme bien plus effréné que les passes précises et les dribbles ravageurs. Toute la ligne d’attaque peine à s’exprimer, Mkhitaryan et Mata ne parvenant pas à créer de différence. Rooney a l’influence d’un chef d’orchestre face à David Guetta, et Martial quant à lui, force son jeu dos au but jusqu’au ridicule dans les rares moments où le ballon lui parvient.

Au cœur de ce grand rien footballistique, il faut pour ouvrir le score un centre longue distance de Schweinsteiger pour la touffe mobile de Fellaini (qui fait probablement faute, mais on s’en fout). 1-0, 44è.

La deuxième mi-temps n’est pas beaucoup plus animée, mais l’on assiste à l’effondrement physique des Latics, qui subissent le contre-coup de la supériorité technique de nos gagneuses.

Cela se concrétise assez tôt par un but de Smalling qui assène un violent coup de tête à bout portant sur un très bon centre de Martial après l’habituel crochet extérieur de ce dernier. À noter que le bon Toto a retrouvé toute son influence en même temps que son couloir gauche en cette deuxième mi-temps. 2-0, 57è.

Ensuite, quelques micro-événements viennent s’ajouter à une fin de match pépère, comme l’entrée d’Axel Tuanzebe, jeune pousse de l’académie qui prend place en tant que latéral droit (comme toutes nos jeunes pousses, diront les mauvaises langues) en remplacement de Thimoty Fosu-Mensah qui semble être sorti sur blessure.

Sur ces entrefaites, Mkhitaryan conclut un contre fulgurant suite à un une-deux parfaitement exécuté avec Martial (3-0, 74è), et Schweinsteiger profite que la défense de Wigan s’est arrêtée de jouer pour inscrire un but acrobatique sur un corner dévié par Herrera. 4-0, 81è.

Et Mourinho de changer de gardien pour lancer un autre espoir de Carrington dans le grand bain : Joel Pereira, à qui dix minutes sont offertes pour ne rien faire du tout, puisque Wigan a disparu de la circulation.


THE NOTES.

Romero 4/5 Sérieux, concentré et prompt à se remettre sur pied dès un arrêt effectué. Tout le contraire d’un académicien un dimanche après-midi, à vrai dire. Remplacé par Pereira (80è).

Fosu-Mensah 3/5 Pas toujours dans le rythme quand il s’est agi de combiner avec ses partenaires, il a en revanche fait montre d’une belle capacité à se projeter vers l’avant. Remplacé par Tuanzebe (68è).

Smalling 3/5 Il donne toujours un peu l’impression de faire n’importe quoi, mais dans un match de ce niveau technique, il n’a pas vraiment détoné.

Rojo 4/5 Aussi absurde que cela puisse paraître, et douloureux à écrire pour l’auteur de ces lignes, il a été le meilleur Mancunien sur la pelouse. D’une solidité à toute épreuve au duel, il a aussi contribué à la qualité de relance de l’équipe, et a parfaitement suppléé Shaw quand celui-ci tardait à redescendre.

Shaw 2/5 Lui en revanche ne semble pas vouloir prouver quoi que ce soit, alors que tout le monde attend son retour depuis des lustres. Cette sale blessure, bien évidemment, mais aussi peut-être une petite carence en condition physique. Alors tu arrêtes le fish and ships et tu doubles les poids à la salle stp.

Schweinsteiger 4/5 Quand ce grand monsieur gambade sur un terrain, le football est chez lui.

Fellaini 3/5 Combatif, maladroit, violent, buteur, inélégant, lent, grand, dispensable mais présent. Aucune mention n’est à rayer. Remplacé par Herrera (70è).

Mkhitaryan 3/5 Invisible en première mi-temps, il a commencé à exister à mesure que les espaces se sont ouverts, pour finalement jouer un match plein où il a même marqué.

Mata 3/5 Il a eu du mal à s’exprimer lui aussi en début de match face au pressing étouffant des Latics. Puis comme son compère arménien, il a tricoté à droite à gauche joyeusement.

Martial 3/5 Aussi insolemment nul en pointe que brillant dès qu’il a retrouvé son côté.

Rooney 2/5 Malgré son travail de capitaine en ce qui a concerné passer des savons à Shaw quand il ne mettait pas un pied devant l’autre et mobiliser ses troupes, il a eu bien peu d’influence.

SUBS.

Tuanzebe NN Difficile de se faire une idée sur 20 minutes d’un match déjà quasiment gagné. Mais c’est toujours plaisant de voir de nouvelles têtes.

Herrera NN Le moteur toujours à bloc.

Pereira NN Nouvelle tête aussi, mais on se demande bien s’il a touché ne serait-ce qu’un ballon. L’avenir, quoi.

Bobby Carlton.

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.