Boavista-Porto (0-1) : La Dragão Académie livre ses notes

Ce soir c’est match de Derby et ce sera à l’ancienne. Taquets, insultes qui font rire les consultants qui ne peuvent pas les traduire et expulsion de coach, bem Vindo em Porto.

Bom Dia,

Après la ligue des champions, le derby, je ne sais pas pour vous, mais moi ça m’émoustille toujours au niveau de l’entre-jambe ces histoires.
Alors certes le Boavista n’est plus le club phare des années 2000 mais un derby est un derby et il faut être maître chez soi avant de faire comme chaque saison Minus : Conquérir le monde.
De notre côté, à part Aboubakar out pour la saison, tout le monde est sur le pont, enfin sauf Bazoer qui est éjecté du groupe pour mauvais comportement et sa remise en cause de Sergio dans la presse, t’es pas à Paris ici, va fermer ta gueule, allez va.

O Equipe :

Sergio décide un coup tactique que personne n’avait prévu.
C’est donc un 433 très offensif qui est aligné avec Corona arrière droit qui voit devant lui Otavio. Le reste est du classique puis ce que

O Jogo :

Dès le début on prend le jeu en pied et le Boavista rentre « physiquement » dans nos joueurs.
Boavista nous montre ce qu’ils espèrent, provoquer une erreur sur une miette pour nous niquer. Ça se traduit par une longue touche dans la surface et une partie de billard, mais ce n’est pas cadré.
Le match est complètement hâché comme un journaliste qui entre dans une ambassade d’Arabie Saoudite. Entre les fautes, les blessures plus ou moins réelles, les discussions avec l’arbitre et même un fumigène, c’est presque 25 minutes de rien.
Dans ce marasme entre boucherie et arrêt de jeu, Otavio manque d’ouvrir le score mais sa frappe finit dans le petit filet.
C’est ensuite Brahimi lancé côté droit qui enchaîne mais ne cadre pas.
En face rien, si ce n’est boite, boite boite et un arbitre qui laisse jouer et surtout ne sort pas de carton.
Sur un superbe contre, Marega fixe les défenseurs pour servir Otavio qui feinte la frappe pour centrer mais un défenseur revient dégager.
Sur le corner Felipe enchaîne poitrine et retourné mais il est signalé horsjeu.net.
Enorme action avec un ballon qui passe de droite à gauche pour finir par Herrera qui décale Brahimi mais le gardien la sort.
On fini fort mais encore une fois la tête piquée d’Herrera n’est pas cadrée.

Mi-temps :

C’est un Derby! C’est moche, ça découpe, l’arbitre laisse faire et les bancs ne font que s’insulter.
Sinon on a mis presque trente minutes à pourvoir poser notre jeu, mais le dernier quart d’heure a mis une grosse pression sur Helton qui pour l’instant repousse l’ouverture du score.

 

Le match reprend avec dix minutes de retard, entre les joueurs de Boavista qui reviennent cinq minutes après nous sur le terrain et des génies qui balancent tout ce qu’ils trouvent sur le gardien.
Boavista revient pour jouer haut et sur notre première occasion Marega manque d’ouvrir le score mais c’est une nouvelle fois repoussé en corner.
Boavista par contre n’a pas laissé sa tenue de boucher au vestiaire, pas comme les cartons de l’arbitre qui eux ne sont pas venus, ils avaient piscine ou un truc comme ça.
On continue d’essayer de poser notre jeu en passant par les ailes sans grand succès hormis un centre de Corona en retrait pour Herrera qui ne trouve pas le cadre, ou en changeant de rythme en jouant long sur Oliver mais sa reprise finit dans les gants d’Helton.
Soixante minutes passées et on n’y arrive toujours pas. Une heure que Boavista nous propose de rejouer la bataille de Verdun. On essaie, c’est pas le problème, mais même les corners de Telles sur la tête de Felipe ne sont pas cadrés.
Ahahahahah l’arbitre sort un jaune pour le gardien pour gain de temps, mais savatage ça non. Ce match a tout pour être épique pour ne pas dire Dantesque©.
Le match s’emballe sur une simulation de Boavista avec le joueur qui se fait shooter par un sniper avant de laisser son pied toucher Brahimi, sur le contre Marega manque de marquer en manquant complètement sa tête.
Sur le corner on marque mais l’arbitre siffle horsjeu.net de Herrera qui avait poussé la balle au fond. La panique commence à poindre quand sur une mauvaise passe en retrait Marega est à deux doigts de prendre la balle devant le gardien mais ça ne veut toujours pas.

A la 90e Hernani remet pour Soares qui rate le cadre alors que le gardien est battu.
Sur la dernière action sur un centre mal dégagé, Adrian voit sa frappe repousser et c’est Hernani qui pousse la balle au fond !!! 0-1 (90+5)

Derrière c’est le bordel, ça chambre, ça sort la testostérone et Sergio est exclu. MAIS LE DERBY EST POUR NOUS VAI TE FODERRRRRR CARALHOOOOOOOOOO !

O Resumo :

O Dragoes :

Casillas (3/5)
Même ne pas avoir grand chose à faire, il le fait bien, c’est à la fois merveilleux et rageant pour nous, simples mortels.

Corona (3/5)
La reconversion ça marche ! Un espoir pour tous les fabriquant de diesel.

Felipe (3/5)
Il a repoussé les assauts adverses en les insultants comme les français dans Holy grail, que c’est beau les derby !

via GIPHY

Militão (4/5)
Il dégage une force tranquille dans tout ce qu’il fait, du coup, ça a l’air trop simple le foot.
Annoncé de partout ce n’est pas la question de s’il va partir, mais où et quand.

Telles (3/5)
Enfin un match qui le rapproche de son niveau ! Bon pas de cadeau mais ho hein, vous avez quel âge pour encore croire au Père Noël ?

Danilo (3/5)
Comme dans la légende de Sparte, il n’y a pas besoin de rempart quand les soldats se dressent pour défendre la cité, ben Danilo fait pareil mais seul.

Herrera (4/5)
Il faut le cloner, il peut quasiment jouer de partout, et on va le laisser partir libre, putain on a perdu le mojo.

Oliver (3/5)
Passe laser, pressing, décalage, mais putain même s’il rate une passe, elle est belle.

Brahimi (2+/5)
On l’a senti fatigué, puis agacé à force de prendre des boites que l’arbitre ne jugeait pas capable de sanctionner.

Otavio (2+/5)
Meilleur en supersub qu’en titulaire. Pour ces matchs physiques il semble encore léger mais il progresse, on l’a un peu vu, alors qu’avant on ne le voyait même pas.

Marega (3/5)
Moussa n’a pas marqué mais il s’est crée des occasions et a enfin varié son jeu pour les remises et pas seulement la prise de profondeur.

 

O Banco :

Soares (3/5)
Des occasions en peu de temps, il aurait pu être le héros mais pas cette fois.

Adrian (3/5)
Alors là il sert à quelque chose ! Il commence à comprendre le jeu et se rend utile, incroyable !

Hernani (4/5)
Sortie de nulle part comme Cobra, il a fumé les rêves des joueurs à Damien comme ceux des pirates de l’espace.

Remarque à la con :

Si vous êtes des fidèles de la Dragão en cette période de fin d’année, un petit geste pour les enfants à l’hôpital.

Alors merci de cliquer sur le lien et de choisir un hôpital www.messages-de-noel.net

 

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

2 Comments

    • Ah ben ouvrir sa gueule contre le coach au moment ou il te donne du temps de jeu pour entrer dans la rotation, oui je pense que c’est une bonne définition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.