La Caramel Anglais Academy dresse le portrait de ses prétendants

Vous vous attendiez à l’académie sur le match d’Europa League ? Bah non. Overdose de prozac, j’étais à l’hôpital.

Oui je n’ai pas vu le match olalala. Mais j’ai vu la compo. Donc avant d’aborder l’Everton Bachelor, je vais faire un petit point sur l’équipe alignée face à nos camarades lyonnais.

Ladite compo :

Martina (défenseur droit) titularisé à gauche. Holgate (défenseur droit de formation) titularisé au centre. Kenny qui sort de plusieurs mauvais matchs, titularisé à droite et enfin, Williams, capitaine. Bien, avec tout ce beau monde le match ne pouvait que bien se passer n’est-ce pas ?

Mais le meilleur reste à venir. Devinez quel buteur nous avions ? Sigurdsson. La prochaine fois, quitte à faire n’importe quoi, autant titulariser Rooney en pointe non ? Hein ? Non, rien.

La dernière petite surprise fut au milieu, où Schneiderlin et Baningime ont échangé leur poste. Les deux qui sortaient d’un match très correct. Pourquoi garder la seule partie de l’équipe qui fonctionnait un tant soit peu ?

Le résultat fut net et sans bavure : défaite 3-0, blessure de Martina et rouge pour Schneiderlin. Un bon match.

Mais revenons-en à nos moutons !

Aujourd’hui ouvre les portes du manoir ! *musique sexy*

Notre premier candidat nous vient du Portugal ! Siiii señor ! Despues de être allé en Russie puis en Chine, cet entraîneur expérimenté se nomme Villas-Boas !

Le suivant est un grand coach qui prend en ce moment une petite pause bien méritée dans sa carrière en profitant du soleil italien, il se nomme, Ancelotti !

(oui, on fait rentrer les plus sexys en premier, laissez-moi rêver)

Ouhhhh nous avons deux prétendants qui franchissent la porte en même temps ! Manuel et Roberto ! Tous deux reconnus comme de très bons leaders, le Chilien et l’Italien pourraient tous deux apporter un gros boost à l’effectif.

Enfin, la rigueur allemande franchit la porte ! Libre de tout contrat, Tomas Tuchel pourrait recadrer tous les joueurs de l’équipe !

*regarde la liste* VITE, FERMEZ LES PORTES !!!! Un coup de vent soudain brisa la serrure, la porte ne pouvait se fermer, la panique et les erreurs de castings allaient rentrer.

Est-ce Antonetti ? Non, sa version anglaise ! Sam Allardyce vient de franchir la porte ! Non ce n’est pas fini, Sean Dyche le suit ! Mon dieu, l’ambition quitte le manoir, non ! Ce coup de vent a sûrement été provoqué par les arrivées communes de Marco Silva, Alan Pardew et David Moyes !

Cette émission partait si bien.

Bien, messieurs, asseyez-vous. L’heure est venue pour chacun d’entre vous de vous présenter et de séduire Everton !

Le descriptif des prétendants, au passé simple (vous n’y échapperai pas !)

Le premier coach s’avança, il s’agissait de Carlo Ancelotti. Cet homme avait de l’expérience, c’était certain. Il avait baroudé en Europe, sûrement grâce à Erasmus. Il avait déjà vu le paysage anglais pendant 2 ans à Chelsea, qu’il avait trompé pour répondre au chant français et parisien. Everton se sentait troublé en sa présence. Son expérience et ses cheveux grisonnant ne laissaient pas le club indifférent. Il sentait que Carlo pouvait lui apporter sa culture du football et sa capacité à gérer les grands clubs.

Ce dernier se rassit, laissant sa place à un Portugais, dont la barbe avait fait tourner les têtes chinoises. André Villas-Boas s’approcha et ne prononça un mot. Son regard disait « Je ne reste qu’un ou deux ans dans un club, ne t’attache pas à moi ». Puis il retourna à sa place. Le club avait l’impression qu’il ne pourrait apporter la stabilité dont il avait tant besoin.

Manuel et Roberto se présentèrent en même temps, pourquoi étaient-ils arrivés côte à côte ? Pourquoi essayaient-ils de conquérir le cœur d’Everton ensemble ? Tant de questions… Les hommes se mirent à parler. Ils avaient tous deux fréquenté la même fille, le même club, un voisin bleu à quelques kilomètres de là. Leur parcours se différenciait lorsque l’on regardait leur passé latin. L’un avait baroudé en Espagne tandis que l’autre avait préféré les plages italiennes. Ils dégageaient la même sensation, celle d’un changement radical dans l’esprit du club, mais était-ce un mauvais point ?

Ce fut au tour de l’Allemand de se présenter. Il était jeune, fringuant, fort d’une expérience européenne récente. Everton sentait sa vigueur, son envie, mais il ne connaissait pas l’humidité anglaise (je parle du temps pluvieux du nord de l’Angleterre. Au cas où.). Par conséquent, pouvait-il satisfaire les toffees ?

Un deuxième portugais s’avance, ce dernier avait déjà pratiqué l’Angleterre depuis quelques années, fréquentant plusieurs clubs. Il était lui aussi jeune, mais cependant moins expérimenté. Il avait la tête baissé et Everton trouvait qu’il manquait d’ambition.

Puis les natifs d’Angleterre s’avancèrent les uns après les autres, assurés. Tout d’abord l’ex-compagnon du club, David. Ce dernier l’avait quitté pour une célébrité, mais le couple n’avait pas duré et depuis ce départ, Dav’ et Everton n’avaient pas encore retrouvé le bonheur depuis cette séparation.

Big Sam’, lui, était un homme âgé et expérimenté. Il avait eu plusieurs aventures dans tout le royaume. Cependant, ses aventures ne se terminaient souvent pas bien. Everton n’avait point envie de se lancer dans une relation avec lui.

Enfin, le dernier s’avança. Alan. Lui aussi connaissait bien l’Angleterre et avait connu une relation avec « Nouveau Château » et ne s’était pas encore relevé de cette séparation. Il était peut-être encore trop tôt pour lui offre la main.

L’avis de Sir Layton Baynessi, ami proche d’Everton.

J’aime beaucoup certains prétendants comme par exemple Carlo, Roberto ou Manuel, mais j’ai peur que le club ne puisse entretenir ces derniers. Ils sont plus en recherche de sensations fortes dans un environnement où ils pourront rencontrer plusieurs européens en même temps, par exemple lors de ce meeting appelé « Ligue des Champions » il me semble.

Il faut malheureusement être plus réaliste et je pense qu’Everton va choisir quelqu’un de moins ambitieux comme Sean ou Sam qui sauteront sans doute sur l’occasion de tirer profit du peu de richesses que possède le club, sans pour autant l’emmener au septième ciel.

Sir Layton Baynessi.

Sir Layton Baynessi

Un commentaire

  1. J’adore la photo !!!!
    A part çà l’article est très complet, merci pour toutes ces infos ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.