Chaves Porto (0-4) La Dragão académie livre ses notes

Sortir d’un déplacement piège, en faisant tourner, sans blessé et sans carton, on appelle ça une soirée parfaite.

Bom Dia,
Alors que la course vers le titre est enfin relancée par le plus pur hasard de divers faits voyant les salopes en rouge nous coller aux basques. Porto doit s’imposer chez le sixième, qui reste sur quatre victoires consécutives.

O Equipe :

A trois jours de la Ligue des Champions c’est donc une équipe mixte entre les blessés et ceux qui doivent récupérer.
C’est donc Maxi qui remplace Ricardo, Otavio pour Brahimi et Soares pour Aboubakar.
Derrière aucun risque pour Marcano qui est remplacé par Reyes.

 

O Jogo :

Dès le coup d’envoi Maxi fait faute ce qui occasionne un coup franc sans soucis pour .
Sur la relance en trois passes on écarte sur Maxí, son centre arrive pour la reprise d’Herrera mais le gardien claque en corner.
Septième minutes, instant Slipomètre quand le 9 de Chaves fait festival dans la surface mais va se jeter sur Maxí pour avoir un péno mais YAPAPENO.
Au ralenti, heureusement qu’il exagère plus qu’un catcheur américain car il aurait dû avoir la faute.
Chaves joue et essaie de faire circuler rapidement la balle sur les ailes. On n’est pas en difficulté, mais on n’impose pas notre domination comme d’habitude.
Sur une récupération Otavio donne à Oliveira qui lance parfaitement Soares qui trouve le petit filet! 0-1!

A peine le temps de laisser l’engagement que Maxi rattrape une boulette de Reyes.
On ne prend pas la maîtrise et le match se tend. Chaves se plaint de contact non sifflé, et d’un péno pour un nouveau contact avec Maxi mais l’arbitre met un jaune à Pereira pour contestation.
Derrière on ne défend pas au milieu et sur un contre sort la parade puis assure la sortie sur le corner.
On se retrouve à jouer moins haut pour éclater en contre à la récupération, Otavio trouve Soares mais il perd son duel face au gardien.
Sur un relais entre Otavio et Maxí, l’Uruguayen trouve Soares pour une volée de toute beauté! 0-2.

A deux zéro, Chaves a pris un coup de Tri(quinho) derrière les oreilles.
On déroule avec Corona et Soares qui lance Marega mais Moussa rate le cadre.
Pendant ce temps là chaque action menée par Chaves finit annihilée par Maxí comme une tentative de rébellion tibétaine écrasée par la Chine.

On se fait encore des occases avec Soares et Marega mais la réussite nous fuit comme une chute de reins féminine, on la voit, elle nous attire, mais on ne l’atteint jamais.

Mi-Temps :

Une mi-temps maitrisée, même si on a laissé la balle à Chaves qui l’a plutôt bien utilisée. Sá a été impeccable. Soares revient en grande forme, Oliveira s’impose et Herrera est devenu REGULIER!

Alors qu’on reprend tranquille, Chaves essaie de s’approcher mais très tranquille sur les centres et corners, gère tout une main dans le slip, l’autre sur le ballon.
Que serait un Match de Maxi sans son carton débile? Une journée sans Eric Brunet qui insulte des fonctionnaires ? Une journée sans Laurent Wauquiez qui dit une fake news? Une journée sans une plainte pour viol contre Darmanin?
Heureusement Maxi conserve l’ordre de l’univers en prenant un jaune pour un tacle au sujet duquel même De Jong a déclaré “Ah ouais quand même”. Oui deux pieds décollés, alors que le ballon est vers la surface de Chaves et que le mec ne partait même pas en contre.
Mais Maxi étant qui il est, il se rattrape en montant et trouvant Marega qui fait un une-deux avec Otavio pour ajuster le gardien. 0-3.

Chaves ne sort plus la tête de l’eau car évidement c’est trois fois le poids pour lester un adulte (rappel : un enfant 4 fois, un nain 1 fois et une personne âgée c’est 5 fois le poids parce que les os sont poreux #Astuce).
Bref On pousse pour finir mais Soares trouve le poteau puis partant seul se fait déséquilibrer mais YAPAPENO!
Waris rentre et prend directement sa chance à 20 mètres mais il trouve la barre (je signale cette occasion car Majeed ne fera rien d’autre qui ressemble de près ou de loin à ce que nous qualifions de football).

On fait entrer Torres pour Otavio mais on laisse toujours la balle.
Certes on ne concède aucune occasion mais du coup on commence à s’emmerder.
On finit par un une deux OliveiraHerrera. Le portugais enchaîne contrôle poitrine et volée sous la barre 0-4!

Le plus beau était donc à venir.

O resumo :

O Dragoes :

Sa (3+/5)
Un vrai match de bonhomme, il fallait faire les parades à 0-0 puis rassurer sur les corners. C’est un sans faute

Maxi (4/5)
En fait c’est Bronn, le mercenaire de Game Of Throne, certes il peut trahir (coucou les salopes en rouge), mais son boulot il le fait bien, de façon brutale mais efficace.

Pas le style le plus subtil.

Reyes (2/5)
Léger au duel, il est plus à l’aise pour intercepter. C’est quand même un problème pour un central.

Felipe (2+/5)
Oui bon hein je défends, je prend pas de jaune et je ne monte pas, c’est RTT pour Felipe.

Telles (3/5)
On ne peut pas claquer des passes dé à chaque match. Mais défensivement il a fait plus que le boulot.

Herrera (4/5)
Le Tony Mitchelli du milieu, il peut à la fois faire le ménage et draguer la patronne.

Oliveira (5/5)
La dernière fois que j’ai vu un retour aussi improbable c’était Rocky 3.

Allez hop, le quatrième et on remballe.

Otavio (3/5)
Un touché de balle qui ferait honneur à Sasha Grey.

Corona (3/5)
Enfin un jeu simple qui trouve les situations dangereuses. Reste plus qu’à être efficace.

Marega (3/5)
Moussa ne déçoit que rarement, mais sa puissance et son abnégation en font un poison.

Soares (5/5)
He’s back ! Tiquinho est de retour et il va botter des culs, le T1000 des avants-centres.

Vous me pensiez fini?

O Banco :

Waris (2/5)
Une frappe et puis s’en va, son recrutement reste un mystère.

Torres (2/5)
Entré pour contrôler le milieu il a géré comme un poulet sans tête, ça court partout mais au bout de 5 minutes tu l‘as oublié.

Remarque à la con :

Toujours premier avec une mi-temps à rejouer, mais talonné par les deux gros.
A mi-février on est encore dans la course de ce mois de dingue.

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer
beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.