Pays-Bas – Tchéquie (0-2): la Poupée Tchéquie Academy dans « De Roon et désosse »

La Tym ne s’arrête plus. Il va falloir penser à remettre des canettes dans les salles de presse. Mais pas de pisse hollandaise, cette fois.

Un accident de parcours. Des jambes coupées. Mais personne pour aider. Seulement une Poupée mal intentionnée qui tente de profiter de la situation.

Synopsis simple, déjà vu mais efficace.

La composition :

Vaclik

Coufal Celustka Kalas Kaderabek

Holes Soucek

Masopust Barak Sevcik

Schick

Boril suspendu, Darida blessé et Jantko mauvais contre l’Angleterre selon Silhavy (il paie plutôt sa décoloration de merde) : la Poupée Tchéquie est obligée de sortir les seconds couteaux.

Le match :

2è : Premier tir, Holes-dessus.

4è : Les commentateurs :

« Soucek, avec Schick, c’est le niveau international »

Ah ben tant mieux, en voilà une bonne nouvelle.

« Et niveau connerie des gugusses qui font semblant de s’y connaître, on se situe où ? »

Poupée n’aime pas quand on se moque de Patrick et toute Saclik.

10è : Air-intervention traditionnelle en début de match de Kalas : check.

13è : Long ballon de Blind, Van Aanholt prend le ballon de la tête devant Vaclik, sorti en retard et n’importe comment. L’attaquant redresse le ballon…

« … Et Kalas ta bite »

C’est vrai que son tacle salvateur était vraiment beau.

« Par contre Vaclik, c’est le niveau natianal. Mais moi, j’ai le droit de le dire ».

22è : Centre de Sevcik, tête plongeante de Soucek trop décroisée. Première grosse occasion tchèque. J’y ai cru, j’étais prêt à sauter de joie !

« Quand la Sev monte, mon Vladi est toujours prêt à sauter »

Les Tchèques ont mis le temps mais sont bien rentrés dans le match. C’est qu’ils ont réussi à sortir de l’avion, c’est bien.

38è : Quelle occasion tchèque ! Masopust décale Barak dans les six mètres mais il tarde un peu à frapper et son tir est détourné par un tacle désespéré de De Ligt.

« Être plus lent qu’un pachyderme unijambiste est un sacré challenge. A croire qu’une seule guibole reste plus utile qu’un seul hemisphère. En même temps, c’est du foot, hein ».

39è : Tiens, un Hollandais hors-jeu de cinq mètres. Le gars, il croit qu’on a déjà enlevé cette règle comme le voudrait van Basten.

« Il est con, le type. Il sait bien que le hors-jeu est toujours d’actualité en e-sport, pourquoi on le supprimerait ? Et pourtant en termes de suppression, je ne suis jamais réticente ».

C’est la pause. Les Pays-Bas montrent qu’ils peuvent être dangereux. Les Tchèques, eux l’ont été. Grosse différence.

« Le plus important, c’est le passage à l’acte, c’est sûr ».

52è : Blind donne dans la verticalité (« c’est super ») pour Depay qui lasse passer (« j’en ferais de même »). Malen donne un coup de rein (« oh la la »), et se présente seul (« tu aurais pu venir avec tes potes ») face à Vaclik qui se couche (« quoi de plus logique ») et s’interpose. Quel geste du (« briseur de rêves ») gardien ! J’ai quand-même fait De Ligt d’huile.

« Encularsky !

-Qu’est-ce qu’il t’arrive, Poupée ? Il nous a sauvé les miches !

-Je parle de toi, petr-couye. Les termes que tu utilises ont toujours un double sens et moi je m’imagine des choses.

-D’accord mais là, c’était une action hollandaise.

-Mon cœur est tchèque mais mon cul n’a pas de frontière ».

Dans les secondes qui suivent, De Ligt se casse la gueule (De Glis en hollandais) et arrête le ballon de la main pour empêcher Schick de partir au but. Il annihile clairement une occasion de but.

« Amenez-le moi ce voleur de pommes, que je m’occupe de ses phalanges !

-Calme-toi, la VAR est là.

-Varela ? Comme celui de Bordeaux? Celui qui a fait du club sa chose et qui au lieu de payer comme il se doit après l’avoir défoncé de fond en comble, lui a mis les siens (de doigts) bien profond avant de se barrer avec la thune? Non, pas confiance.

-Tu me fatigues ».

Les gars du camion semblent plus consciencieux que l’arnaqueur en chef car ils sont allés au bout des choses et l’arbitre sort le carton rouge pour De Ligt !

64è : Grosse occasion avec Kaderabek, seul au second poteau mais qui a tardé à frapper. Décidément, les synapses tchèques dysfonctionnent. Saloperie de Korsakoff.

67è : Raie de Stekelenburg ! Un centre-tir de Barak, une savonnette et corner.

Raie et savonnette, ce sont les Eurojeuïades?

68è : Coup-franc pour la Tchéquie tiré au deuxième poteau, Kalas remise au premier pour la tête de Holes qui marque de près ! Trois Hollandais étaient sur la même ligne (l’habitude des péages sur la route des vacances sans doute), celle du but mais aucun au marquage (0-1) !

80è : Holes récupère un second ballon aux trente mètres et réalise une percée spectaculaire, un tout droit (ou un cul-tchèque comme on dit chez nous). Il s’avance jusque dans la surface et a la lucidité de centrer en retrait pour Schick qui trompe le gardien d’un plat du pied. La Tchéquie se détache et pour une fois, rien à voir avec la Slovaquie (0-2) !

La République Tchèque se qualifie pour les quarts de finale et affrontera le Danemark.

Les deux équipes ont du cœur, une plus que l’autre quand-même et le match s’annonce palpitant.

Les notes des marionnettes :

Vaclik (4/5) :

Son face à face gagné en début de seconde période a été un des tournants de la rencontre. Quelle autorité pour plonger dans les pieds de Malen ! Il a rassuré en fin de match. Presque parfait. Mais n’oublions pas ses débuts difficiles qui auraient pu coûter cher.

Coufal (4/5) :

Un pied bot dans une chaussure de vair. Aussi disgracieux que délicat. Il est à l’image de l’équipe. Quelle dépense sur son côté droit ! Il est aussi à l’image du pays.

Celustka (4/5) :

Je ne sais toujours pas si sa science du jeu l’aide à se trouver sur la trajectoire des tirs adverses ou si ce sont les tirs adverses qui croisent sa trajectoire. Qu’il continue à déambuler, cela me convient bien.

Kalas (4/5) :

A réalisé sa traditionnelle « air intervention » en début de match puis a été très costaud au duel. Toujours bien placé pour repousser les centres et plutôt propre dans la relance. Un peu bourru, pas très esthétique mais efficace. Un Kapsis, en somme. Prêt à soulever la coupe ?

Kaderabek (4/5) :

Il avait fort à faire pour son premier match de la compétition. Il s’en est drôlement bien sorti !

Holes (5/5) :

La perfection. Une grosse activité, un but et une passe décisive après une percée au cœur de la défense. Une offrande, comme le ferait un chirurgien qui laisse l’interne réaliser l’anastomose après un triple pontage coronarien. Mais en mieux parce que tout le monde sait qu’en réalité, le doc n’en a rien à faire de suturer. En sélection depuis un an seulement et remplaçant en début de tournoi, il impressionne.

Soucek (4/5) :

Actif au milieu et très souvent à la conclusion des actions. Il ne lui manque qu’un peu de réalisme pour signer dans un club anglais, par exemple. C’est déjà le cas ? Ben pourquoi il gâche ? Quoi Werner ?

Masopust (3/5) :

Vraie débauche d’énergie pour le faux ailier. Sérieux.

Barak (4/5) :

Il a tout cassé.

Sevcik (3/5) :

Belle alternative à Jantko. A l’origine de plusieurs occasions. Jolie surprise.

Schick (5/5) :

Encore un but pour le grand ! Son réalisme et son activité le rendent indispensable.

Sachant qu’en plus, c’est lui qui a réparé le toboggan de l’avion sur le tarmac et fait atterrir le coucou après le malaise du pilote à l’arrivée de l’aéroport, vous comprendrez pourquoi je rêve qu’il me fasse des poupées gigognes.

Les entrants :

Soucek, Kral, Krmencik et Sadilek sont entrés pour tenir le score et ont réussi, eux.

Bonus : C’est Tchéquie

Dans ce tournoi

Je n’en reviens pas

Je m’demande si je n’rêve pas

Tout ça est bien trop beau pour moi

Imaginez

Une poupée

La plus belle fille du pays

Et la plus amoureuse aussi

C’est tout cela c’est Tchéquie

Et plus que ça c’est Tchéquie

Et c’est pour moi c’est Tchéquie

Qu’elle est tout ça c’est Tchéquie

C’est c’est c’est c’est Tchéquie (x4)

Moi je nage en pleine folie

Cette folie là c’est la vie

Puisque je l’aime à la folie

Et qu’elle est belle comme la vie

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

On m’avait dit tu verras qui c’est

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

Bientôt tu en auras plus qu’assez

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

Tous les sous qu’elle va aller dépenser

Mais quand on s’est rencontré

J’étais tout à fait fauché

Ça ne l’a pas empêchée

De se laisser inviter

Et quand on s’est rencontré

Toute la nuit on a dansé

On n’pouvait plus s’arrêter

Quand la musique a cessé

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

On passe nos matches à s’embrasser

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

L’amour elle n’en a jamais assez

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

Après on s’endort tout enlacé

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

On passe nos matches à s’imbriquer

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

L’amour elle n’en a jamais assez

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

Après on s’endort tout encollé

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

On s’réveille pour académiser

Sur Horsjeu

Je fais des envieux

De moi ils sont tous jaloux

Et de nous voir ça les rend fous

Depuis quinze jours

Ils meurent d’amour

Pour la belle Poupée Tchéquie

Mais ce qu’elle veut c’est mon zizi

C’est tout cela c’est Tchéquie

Et plus que ça c’est Tchéquie

Et c’est pour moi c’est Tchéquie

Qu’elle est tout ça c’est Tchéquie

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

On passe nos matches à s’imbriquer

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

L’amour elle n’en a jamais assez

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

Après on s’endort qualifié

C’est c’est c’est c’est Tchéquie

On se réveille pour académiser

Vladimir Smicar

3 commentaires

  1. L’amour elle n’en a jamais assez

    C’est c’est c’est c’est Tchéquie

    Sur l’air de quoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.