La Calcio Académie vous raconte la 17e journée de Serie A

Ciao ragazzi,

En Italie, la trêve de la Serie A ne correspond pas à la moitié comptable du championnat et la finale de la Supercoppa se déroule en Arabie Saoudite un dimanche soir. Rien de logique donc, mais rien de surprenant pour ce pays si atypique.

Pas de choc ce week-end, un Fiorentina-Roma et un Atalanta-Milan qui, sur le papier, sont de belles affiches, mais qui, au classement n’ont que trop peu d’intérêt.

L’Inter, la Juve, et le Napoli quant à eux, rencontrent des adversaires supposés plus faibles, attention à ne pas sombrer pour les uns, couler pour d’autres (oui les Napolitains on parle de vous) … On vous résume tout ça.

Atalanta-Milan (5-0) :

De A à Z. Dans tous les domaines. L’Atalanta a dominé le Milan partout, tout le temps. Telle une scène de BDSM sur les sites non-autorisés aux mineurs, le Milan a tout pris, s’est laissé faire de tous les côtés, et en a même redemandé. Plus de 20 ans que Milan n’avait pas pris une telle branlée, tellement logique, tellement prévisible. Milan n’est plus grand-chose et l’Atalanta est une très belle équipe. On savait tout ça, et ce match n’a fait que confirmer les choses.

Buteurs : Gomez (10e), Pasalic (61e),Ilicic (63e, 72e), Muriel (83e)

Fiorentina-Roma (1-4) :

Zaniolo, Pellegrini, Dzeko. Ces trois-là sont de très bons et beaux joueurs. Comme vous nous lisez régulièrement, vous le savez déjà, mais on aime se répéter et là on n’a vraiment pas d’autre choix. Les trois ont marqué, les trois sont passeurs décisifs. On rajoute un petit bijou de coup franc pied gauche par Kolarov, on emballe le tout et on obtient une belle valise romanista sur le terrain de Florence. La Roma est très sérieuse cette saison, et l’horizon de l’Euro 2020 en juin, doit forcément motiver les jeunes italiens de la louve qui pourraient certainement jouer un rôle prépondérant dans le 11 de la Squaddra.

Buteurs : Badelj (34e) ; Dzeko (19e), Kolarov (21e), Pellegrini (73e), Zaniolo (88e)

Sampdoria – Juventus (1-2) :

Il existe deux Juventus. Celle de Serie A, et celle de Supercoppa (et accessoirement de matches à élimination directe de Champion’s).

Serie A Juventus

Supercoppa Juventus.

Une Vieille Dame à géométrie variable qui passera les fêtes en tête à la faveur du goal-average particulier avant d’affronter Cagliari, la Roma et le Napoli en janvier. Rien que ça.

Les buteurs : Caprari (35e) pour la Samp’, Dybala (19e) et Cricri (45e) pour la Juve.

Sassuolo – Napoli (1-2) :

On a trouvé les attributs du Napoli un peu en mode raisin sec. Pour une qualité sensée être première dans la Gattusisme, c’est ma foi fort dommage. Les intentions, comme la possession, étaient neroverde. Mais on s’en bat les raisins secs les copains, puisque seule la victoire compte au final. Et elle est enfin de retour pour les Partenopei. La dernière en date en Serie A remontait au 19 octobre tout de même. Celle-ci permet de passer les fêtes au chaud en attendant le gros morceau du 6 janvier, contre l’Inter. Et tomber sur un gros morceau après avoir bouffé comme un chancre pendant deux semaines, c’est pas la panacée.

Les buteurs : Traorè (29e) pour Sassulolo, Allan (57e) et Obiang (autogoal 90e+4) pour le Napoli.

Udinese-Cagliari (2-1) :

La désillusion contre la Lazio était encore dans toutes les têtes sardes. Cagliari se déplaçait dans le nord de l’Italie avec la ferme attention de reprendre sa marche en avant. L’Udine semblait l’adversaire parfait. Les hommes de Luca Gotti sont en plein doute. Non seulement, ils ne gagnent plus mais la défense est plus lourde qu’un « Frico Friulano » au beurre. Les spectateurs ne s’y trompent pas. Le stade Dacia (et oui, ça ne s’invente pas) est à moitié vide. On peut ainsi contempler dans le confort tous ces magnifiques sièges vides de toutes les couleurs.

Frico>La défense de l’Udine
Le début de match est complètement à l’avantage des Sardes. Le Ninja s’essaie de toutes les positions. Le Ninja est même à deux doigts d’écrire « le Kama Sutra avec les pieds » mais il manque de peu la cible à chaque fois. Et pourtant, contre le cours du jeu et contre toute attente, De Paul joue en une-deux avec Seko Fofana. Le petit génie argentin décoche une frappe brossée dans la lucarne droite de Rafael, un petit bijou. L’Udine mène au score comme contre le Napoli.

Cagliari ne va pas renoncer. Ils auront une cargaison d’occasions pour égaliser. Les Sardes vont enfin y parvenir à cinq minutes de la fin du match. Joao Pedro devance un Hidde ter Avest statique. L’Udine craque comme contre le Napoli, comme à chaque fois.

Mais l’histoire se terminera bien pour une fois. Seko Fofana joue les opportunistes. Il récupère un ballon improbable dans les six mètres adverses. Il délivre tout le stade et toute la ville. Seko Fofana est vraiment la grande satisfaction des « Primi Bianconeri d’Italia ». L’Ivoirien a été formé à City. Enfin, il a été acheté par City, en même temps que quatre-vingt autres jeunes joueurs, et prêté dans la foulée. En réalité, Seko est un pur produit de la formation Française. Francilien, il choisit tout naturellement le PFC. A quinze ans, il est repéré et suivi par les clubs de l’élite. Lorient parvient à le convaincre. Seko continue sa progression, si bien qu’il tombe dans les filets des Mancuniens. Les jeunes talents sont devenus une filière d’investissement économique comme les autres. C’est triste mais c’est ainsi. Après un prêt à Fulham et à Bastia, Seko est enfin transféré définitivement à l’Udine. Il y gagne sa place et le respect. Il intègre la sélection ivoirienne. Et sa progression ne s’arrêtera pas là. On prend les paris ?

Buteurs : De Paul (39e) et Fofana (85e)/ Joao Pedro (84e)

Image rare, Seko sous le maillot de City

Torino-SPAL (1-2) :

Le Torino s’enfonce un peu plus dans la médiocrité. I granata ne parviennent plus à se procurer d’occasions franches, le jeu est stéréotypé, sans imagination. Avec un peu de bol et beaucoup de réussite, le Toro ouvre le score. On se dit alors que la SPAL allait couler comme d’habitude. Mais Strefezza et Petagna ne l’entendent pas de cette oreille. Sirigu ne peut rien faire, Mazzarri n’a aucune idée, le Toro est dépassé. La SPAL gagne finalement assez logiquement dans le piémont. Belotti et ses camarades ont encore un petit matelas assez confortable pour le maintien mais l’avenir peut s’annoncer bien sombre.

Buteurs : Rincon (4e) ; Strefezza (42e) , Petagna (81e)

Parma-Brescia (1-1) :

Brescia pensait s’en sortir enfin … par un but de renard signé Balotelli, et malgré des ratés énormes des autres attaquants, Brescia pensait enfin prendre les trois points, sortir de la zone rouge anale. Parma a plus d’un tour dans son sac et égalise au bout du bout. Voyez cette image comme vous le voulez, avec ou sans imagination. Le match nul n’arrange pas le Brescia de Tonali et Parme restera au chaud dans la première partie du classement pour les fêtes de fin d’année.

Buteurs : Grassi (92e) ; Balotelli (72e)

Lecce-Bologne (2-3) :

Lecce s’en sort bien. Non, on ne déraille pas. Lecce a été bouffé, laminé, découpé par Bologne. Orsolini s’est amusé au milieu d’une défense d’une passivité consternante. Fabio Liverani ne peut pas faire de miracle avec cet effectif limité. Mais il en faudra pourtant un petit pour se maintenir. En attendant, Bologne en profite et remonte à la neuvième place et sans forcer qui plus est.

Buteurs : Babacar (85e), Farias (91e) / Orsolini (43e, 56e), Soriano (66e)

L’Album de la saison de l’US Lecce

Inter-Genoa (4-0) :

L’Inter n’a pas souffert contre un bien triste Genoa. Le score est lourd et mérité. Les nerazzurri partent en vacances le cœur léger. Lukaku inscrit son doublé et renonce même à tirer un pénalty. Il laisse cet honneur au jeune Sebastiano Esposito. Le jeune Italien a imploré du regard le géant belge. Sa petite moue d’adolescent a fait le reste. Romelu lui donne le ballon. Le geste est beau, l’image sympa, tout à fait dans l’esprit de Noel.
Coté Génois, la trêve sera nettement plus maussade. La presse évoque déjà l’éviction de Motta. Le mercato s’annonce chaud. La Serie B leur tend les bras. Ce n’est pas un énième changement de staff qui changera quoi que ce soit. Cet effectif manque cruellement de qualité. Le problème est surtout là.

Buteurs : Lukaku (31′, 71′), Esposito (32′) et Gagliardini (64′)

L’instant Chaton de la Calcio Académie

 

Note Artistique de la journée (4/5):

Vous reprendrez bien un peu de buts ? 33 en cette dix-septième journée, de quoi kiffer pendant la trêve. En attendant passez de bonnes fêtes du Solstice d’Hiver, puisse Bélénos vous protéger des blagues douteuses de votre oncle italien (c’est le fameux oncle raciste mais en version Calcio Académie au cas où vous n’auriez pas compris, parce que les instances du foot en Italie n’ont pas le monopole du mauvais goût).

On vous embrasse bien fort dans les fesses, juste au niveau de l’étoile de shériff ; joyeuses fêtes à vous tous, prenez bien soin de vous.

Le lien youtube de la Serie A  pour voir de beaux buts et les résumés de tous les matchs


N’oubliez pas les deux boutons en dessous, pour que vive l’alterfoot et que s’abreuvent les académiciens.

Bacci anali

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même du Napoli.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.