La Calcio Académie vous raconte la 26e journée de Serie A (1/2)

Salut à toi l’Italien,

Tu te demandes ce qu’il se passe quand une crise sanitaire mondiale rencontre les fantastiques compétences de gestion de la Lega ? Et bien je te le donne en mille : de la merde. Une bonne grosse pile de caca Jurassic Park style. On reporte en mai, on décale les matches de Coppa, en fait non, quoique si, oh et puis démerdez-vous. Et si finalement on jouait dans une semaine ? Les courbes exponentielles de propagation du collinavirus (merci Marcelin Albert, vous êtes beau) dans TOUS les pays concernés ne s’appliqueront sûrement pas en Italie voyons. Pas de ça chez nous ! En attendant le président de l’Inter monte au créneau (et pas du tout parce que ça leur fait jouer Napoli-Juve-Getafe en une semaine ou presque) :

Mais cette bande de mastres ira jusqu’au bout, n’en doute pas. On a la Lega qu’on mérite. En attendant on a quand même eu du foot ce weekend. Quatre petits matches certes, mais 21 buts, soit deux de moins qu’en Ligue 1 avec dix matches par exemple. Comparaison foireuse au possible certes, mais laisse-nous avec notre sentiment de supériorité et fais pas chier.

Napoli-Torino (2-1) :

Bon, vous le savez et on l’écrit toutes les semaines, rien ne va plus au Torino. Et comme on croit aux mathématiques, on se dit naïvement et logiquement, que plus les jours passent et plus la victoire prochaine du Torino arrive. Oui mais non, les grenats défient les statistiques et perdent encore. Sixième défaite d’affilée en Serie A pour i granata, le dernier misérable point obtenu remonte au 12 janvier. Tristesse pour ces joueurs qui performaient il y a encore quelques mois, on pense en premier à Sirigu mais aussi Belotti, en forme en première partie de saison. De son côté Naples s’en sort et à l’inverse signe sa cinquième victoire en six matchs. Tout bouge en Serie A. Naples, Milan, le Torino, tant de victoires après tant de défaites (ou inversement)… des séries qui n’en finissent plus et qui rendent les tifosi un chouia épileptiques.

Buteurs : Manolas (19’), Di Lorenzo (82’) ; Edera (91’)

Lecce-Atalanta (2-7) :

Quelle folie l’Atalanta. Vraiment. Les mots manquent, les superlatifs aussi. Mais bon, vous les avez déjà lus ailleurs, on vous connaît.
Que dire de plus ? Une chance maximale ? Une ambition démesurée ? Un jeu tourné vers l’avant incessant ? Tout ça à la fois et le régal est total.
Illicic qui régale, Papu Gomez qui s’amuse de petites louchettes par-dessus les défenseurs, Zapata qui plante un triplé, Muriel, Malinovsky qui n’en n’ont rien à foutre de commencer sur le banc avant de rentrer et planter leur pion. Bref, réel plaisir de les voir jouer, beaucoup moins quand ils affront notre club de cœur. Jetez un coup d’œil au résumé, les buts sont comme d’hab superbes et Lecce a pris part au spectacle avec deux très beaux buts.

Buteurs : Saponara (29’), Donati (39’) ; Donati csc (17’), Zapata (22’, 54’, 62’), Illicic (47’), Muriel (87’), Malinovsky (92’)

Cagliari-AS Roma (3-4) :

Un gros n’importe quoi ce match. Une ouverture du score magnifique par Cagliari avant une demi-heure de folie où la Roma met trois buts et une barre transversale : Kalinic revient donc en force avec un petit doublé des familles, puis Kluivert récompensé après une belle frappe sur la barre. Mais ce soir, la Roma éteint constamment les excitations sardes. Comme des coupures internet devant un porno. Les gialorossi en remettent un et le dernier but de Joao Pedro sur un penalty (chanceux) n’y changeront rien. La louve reprend ses droits et plante huit buts en deux matchs de Serie A.

Buteurs : Joao Pedro (28’, 89’), Pereiro (75’) ; Kalinic (29’, 41’), Kluivert (64’), Mkhitaryan (81’)

Lazio-Bologne (2-0) :

Encore une victoire de la Lazio, que l’on arrête plus, et qui avec l’imbroglio des matchs reportés, se retrouve 1ère au classement. Immobile n’a pas marqué mais ses petits potes lui ont permis le luxe d’en garder sous la semelle pour les prochaines rencontres. Deuxième meilleure attaque, deuxième meilleure défense, deux petites défaites seulement, il faut compter avec les biancocelesti pour la lutte à la première place qui ne concerne pas seulement l’Inter et la Juve alors que la qualification pour la LDC est quasiment effective.
Petit clin d’œil du destin, les deux frères Inzaghi sont à la tête de la Serie A et de la Serie B (Filipo avec Benevento). Et ça, mes amis, c’est quelque chose qui me fait personnellement très plaisir.

Buteurs : Alberto (18’), Correa (21’)

Note Artistique de la journée : nope/5 :

On a aimé :

Les deux beaux buts de Lecce qui, malgré la valise, n’a jamais abdiqué, n’a jamais défendu à 11 et a toujours préféré attaquer, quitte à se prendre autant de buts dans la musette.

On a adoré :

Quatre petits matches certes, mais 21 buts, soit deux de moins qu’en Ligue 1 avec dix matches par exemple. Comparaison foireuse au possible certes, mais laisse-nous avec notre sentiment de supériorité et fais pas chier.

On a détesté :

Le climat ambiant en Serie A. Celui du complot. Celui du soupçon de corruption. On parle bien sur, comme dit précédemment, du report de Juve-Inter qui a fait couler beaucoup d’encre… y compris sur des banderoles de la Curva Nord interiste et des ultras juventini. Les officiels s’y mettent, les tifosi aussi, tout le monde est dedans, on ferme le couvercle, le tout à 120° pendant 30 min.

On a détesté aussi, et même si ça ne concerne pas tout le monde, le bordel autour du Milan. L’interview de Boban dans la Gazzetta, où il explique notamment que la transparence doit être réelle entre les dirigeants (sous-entendu, qu’elle ne l’est pas actuellement) n’a pas plu aux patrons qui lui ont gentiment indiqué de prendre la porte, soit maintenant soit dans quelques mois. Un départ de Maldini est à prévoir également en été et un beau bordel qui s’annoncera inévitablement avec ses conséquences à craindre (départ des derniers joueurs bankables de l’équipe à savoir Donnarumma, Ibrahimovic, Théo Hernandez…).
Un peu de calme, beaucoup de travail et surtout une envie de bosser dans le même sens, tout ça ne serait pas du luxe pour le club italien le plus titré en Europe.

Le lien youtube de la Serie A  pour voir de beaux buts et les résumés de tous les matchs


N’oubliez pas les deux boutons en dessous, pour que vive l’alterfoot et que s’abreuvent les académiciens.

Pendant que certains salisseurs d’espoir font leur sale besogne, d’autres travaillent gaiement et font même (chose incroyable sur ce site) le boulot jusqu’au bout. Pour le copain Gervais Marvel, ça a donné un chouette bouquin relié et tout comme les vrais, que tu peux acheter avec de vrais sous ici : https://fr.ulule.com/superacad-contre-menesis-le-livre/

Bacci anali

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même de l'Inter.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.