La Calcio Académie vous raconte la 27e journée de Serie A (20-21)

Ciao ragazzi,

Ça va vous ? Ici comme d’habitude, les humeurs sont variées. On a l’Intériste qui passe régulièrement en hélicobite au-dessus de la maison du Juventino, ne manquant pas à chaque passage de pisser abondamment. Alors je vous laisse imaginer quelqu’un qui pisse en faisant l’hélicobite, c’est pas du propre. Il en fout partout. Je suis sûr que quelques gouttes, portées par un léger mistral à l’accent bordelais (hein ?), tombent même sur la terrasse du chameau marseillais qui n’est pas bien loin de moi. Chose plus surprenante, j’ai vu notre ami intériste chaler le voisin rossonero sur son, enfin son… bref en train de le chaler quoi. D’en bas, sous mon parapisse transparent, je les vois se marrer. Je ris moi aussi, un rire nerveux de celui qui s’apprête à perdre le Scudetto.


Sassuolo – Hellas (3-2) :

Sassuolo a enfin retrouvé le chemin de la victoire après un mois de disette et de déceptions en tout genre. Maintenant que tout espoir de jouer la coupe d’Europe est enfin évanoui, les Neroverdi se sont décidés à retrouver un peu leur football. Faut dire que l’Hellas Verone ne respire pas la sérénité en ce moment. Finalement cet affrontement entre deux équipes en plein doute nous a offert un match spectaculaire, un peu à la surprise générale.

Dès les premières minutes, Locatelli ouvre le score d’une frappe limpide aux vingt mètres. Mais les Gialloblu ne renoncent pas. Lazovic égalise juste avant la pause récompensant les efforts collectifs de son équipe. Duricic redonne l’avantage aux locaux à la 51e. Le Serbe fête le but comme s’il avait marqué le but vainqueur d’une finale de Coupe du Monde. Il était à deux doigts de se lancer dans un hélicobite aussi spectaculaire que prématuré. Di Marco lui rappelle le sens de la réalité d’une volée du gauche. Le match était loin d’être terminé. Deux minutes plus tard, Traoré récupère un ballon qui traînait dans la surface veronaise et trompe De Silvestri, abandonné une nouvelle fois par ses hommes. Sassu mérite sa victoire autant que l’Hellas sa défaite.

Buteurs : Locatelli (4e), Duricic (51e), Traoré (81e) / Lazovic (43e), Di Marco (79e)


Atalanta – Spezia (3-1) :

La Dea n’a pas souffert pour se défaire de la Spezia. Après une première période maîtrisée mais sans génie et sans occasion franche, les hommes de Gasperini ont mis un coup d’accélérateur après la pause. On aura pu admirer au passage le joli but de Muriel qui caresse le ballon au vingt mètres pour le déposer dans la lucarne du pauvre portier ligure. Le score est mérité et reflète la domination sans partage des lombards. Il est temps de penser désormais au Real Madrid. Y a une revanche à prendre (si l’arbitrage n’aide pas top les madrilènes)

Rien que pour Muriel, le résumé vaut le coup d’œil

Buteurs : Pasalic (53e, 72e) et Muriel (Muriel 55e) / Piccoli (81e)


Bologna – Sampdoria (3-1) :

C’est toujours un peu la même histoire avec la Samp’. Ils rentrent bien dans leur match, ils dominent presque et ils se font punir sur un contre. Thorsby ne profite pas de la glissade de ses adversaires. Il ne trouve que le poteau. A ce moment là, les supporters de la Doria savent déjà qu’une défaite se profile. Ils connaissent leur équipe. Pourtant il ne faut pas se fier au score généreux, Bologna est loin de faire un gros match. Bien servi par Palacio, Barrow fait la différence d’une tête décroisée de toute beauté. Le Gambien, prêté par l’Atalanta, est la véritable révélation de la saison des Rossoblu. Le vieux Quagliarella répond du tac au tac. La Sampdoria revient dans le match pour mieux s’effondrer. C’est un classique navrant des hommes de Ranieri. Svanberg profite de l’inertie générale de la défense pour tromper Audero d’un plat du pied puissant. La Sampdoria ne reviendra plus.

Bologne et la Samp restent dans le ventre mou et flasque de la serie A.

Buteurs : Barrow (27e), Svanberg (41e), Soriano (70e) / Quagliarella (37e)


Torino – Inter (1-2)

Le Toro n’a pas gagné un seul match à la maison cette saison. On sait bien que le huis clos nivelle forcément les confrontations mais quand même, nous sommes déjà à la mi-mars, à quelques jours du printemps. On se dit alors que l’Inter allait tout naturellement dévorer tout cru l’autre équipe piémontaise de la Serie A. Mais c’était oublier un peu vite que les Nerazzurri ont parfois le don de se compliquer les matchs. La tactique du Toro était pourtant assez lisible. Pour résumer, ça ressemblait à jouer tous derrière et de tenter les deux ou trois opportunités à fond.

On a retrouvé l’arbitre dans le car régie de la VAR

Finalement l’Inter s’en sort sans gloire. Lukaku et Lautaro inscrivent chacun un petit but. Le Toro n’est pas passé loin de l’exploit. Malgré leurs deux matchs en retard, la situation des Granata devient plus que critique. A force de jouer avec le feu, le Toro risque de se brûler. De son coté, l’Inter commence à y croire chaque semaine un peu plus. Il faudra néanmoins montrer un autre visage dans les prochaines semaines. Ça ne sera pas le Toro tous les dimanches.

Buteurs : Sanabria (70e) / Lukaku (62e), Lautaro (85e)


Genoa – Udinese (1-1) :

Partage des points logiques entre deux mal-classés en Italie. Pandev, 37 ans, ouvre le score avant que De Paul n’égalise sur penalty. Aucun autre but ne sera marqué malgré la ribambelle d’occasions des deux équipes, ça n’arrange personne évidemment mais ce match nul est logique.

Buteurs : Pandev (8’) ; De Paul (30’)


Parma – Roma (2-0) :

Énorme performance de Parme, pourtant 19e et bien tassée au fin fond du classement de Serie A, face à une Roma en haut qui reste sur un 3-0 net en Europa League !
Parme surprend son monde et se donne un peu d’air en première puis en seconde période, en n’encaissant aucun but et peu d’occasions franches.
La Roma a déçu et compte quelques absents notables qui pèsent. La fin de saison sera longue pour la Roma qui doit encore jouer Naples, l’Atalanta, l’Inter et la Lazio… Bon courage à la Louve et ses soutiens.

Buteurs : Mihaila (9’), Hernani (55’)


Benevento – Fiorentina (1-4) :

Vlahovic. Homme du match, l’attaquant de pointe de la Fio a tout fait à Benevento.
Un triplé avec deux buts de renard, et un but merveilleux tout en finesse technique. Bien aidé par Ribery auteur d’une passe décisive pour Eysseric, la Viola se relance chez les sorciers et Inzaghi serait bien inspiré de consulter la magie blanche, noire ou rouge pour se sortir du bourbier ambiant. Treize matchs sans victoire pour Benevento et une petite 16e place… ça commence à chauffer.

Buteurs : Ionita (55’) ; Vlahovic (8’, 26’ 46’), Eysseric (75’)


Milan – Napoli (0-1) :

Milan ne voulait rien faire de ce match et on l’a tout de suite senti. La tête des mauvais jours, ce Diavolo n’a rien fait de bien et le Napoli en a profité pleinement. Gattuso qui connait par cœur ce stade, ces vestiaires, cette pelouse, a bien utilisé les faiblesses du moment à Milan en insistant sur le côté de Dalot et en demandant à Koulibaly de bouffer Leao dans l’envie, ce qui n’a pas été très compliqué… Avec énormément d’absences (Kjaer, Romagnoli, Calabria, Bennacer, Ibrahimovic, Mandzukic), Milan a du mal et jouer tous les trois jours avec un effectif très amoindri est compliqué.
L’expulsion bête de Rebic à la 90e pour insultes à l’arbitre n’arrangera rien ni pour ce match, ni pour le prochain à Florence. Pour Milan, la fin de saison sera aussi longue que l’écart avec la Juve (3e) se réduit.

Buteur : Politano (49’)


Lazio – Crotone (3-1) :

Pas de repos pour les crottes, qu’on piétine allègrement dans tous les stades de la Botte. D’ailleurs, les laziale n’ont pas eu peur de marcher en plein dedans. Et remarcher, et remarcher encore. Sergej, Luis Alberto et Caicedo repartent avec les pompes souillées mais avec les trois points, et c’est peut-être la seule chose qui compte. Les crottes ne sont pas laissé piétiner, répondant aux deux premiers buts romains. Mais une fois n’est pas coutume, Caicedo en avait décidé autrement. Crotone s’enfonce chaque journée un peu plus, et Luis Alberto est un fantastique joueur de football, chaque journée un peu plus.

Buteurs : Segej 14e, Luis Alberto 39e et Caicedo 84e pour la Lazio, Simy 29e et 50e s.p. pour Crotone.


Cagliari – Juventus (1-3) en une image :

‘’ Roberto boude encore après l’élimination contre Porto ’’


Note Artistique de la journée : 3/5 :

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même du Napoli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.