La Calcio Académie vous raconte la 30e journée de Serie A (20-21) :

Ciao ragazz’

On a parlé chez les copains de Calcio Espresso cette semaine, nos milanais ont porté haut et tout en beauté (et sans trop chier sur la Juve ou presque, ou en tout cas c’était mérité) les couleurs de la Calcio Académie. Bravo à eux ! Vous pouvez retrouver le podcast en suivant ce lien

Enfin, sachez que je m’octroie un droit de réponse sur toutes ces calomnies rapport à l’arbitrage et la trich… ouais bon, ça va. Je suis à titre personnel très content de pouvoir vanter les mérites et des copains de Calcio Espresso qui font un super boulot, et de mes co-académiciens qui sont de belles personnes malgré leurs choix douteux d’équipe de cœur (sauf Nancy, parce qu’un club qui a formé Michel Platini ne peut pas être mauvais). Et pourquoi tant d’éloges me direz-vous ? Ça te ressemble pas Roberto, t’es plus graveleux d’ordinaire… oui mais d’habitude la Juve est en tête ou elle marche bien et du coup j’ai pas de poisson à noyer. Alors qu’aujourd’hui ben… Bon voilà quoi.

Bref, niquez-vous. Mais faites-le avec du consentement, des capotes si vous connaissez pas le binôme et du plaisir. Mais faites-le quand-même.

Juventus-Genoa (3-1) :

On a retrouvé la Juventus. Le rouleau-compresseur qui écrase sans émotion ses adversaires. Coulousevsqui et Mauratat, aussi franchouillards qu’un tablier de sapeur et une quille de Brouilly (non) , ont roulé sur le Genoa. Quoi ? Comment ça un match c’est 90 minutes ? Ah. Bon ben d’accord alors, on redevient les souille-slips qui perdent toute la confiance accumulée pour les 45 dernières minutes. Et pas que ça d’ailleurs, Scamacca marque d’un belle tête sur corner (bon il était seul au monde le mec) et annule le break. Et effectivement, le slip se souille de divers fluides, et pas les plus sympas croyez-moi. Ça tremble fort, ça tremble mal, mais ça finit toujours par gagner. Maquénille se retrouve presque surpris en un contre un face à Perin et ne se fait pas prier pour marquer son cinquième but de la saison. On s’accroche au wagon Champion’s League, mais de toute façon on s’en fout on va créer notre compétition fermée à la con avec tous les autres richards.
Fino anal fine comme on dit.

Buteurs : Kulusevski (4e), Morata (22e) et McKennie (70e) pour la Juve, Scamacca (49e) pour le Genoa.

Udinese – Torino (0-1) :

Udine a rendu un fier service au Toro en leur offrant une victoire inespérée… Dominée, assaillie même par De Paul et ses compères, profitant d’erreurs défensives indécentes, les hommes chers à @friulconnection offrent 3 points importants au club granata qui sort maintenant largement de la zone rouge et devrait rempiler en A l’an prochain.
L’histoire ne dira pas si un échange de valise remplie de billets s’est produit. On espère ne pas le croire, mais on y pense forcément.

Buteurs : Belotti (61e)

Samp-Napoli (0-2) :

Pas de surprise au Luigi-Ferraris avec un Napoli en quête de podium qui se doit de prendre des points puisque tous les concurrents gagnent. Victoire assez facile donc qui aurait même pu être plus large. Osimhen est bien de retour, présent sur le premier but, et auteur du second, vrai geste d’attaquant avec une belle frappe premier poteau. Le Napoli de Gattuso sera compliqué à semer, mais l’opposition face à l’Inter la semaine prochaine donnera le ton de leur fin de saison. Le choc du weekend prochain assurément.

Buteurs : Fabian Ruiz (35e), Osimhen (87e)

Parma – Milan (1-3) :

40/45. Voici le nombre de points pris sur le nombre de points à prendre du Milan cette saison à l’extérieur. Une statistique folle qui montre à quel point le Milan est fort loin de San Siro. 13V, 1N, 1D pour 15 matchs. Et ce n’était pas facile à Parme aujourd’hui malgré un début très à l’aise, menant 2-0 à la mi-temps après de très beaux enchainements d’Ibrahimovic et Theo Hernandez permettant à Rebic puis Kessie de marquer.
Tout porte à croire à une victoire facile du Milan, mais rien n’est jamais prévisible avec ce club et suite à l’expulsion (encore incompréhensible ?) d’Ibrahimovic, Parme réduit le score et met le feu au but de Donnarumma. Milan tient, bien, et punira Parme en contre grâce à Leao qui ouvre enfin son compteur depuis le 9 janvier …
Un Milan fort loin de ses bases, qui recevra pourtant deux fois de suite lors des deux prochains matchs, contre le Genoa et contre Sassuolo, au moins une fois sans Ibrahimovic.
Le weekend prochain sera décisif.

Buteurs : Gagliolo (66e) ; Rebic (8e), Kessie (44e), Leao (94e)

Benevento – Sassuolo (0-1) :

Un seul but dans ce match qui aurait pu en compter quatre ou cinq. Comme d’habitude en Campanie sur le terrain de Benevento, la défense est ouverte comme une porte de saloon, et Sassuolo se procure automatiquement beaucoup d’occasions (Boga touche la barre, Locatelli tout proche de marquer…) et finit forcément par ouvrir le score suite à une grosse accélaration de Boga. Mais vous êtes habitués aux offensives des sorciers, et malheureusement pour Inzaghi, encore, l’efficacité n’est pas au rendez vous malgré des occasions nettes… Benevento ne prend pas de points, la défense étant trop faible, mais l’équipe de Mister Inzaghi peut être fière de son jeu offensif et de ce qu’elle montre tous les weekends. Le maintien semble acquis, car derrière ça patine, et on a hâte de les voir l’an prochain, avec une plus grosse solidité.

Buteur : csc Barba (45e)

Spezia – Crotone (3-2) :

On ne va pas se mentir, on se connaît trop bien. En cherchant sa biographie sur Wikipedia, nous étions persuadé qu’Hervé Vilard était mort depuis longtemps. Sachez qu’il n’en est rien. S’il n’est pas encore mort, son sort semble scellé depuis le début de la pandémie. Hervé subit la double peine de ces pauvres saltimbanques. Non seulement, il ne peut plus enchaîner le tour des EHPAD ce qui lui assurait un revenu fiable et solide mais en plus son public se meurt un peu plus chaque jour. La Calcio Académie aime les combats nobles et utiles. Nous rendons alors un immense hommage à Hervé le magnifique, Hervé le « pas encore mort mais ça ne devrait pas tarder ». Hervé c’est pour toi (petit cœur avec les doigts) :

Crotone, c’est fini
Et dire que c’était le club d’Emmanuel Rivière
Crotone, c’est fini
Je ne crois pas qu’il y jouera un jour
Crotone, c’est fini
C’était pas la peine de faire des prières
Crotone c’est fini
Vous allez être bouffés par les Vautours

Sinon Crotone a fait du Crotone. Çà tricote, ça se débrouille, c’est pas si dégueulasse dans le fond mais ça fout tout en l’air en l’espace de deux minutes. C’est fabuleux ce don pour le drame et cette faculté à s’auto-planter la saucisse dans le fion. Et on ne peut même pas accuser le pauvre Ounas qui est un des rares calabrais à être capable de jouer à une touche et créer le danger. La Spezia s’en sort très bien avec cette performance largement insuffisante. Le maintien est acquis, il s’agirait quand même de finir la saison comme il faut. On pourra noter au passage le but du petit Maggiore, le petit chouchou de la CalcioAcadémie et la nouvelle frappe tout en puissance de Daniele Verde qui commence à se faire un nom.

Buts : Verde (63e), Maggiore (89e) et Erlic (90e +2) / Djidji (pas Buffon) (40e), Nwankwo (78e)

Au diable l’avarice et si on osait faire les deux ?

Inter – Cagliari (1-0) :

Cagliari est au fond du classement, à quelques matchs de tomber dans le gouffre de la Serie B. En les voyant évoluer contre l’Inter ce dimanche, on a de la peine à y croire. Si l’équipe ne brille ni par son génie ni par son éclat, elle possède un collectif solide et quelques atouts offensifs indéniables. L’Inter s’était préparé à souffrir. Ce match s’apparentait à un match pour le titre. Enfin, les nerazzurri affirmeront la même chose pour le prochain match et ainsi de suite jusqu’au sacre probable en fin de saison. Darmian a donc soulagé leur souffrance. Matteo reprend à bout portant un centre remarquable d’Hakimi. Pour lancer la machine, il faut toujours compter (Conte) sur ses pistons (les gars, on vous met des parenthèses mais on ne vous insulte pas à vous expliquer ce trait d’humour particulièrement réussi, vous nous féliciterez plus tard). Bref, l’Inter gagne et il ne reste plus que huit journées à attendre.

Buteur : Darmian (77e)

Hellas – Lazio (0-1) :

La Lazio a bien eu peur de perdre deux points en chemin. Les visiteurs ont pourtant dominé de la tête et des épaules une équipe de l’Hellas, bien triste à voir jouer en moment. A aucun moment, les locaux n’ont semblé en mesure d’inquiéter Pépé Reina. Le 3-4-2-1 de Juric est venu à chaque fois s’empaler sur le 3-5-2 d’Inzaghi. Mais à force de trouver le poteau ou de le frôler, la Lazio ne parvenait pas à marquer. Et quand elle y parvenait, la Var venait s’interposer sans pitié car comme chacun sait, la VAR n’est pas généreuse…
Il aura donc fallu un dernier espoir à la dernière seconde pour l’emporter logiquement, Milinkovic Savic crucifie d’une tête rageuse le pauvre Silvestri. La Lazio reste dans le coup.

Buteur : Milinkovic Savic (90e +2)

Roma – Bologna (1-0) :

Bologna peut nourrir des regrets. Avec des matchs comme ça, t’es tranquille pour un moment, ils sont nourris jusqu’à la fin de la saison. Bologna réalise un première acte exemplaire. Barrow, Soriano et Palacio ont chacun leur tour plusieurs opportunités. Mais un obstacle vient toujours les empêcher de conclure. Quand ce n’est pas un retour d’un défenseur du diable vauvert, le ballon frappe le poteau, quand la frappe semble limpide, un faux rebond vient changer la trajectoire, quand il ne reste plus au ballon qu’à faire trembler les filets, Mirante arrête, par la puissance du dieu du génépi, un but de Soriano. Et souvent quand ça ne veut pas entrer d’un coté, on peut toujours tenté de passer par l’autre coté. La première fois sera la bonne. Mayoral pénètre sans difficulté après une petite simulation grotesque du dernier défenseur. Vous connaissez la suite bien évidemment. L’Espagnol n’a pas manqué sa pichenette. La Roma l’emporte miraculeusement. Bologna peut se les manger (mais pas n’importe comment, comme vous allez le constater).

But : Mayoral (44e)

Des Jambons, un peu fumés, un peu sec, mais vachement bon si on ne cherche pas uniquement l’efficacité froide et glaçante d’un jambon blanc nitraté

Fio – Atalanta (2-3) :

L’Atalanta n’est pas passée loin d’un incident quasi industriel. Les Lombards ont dominé la Fiorentina ne leur laissant que des bribes et quelques restes à grignoter. Zapata est vraiment de retour, puissant et précieux comme jamais. Malinovski ou Pasalic le cherchent à chaque fois. Les défenseurs ont beau connaître ses courses, rien ne l’arrête. Mais la Dea s’est fait peur. De ses miettes laissées aux Toscans (non il est hors de question de refaire une blague sur Toscan Duplantier car personne ne le connaît et qu’on la déjà faite 10 fois, n’insistez pas), l’Atalanta s’est faite rejoindre. Il faudra un péno un peu sévère pour leur permettre de s’imposer en fin de match. L’Atalanta continue sa marche en avant et la Fio son chemin de croix, chacun son destin.

Buteurs : Vlahovic (57e, 66e) /Zapata (13e, 40e) Ilicic (70e)

Note Artistique de la journée 4/5 :

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même du Napoli.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.