La Calcio Académie vous raconte la 4e journée de Serie A (21-22)

Ciao ragazzi,

Déjà quatre matchs de Serie A, et le Napoli fait la nique aux clubs du nord. La Juve est une vieille dame bien affaiblie tandis que la Salernitanal n’en finit plus de couler. Tout vous sera raconté ci dessous, avec de beaux buts en guise de dolce.


Sassuolo – Torino (0-1) :

Et voilà, nous y sommes. Le Toro remporte son match, haut la main, avec la manière et il fallait que ça tombe sur moi. À l’intersaison déjà, nous commencions à tressaillir. C’est quoi cette idée d’aller chercher un vrai coach ? Avec son pressing haut et incessant, Juric a déstabilisé les dormeurs du val et les planqués du petit matin. En plus, le technicien débarque avec Pobega, prêté par le Milan, il conserve Singo et les quelques joueurs de foot de l’effectif. Fraîchement champion d’Europe, Belotti reste au club, un peu malgré lui, enfin surtout à cause des clubs qui ne se bousculent pour le faire signer.

Le travail de Juric commence à payer. Le Toro a dominé de la tête et des épaules des Neroverdi impuissants, fragiles et sans imagination. Juric bosse sur le collectif. Il associe chaque joueur, il les implique sur et en dehors du terrain. Alors c’est bien gentil le Toro de pratiquer un football alléchant et de construire enfin un projet, mais on va se moquer de qui maintenant ?

Après une défaite dans les dernières secondes à Rome, les locaux sombrent une nouvelle fois mais sans la manière cette fois. La situation commence à devenir compliqué. C’est toujours le cas dans les histoires d’héritage.

But : Pjaca


Inter – Bologne (6-1) :

Laminé, fracassé, broyé, ratiboisé, concassé, déchiqueté, pulvérisé, pilé, vaporisé, fumé, porphyrisé, émietté, il ne reste plus rien de Bologne et de ses illusions perdues. L’Inter s’est vengé de ses occasions manquées contre le Real. Brozovic sort une performance maiuscolo, passeur, régulateur, il est le poumon et le baromètre des Nerazzurri. Inzaghi réussit sur le terrain son début de saison en dépit d’un accrochage à la Samp’ et d’une défaite encourageante contre le Real.

Les promesses de Juillet

… Le verdict en Septembre

Buts : Lautaro, Skriniar, Barella, Vicino, Dzeko X2 / Theate


Empoli – Sampdoria (0-3) :

Empoli est victime de la malédiction des Ex chère à notre ami Nicolas Wagner. Caputo inscrit donc un doublé et plonge Empoli par la même occasion dans le marasme du fond de classement. Pas facile l’apprentissage dans cette Serie A pour le petit club toscan, et oui, on ne peut pas jouer la Juve toutes les semaines…

Buts : Caputo X2 et Candreva


Lazio – Cagliari (2-2) :

La Lazio a dominé Cagliari. Ils auraient pu faire le break, plusieurs fois. Mais ils ont raté soit le dernier geste soit la dernière passe. Les Sardes ne savaient pas trop comment s’y prendre pour revenir dans le match. Si le collectif pose parfois encore problème, ils ont conservé des joueurs capables de fulgurances fulgurantes. Joao Pedro et Razvan Marin combinent parfaitement. Le Roumain sert d’une balle piquée Joao Pedro qui lobe le gardien de la tête. Si en lisant ça, vous n’avez pas envie de cliquer sur le lien juste en dessous, on ne sait vraiment plus quoi faire pour vous.

Cagliari ne se contente pas de l’égalisation. Joao Pedro, encore et toujours lui, sert en retrait Keita Baldé. L’Ivoirien (on en doute mais c’est pas le débat du jour) conserve son sang froid et prend tout le monde à contre pied. Comme vous avez cliqué sur le résumé du match, vous avez forcément vu l’égalisation laziale. Sinon, vous êtes une triple andouille.

Bref, Cagliari récupère un point et repart un peu déçu et la Lazio ne gagne pas mais finit avec le sourire…

Buts : Immobile et Danilo Cataldi / Joao Pedro et Keita


Genoa – Fiorentina (1-2) :

La surprise de ce début de saison, c’est bien entendu la Viola. Florence la belle peut être heureuse, son équipe n’a rien à voir avec le fantôme de l’année passée. Bien mieux que ça, elle se place dans le wagon de tête de la Serie A grâce à son succès du jour sur le terrain très humide de Gênes.
Sous un torrent de pluie, surfant avec l’impraticable, les 22 joueurs ont eu du mal à faire tenir le ballon sous les crampons… et malgré ça Saponara envoie une chique de 25 mètres excentré dans la lucarne adverse, gros but qui sera sans doute dans le top du mois.
La Fio gère et marque même une nouvelle fois par un ancien du Milan, Bonaventura, pour sceller le sort du match. Criscito, Genovese de sang, réduit l’écart sur penalty mais bien trop tard pour que ça ne change quoique ce soit…

Buteurs : Criscito sp (97’) ; Saponara (60’), Bonaventura (89’)


Juve – Milan (1-1) :

Quelle déception pour la Juve…
Ouvrant le score très tôt dans le match sur un contre mené par Morata, elle n’a plus rien fait devant le but de Maignan et a subi, face à un faible Milan, jusqu’à prendre un but sur corner et se faire peur à la 88e sur un tir de Kalulu sauvé in extremis par Szczesny.
Trop peu d’engagement, trop peu de mise en danger offensivement, la Juve n’a rien su faire. Pourtant Milan était cuit, cramé, cramoisi dès la 20e. Subissant de plein fouet sur le cul son match face à Liverpool en milieu de semaine. Kessie ? Cramé. Leao ? Cramé. Theo ? Cramé. Tonali ? Toujours bon. Tomori ? Toujours bon. Brahim ? Toujours bon.
Le turnover va s’imposer à Milan compte tenu des joueurs fatigués… et ce malgré la tonne de blessés (étonnant ?) : Calabria, Kjaer, Krunic, Bakayoko, Giroud, Ibrahimovic.
Prochain match pour Milan contre Venise mercredi, tandis qu’Allegri rencontrera la Spezia pour remonter un peu de la triste 18e place sur laquelle il est assis.

Buteurs : Morata (4’) ; Rebic (76’)


Venise – Lo Spezia Calcio (1-2) :

19 ans que Venise n’avait pas joué en Serie A dans son stade, quoi de mieux pour affronter un « petit » en guise d’ouverture et sans doute de points pris ?
Malheureusement, Venise se gâche, à l’image de Benevento l’an dernier… dans les dernières minutes.
Bastoni marque un magnifique but sur une frappe de loin avant que Ceccaroni n’égalise. Croyant tenir le point du nul face aux hommes de Thiago Motta, les arancio nero verdi se sont reposés sur leurs lauriers et ont permis à Bourabia de donner la victoire à La Spezia… sauvant par la même la tête d’un Thiago Motta déjà critiqué en Ligurie.

Buteurs : Ceccaroni (54’) ; Bastoni (13’), Bourabia (94’)


Hellas Verone – AS Roma (3-2) :

Surprise à Verone, où l’Hellas, pourtant dernier avec 0 point avant le match, bat la Roma de Mourinho, invaincue !
Et quel match ! Des buts qui se succèdent, les uns après les autres en peu de temps, et pas les moins beaux… La madjer de Pellegrini précède la frappe en lucarne de Faraoni qui seront, l’un comme l’autre dans le top but du mois.
Mourinho perd pour la première fois avec la Roma, et le Hellas prend ses premiers points de la saison, quelques jours avant le derby contre la Lazio.

Buteurs : Barak (49’), Caprarai (54’), Faraoni (63’) ; Pellegrini (36’), Illic csc (58’)


Udinese – Napoli (0-4) :

Spaletti… Quel coach. Un jour on vous fera un anti pasto sur Luciano Spaletti, car il le mérite.
Coach iconique de la Roma, avec très souvent une qualif en Ligue des Champions (mais jamais le titre), Luciano a mis deux ans, après son passage à l’Inter clôturé en 2019, pour coacher à nouveau, le Napoli cette saison, avec la promesse d’un top 4.
D’ailleurs après quatre journées, c’est un Spaletti puissance 4, seul en tête du classement avec autant de victoires que de matchs, comptant sur une diversité de buteurs (comme ce soir), une défense très sérieuse et un Bryan Ruiz qui caresse le ballon… Il faudra compter sur le Napoli cette saison, transcendé, peut-être, par le stade Armando Maradona qui doit être heureux depuis la haut.

Buteurs : Osimhen (24’), Rrahmani (35’), Koulibaly (52’), Lozano (84’)


Salernitanal – Atalanta (0-1) :

Improbable domination de la Salernitanal face à une Dea bien triste… La barre est même touchée par les grenats avant de se faire punir par Zapata, toujours lui.
Malheur à Ribery, sorti en cours de match mais qui a toujours des jambes et un jeu vif. Zero pointé pour la Salernitana qui reste 20e du championnat avec autant de matchs perdus que de matchs joués.

Buteur : Zapata (75’)


Note Artistique de la journée : 4/5

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même du Napoli.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.