Juve – Tottenham (2-2), la Bianconero Académie rumine.

ANDIAMO A KIEV.

 

Salut les zèbres,

 

Après deux mois d’abstinence forcée, on retrouve la traînée aux grandes oreilles qui nous fait des manières. Et si avec elle on conclut rarement, on joue souvent à touche-pipi quand même (je vous rappelle qu’on est LES blaireaux de l’épreuve avec neuf finales disputées pour seulement deux victoires). Et après une phase de poule plutôt bien menée (le temps efface les performances diarrhéiques, et ne restent à l’esprit que les victoires conquérantes, ne m’en voulez pas), nous voici face aux Spurs de TottANAL, les grands méchants du site Horsjeu qui est un repère de fans d’ArsANAL au cas où vous ne le sauriez pas.

Les Spurs ont brillamment poutré le Borussia, le Real et l’immense APOEL Nicosie (la hype de 2012, tombeur de Lyon pour le plus grand plaisir de… et bien de pas mal de monde en fait) pour sortir premiers du fameux groupe de la mort. Ils arrivent donc avec les dents longues en plus du nez proémin… non, arrête Roberto. On a dit non, ça c’est non OK !?

Déjà trois apartés en guère plus de lignes, la parenthésite aiguë ne s’arrange pas.

 

LA COMPO DE MAX

Blaisou et Dybala sont les grands absents de la soirée du côté des gentils, mais franchement on y va la poitrine gonflée d’assurance, et de Viagra, et d’EPO tiens ça faisait longtemps… Bref, on monte sur le terrain pour les enculer à mort gagner. Georges et Mehdi sont restés enfermés dans une cage à Vinovo depuis le décrassage du match contre la Fiorentina, où l’on pratique la torture mentale en montrant des images du grand machin de devant des Spurs là, Larry Caine ou un truc du genre, entrecoupées de lions dévorant des buffles après une chasse sans pitié en écoutant Skin Her Alive en boucle. Pour la finesse de l’association d’idée, on repassera. Et pour la compo du coup, ça donne ça :

Ah oui au fait, on repasse en 4-2-3-1. Vous savez ce système qui ne fonctionnait pas en début de saison mais qu’on va retenter ce soir ?

 

LA PARTITA 

Les quelques apartés (entre parenthèses en gras) ont été rédigées le lendemain, sans joie aucune.

GON-ZA-LO HI-GUA-IN ! Tout juste le temps de lancer le mycANAL que Pjanic envoie un petit coup-franc à peine fouetté pile où il faut pour que Pipita reprenne de volée et trompe Lloris (1-0, 1e). 78 secondes que le match a débuté et la Juve gagne déjà. La timide réaction des Spurs est étouffée par De Sciglio qui semble bouillant. Puis Davies, joueur de football il me semble, fait un léger kung-fu drunken style sur Bernardeschi dans la surface. Aucune hésitation, c’est pénalty. Pipita enfonce le clou, même si Lloris touche le cuir (2-0, 7e). Le cuir semble d’ailleurs être de rigueur pour la soirée domination qui a remplacé le match de foot du mardi soir sur cANAL (si j’avais su ce qui allait arriver au moment où j’écrivais naïvement ces lignes…)

Les minutes défilent et Tottenham va mieux, il paraît même que ça se passe comme contre Arsenal ce weekend. Sauf qu’il n’y avait pas 2-0 au bout de sept minutes, momie de santon de fromage de bite de Stéphane Guy (que j’aime beaucoup car c’est un commentateur objectif doublé d’un fin connaisseur ça va de soi). Et si Maggie Crane, enfin l’attaquant des Spurs, là, essaie bien de gratter un pénalty, l’arbitre ne se laisse pas abuser (ou bien c’est en dehors de son travail et là ma foi tant qu’il est consentant ça ne gêne personne). Bon par contre la Juve va défendre bas et contrer jusqu’à la fin, ce qui risque de nuire au spectacle (ou bien tout le contraire). Moi je trouve ça dommage… non, en fait non. Pour tout vous dire je m’en bats totalement les couilles. Au contraire même, si ça peut permettre à ma Juve de passer je demande qu’à voir des vagues de têtes brûlées (Hotspur en V.O.) venir s’empaler sur la défense bianconera pendant 180 minutes. Bon pas trop quand même hein, parce que la parade de Gigi sur un tête à bout portant de Loïs Lane fait s’affoler les compteurs du slipomètre alors qu’on joue la 25e minute.

On sent les Spurs déterminés à revenir score, et pourtant c’est Pipita qui s’offre presque un triplé en trente minutes suite à un contre éclair, mais sa frappe frôle la cage. Par contre, Charles Foster-Kane finit par se souvenir qu’il faut marquer des buts pour pouvoir gagner et du coup il profite d’un belle passe de l’homme qui se faisait sucer la bite en Mondovision pour contourner Gigi et marquer du gauche dans le but vide (2-1, 35e). Ce match ne va pas en rester là. Tellement pas que juste avant la mi-temps, Aurier fait étalage de son immense intelligence en taclant Douglas Costa sur le côté gauche de la surface alors qu’il n’y avait vraisemblablement pas de danger. Pénalty, acte II. Pipita pose le ballon à terre, ballon qu’il ramènera chez lui à n’en pas douter. (3-1, 45e+1. Non ? Comment ça non ? COMMENT ? Bon, très bien…) Cet échec fait écho à un moment fâcheux pour certains (et bandant pour d’autres) que les copaings des Cahiers vous rappellent en toute amitié.

 

 

 

 

 

Bon ça nous emmerde royalement cette histoire de pénalty manqué. Faudrait pas que Lazlo Bane marque encore, ni aucun de ses petits potes d’ailleurs.

On repart pour 45 minutes sur un rythme de dopé. Mandzukic, reconverti latéral gauche pour l’occasion, a ramassé une béquille et grimace. Stéphane Guy se permet de dire que  »gneugneugneu la Juve elle a 948249 joueurs sous contrat mais elle est pas capable d’avoir des attaquants sur le banc… » Putain mais tu sais que Dybala et Cuadrado sont blessés ? Que Pjaca est parti gagner du temps de jeu à Schalke ? Tu te renseignes sur les équipes dont tu commentes les matches ? Tu suces pour un bichoco ? Tant de questions qui resteront hélas sans réponses. Et qui accessoirement me permettent d’éviter de parler de l’archi-domination des Spurs. On est bouffés tout cru comme la bite à Delle Alli au milieu, ça en devient inquiétant. Le 4-3-3 me manque. Gonzalo lui se démène comme un beau diable devant, et ramasse un carton jaune pour avoir râlé comme un putois après s’être fait couper par je ne sais plus quel défenseur londonien.

Le pire dans tout ça, c’est qu’on a des opportunités pour marquer. Comme cette belle frappe enroulée de Thauvin eeeuuuh je veux dire de Bernardeschi, ou cette tête de Benatia sur corner. Mais rien n’y fait. Khedira sort, ce qui nous permet tout de même de savoir qu’il était là depuis le début. Bentancur prend sa place pour les trente dernières minutes. On garde donc le même système qui nous fait complètement déjouer et on continue à enchaîner les fautes. Et on commet celle de trop, qui permet à Eriksen de placer son coup-franc de filou sous le mur qui saute comme un mur de poussins (2-2, 72e). Une fois n’est pas coutume, Gigi n’est pas exempt de tout reproche. Mandzukic sort, Sturaro rentre. On change enfin de système, mais j’ai bien peur que ça ne serve plus à rien. Le sang-froid a quitté nos veines. Bentancur soulève Davies et ramasse son carton personnel, signe d’un agacement collectif inhabituel.

On aura encore d’autres actions qui ne mèneront à rien, mais j’ai pas le courage d »en parler ici. J’ai pas reconnu mon équipe en deuxième mi-temps. Ni en fin de première d’ailleurs. Je veux bien qu’on laisse le ballon Max, mais alors ne met pas quatre vrais offensifs (bon ok il y a Mario dans les quatre). Garde notre système qui marche quitte à faire jouer Sturaro ou Bentancur ou qui tu veux. Mais vouloir défendre bas avec les seuls Pjanic et Khedira c’était MISSION IMPOSSIBLE. Les quart de finale s’éloignent, on a encaissé deux buts à la maison. Notre seul motif d’espoir, c’est la grande capacité de Tottenham à se chier dessus.

J’ai jamais été vraiment méchant depuis le début de la saison avec ma Juve, mais les choses vont changer.

 

LES NOTES

 

BUFFON (3/5)

Il s’est fait homme le temps d’un match, et ça s’est senti.

DE SCIGLIO (2/5)

Il a commencé fort, puis il est redevenu un joueur du Milan.

BENATIA (2/5)

Peu en verve en première période, il a ramassé un carton juste avant la mi-temps. Il s’est ensuite contenté de se mettre au niveau de ses partenaires. Clairement pas sa meilleure idée.

CHIELLINI (3/5)

Il a couru, et il a été partout (notamment sur l’action du premier but des Spurs).

ALEX SANDRO (1/5)

Je lui aurais bien mis un peu plus, mais un mec dont Stéphane Guy fait l’apologie ne peut décemment pas avoir une bonne note.

PJANIC (2+/5)

Un amour de coup-franc pour le premier but de Pipita. Il a ensuite subi tout seul au milieu face aux monstres londoniens (Dembélé et Dyer ça fait une sacré paire quand même).

KHEDIRA (0/5)

La figuration c’est bien quand tu gagnes 5-0. NUL à chier.

BERNARDESCHI (2+/5)

Il a pas mal tenté pour un mec qui était abandonné par son latéral et par le milieu de terrain derrière lui. Mais ça n’a pas suffi. Pas un grand Fredo.

MANDZUKIC (2/5 ou 1/5)

Deux pour le défenseur gauche qu’il a été, un pour l’attaquant qu’il aurait dû être.

DOUGLAS COSTA (2+/5)

Il a provoqué. Un pénalty même. En fait, il a provoqué que ça. C’était trop tôt pour le remettre sur le pré après sa blessure. Et quitte à le faire, le mettre dans une position où il peut s’exprimer.

HIGUAIN (4/5)

Un beau but (hors-jeu), un pénalty (marqué), un autre trézégué (vous savez, du verbe trézéguer). Franchement, je l’ai trouvé plutôt bon. Disponible, dans les bons coups, volontaire… Mais Gonzalo est maudit. Personne ne se souviendra de son bon match, juste qu’il a chié le 3-1 et que ça nous coûtera peut-être la qualification..

 

« Ce que la Juve aurait dû être mardi soir, une allégorie. » Et en bonus sur votre droite, Dembélé – Dyer, une sacré paire.

 

Les remplaçants n’ayant servi à rien, je ne les noterai pas. Et pour Max, je vais rester poli, pour une fois ça changera. Je m’excuse pour le doublon sur la vanne fellationesque sur Delle Alli, mais c’était trop tentant.

Rendez-vous dans trois semaines pour le match retour. En attendant on va retourner faire ce qu’on fait de mieux, dès dimanche contre le Toro en Serie A.

 

Fino alla Fine,

Un baccio nel culo.

Roberto Bettégras

Gérontophile lubrico-bakouniniste.

10 commentaires

  1. Certes, vous m’avez bien eu mon Mozer.

    Je faisais référence à Sir Henry Percy dit Hotspur, personnage historique notamment passé à la postérité dans la pièce Henry IV de Shakespeare. Il paraît même, d’après Ouiquipédia, que le club de TottANAL aurait eu son premier stade sur des terres ayant appartenu à la famille dudit Hotspur, d’où le surnom. Est-ce que je me la pète ? Plutôt oui.

  2. Qu’est-ce que c’est que cette photo ? Une allégorie des lecteurs des académies d’Homerc ? Une allégorie de ce que Liverpool allait mettre dans la tronche de Porto ? Désolé, j’ai dérivé sur un autre match.

    Khedira c’était 0. Un peu dur avec Mandzukic je trouve. Il a eu pas mal de linge sale à laver.

    • Le relecteur (ce bel homme) a également beaucoup aimé cette photo toute en couilles.

      Vous avez raison cependant, j’ai été dur avec Mario. Il a défendu comme un Samuel Eto’o version Inter VS Barcelone, mais ça n’a pas suffi. Je l’aime tellement que je suis très (trop) exigeant avec lui. Il aura un point en plus à son prochain match pour compenser.

  3. Si Diego costa met ce décalage à Sergorier en phase de reprise… Des nouvelles de PD10?

    • D’après la Gazzetta il sera dans le groupe contre le Toro dimanche à 12h30 (quel horaire de merde…) On peut raisonnablement se dire qu’il sera opé pour Wembley dans 3 semaines. Pourriez-vous me contacter par message privé mon cher VIL de la Bianconero Académie ?

  4. Une dame de fer et une défense en béton, ça fait pas toujours du béton armé…

    Pas mal hein ? Pas mal l’acad. Et j’avoue l’image est toute bien trouvée. Bonne chance pour le match retour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.