Boavista – Porto (0-3) : dans le derby un seul invincible, la Dragao livre ses notes

Un derby ça se gagne, mais si en plus tu leur marches dessus, chez eux et en collant trois pions, tu ne peux passer qu’un bon weekend.

Bom Dia,
Après le nul, très nul en Taça da Liga, retour à la vraie vie du vrai championnat qui compte vraiment.
Bref on joue après les Lézards et un but hors-jeu dont les arbitres n’ont pas jugé bon de demander le VAR (arbitrage vidéo), et les salopes en rouge dont le début de l’action voit Jonas sécher le défenseur, récupérer et marquer, mais là encore pas de VAR.
Tout va bien, il y a eu trois bonnes décisions dans des matchs sans enjeux, donc on valide pour la saison 2018-2019. Quand ça créera une émeute, faudra pas chialer.

O Equipe :

Sergio revient à une équipe type en 4-4-2 avec Danilo et Herrera dans le cœur du jeu, Corona et Brahimi sur les côtés et Marega Aboubakar dans l’axe.

compo Boavista porto

O Jogo :

Le match démarre par dix minutes de bagarre. Enfin pas de la vraie bagarre comme Joshua contre Takam, de la bagarre comme Yoka contre un SDF. Boavista essaie de presser, de mettre de l’impact d’être proche au duel, ce qui nous gêne pour construire mais pas pour répondre.

Nos joueurs n’étant pas des petites fumeuses de chicha comme à Paris, on répond dans l’impact et on plie le débat physique autour du premier quart d’heure, même si on ne réussit pas à se créer de vraies occasions.

C’est même José Sá qui brille sur une talonnade avec une belle extension main ferme qui rassure tout le monde (20e minute).

Il faut attendre la 41e minute pour qu’enfin on ait un vrai frisson, Brahimi se débarrasse de deux défenseurs et centre pour Corona, le Mexicain tente une volée écrasée qui effleure la lucarne.

Au retours des vestiaires, Porto passe en mode Terminator. Les coups, les fautes, l’envie adverse, rien ne nous arrête.

50e minute : sur un beau mouvement, Corona trouve Brahimi dont le centre fort est coupé par Aboubakar. 0-1.

On ne relâche pas la pression et Boavista multiplie les fautes.

55e minute, coup franc pour les Panthères. Herrera dévie de la tête, manque de prendre Sá à contre-pied et souille nos slips. Un grain de sable qui ne change en rien notre envie de leur marcher dessus et de les acculer sur leur but. Brahimi continue de faire danser la zumba à Sparagna et De Rossi mais sa frappe est trop écrasée.

71e minute, sortie de Danilo ,entrée d’André André.

Boavista continue malgré tout d’y croire et sur un contre avec centre et remise, Idriss à l’occasion d’égaliser mais sa tête n’est pas cadrée (75e minute).

Le Bessa y a cru et va donc déchanter comme Manuel Valls après avoir trahi son ancien parti. On pousse et Herrera, lancé parfaitement par Ricardo, perd son duel avec le gardien. Ce n’est que partie remise. André André récupère puis tout s’enchaîne. Aboubakar dévie sur Herrera qui donne à Marega pour tuer le match. 0-2 (80e minute).

85e minute : entrée de Maxí et sortie de Corona. Le stade entre en fusion, on continue de pousser et on finit le boulot à la 86e minute, quand André André lance Brahimi pour mettre le troisième.

90e minute, sortie d’Aboubakar, entrée de Reyes.

O Dragoes :

Sá (3/5) : Cleaneusheetheuuuu. avec l’arrêt qui va bien dans le derby. Et en plus Casillas l’applaudit.
Ricardo (4/5) : Un petit Ricardo dans un couloir avec un ballon HÉ HÉ, laisser déborder sans modération HÉ HÉ.

Ricardo

Aussi bon en attaque qu’en défense.

Felipe (3/5) : On ne dit plus un match d’homme, mais un match de Felipe.
Marcano (3/5) : Dans un match à l’ancienne, il a montré qu’il n’était pas qu’un défenseur soyeux. Il sait aussi mettre le bleu de chauffe.
Telles (3/5) : On lui a donné de l’ailier virevoltant, il en a fait de l’ailier de poulet KFC.
Danilo (4/5) : Shérif du milieu, son domaine c’est gagner les derbies.

danilo

Un match plein d’à propos

Herrera (4/5) : Manque un but pour une note parfaite. Pressing, remontée de balle, passe dé.

Corona (4/5) : Quand il joue avec les autres, il est magnifique.

Brahimi (5/5) : Passe dé, but, et sortie de balle plus propre que la plus propre de tes javels.

Brahimi

Quand tu gambades dans les défenses

Marega (4/5) : Buteur, passeur, défenseur… Mais en fait, c’était son cousin celui recruté en janvier il y a 18 mois!

Marega

Marega avant/après

Aboubakar (4/5) : Sniper. un ballon un but. Puis de la justesse dans les déplacements et les remises pour éclater la défense. Parfait.

O Banco :

André André (4/5) : C’est pas une entrée, c’est un super sub.

Maxí (Não Bigode) : Même pas le temps de prendre un carton.

Reyes (Não Bigode) : N’a pas touché la balle.

Si tu veux que le football anal puisse s’exprimer et qu’on me paie des Sagres ou des Super Bock, met de la monnaie de côté on va bientôt t’en demander.
Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer ou FACEBOOK
beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

2 commentaires

  1. Sympa le gif de Dani Daniels, mais le joueur du match me semble être Danilo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.