Benfica – Porto (1-2) La Dragão Académie est Dobradinha

Bom Dia,
C’est le mois d’août d’une année aussi surprenante que bouleversante dans nos vie calendaire si bien réglée, tant du point de vue famille (les congés, les enfants, les apéros, le boulot mais pas trop) que du point de vue de nos passions sportives : pas de Tour de France pour Luc Seafer, pas de Wimbledon pour Marcelin Albert, et la saison de football pas terminée.
Oui en août « normalement » c’est la reprise, les amicaux, les nouvelles recrues, l’excitation et les espoirs de la nouvelle saison… Mais là, las non. Les coupes d’Europe ne sont pas bouclées, la finale de la coupe vient de s’achever, et la Ligue 1 ne sait même pas ou elle sera diffusée…

Bref revenons à ce match et à moi, car oui, pour une fois (enfin non, comme d’habitude), je vais commencer par te raconter ma vie.
Je suis parti en vacances en famille dans un village perdu des Alpes-de-Haute-Provence pour me ressourcer loin des cons ne portant pas de masque. Et là tu te dis « et je m’en bats les couilles! » (ou les ovaires j’ose espérer avoir un lectorat féminin) ! Oui mais non, car en fait, n’étant pas à la maison je vois que le match est diffusé sur la chaîne l’Équipe avec en guest Raymond Domenech !
Mais si, le mec qui a failli être champion du monde car Zidane lui a dit « maintenant coach tu fermes ta gueule, je fais l’équipe c’est bieng » ! Celui qui a demandé la main de sa femme à la télévision après la plus grosse désillusion du foot français ! Celui qui ne vit que parce qu’il a découpé les joueurs avec du talent ! Mais allez ,celui qui a déclaré en juin 2016 à OJOGO « Avec le Portugal en finale la France est déjà championne d’Europe».
Bref je ne vais pas refaire le CV de la lose de Raymond, mais revenir sur la situation. La famille en vacances veut voir Fort Boyard avec en prime l’équipe d’Hugo Clément, le mec qui défend la cause animale pour faire oublier qu’avant #MeToo il harcelait les femmes, si possible se moquait de leur origine en chantant la Zoubida, pour le lol et la ligue.

Bref, je me vois donc contraint de suivre en fond Fort Boyard avec des personnes qui me donnent envie de me gaver de foie gras car ils sont contre, et de suivre sur mon téléphone le Ray qui va donner son avis de merde sur du foot portugais qu’il déteste.

Voici donc la Fort Taça Académie et bon courage!

O Equipe :

Tin tintin tin tintin tin tintintin tin!!!(On n’a pas les droits pour la musique de Fort Boyard)

Bonsoir ce soir c’est l’équipe de Porto dirigé par Segio Conceição qui va s’attaquer à Fort Taça! En face d’eux pour les empêcher d’accéder au trésor une équipe des aigles qui entre magouille présidentielle, retour de Jésus et perte du titre est un animal blessé, comme les tigres qui se font fouetter par Félindra.
Bref Sergio a mis son équipe type sans fioriture laissant juste Diogo Costa à la cage à la place de Marchesin.

O Jogo :

Dès la première épreuve on prend la première clé. Dédoublement de Marega pour Corona mais la feinte et la frappe du Mexicain au premier poteau façon spéciale Boksic, mais Vlachodimos s’interpose.
Sur les épreuves suivantes, on tient la baraque sans danger mais sans non plus mettre l’étincelle qui nous permet d’ouvrir le score.

Le plan se déroule sans accroc quand le père Soares Dias décide d’exclure Diaz pour un second jaune. De mon point de vue le ralenti et la VAR sont une saloperie sans nom. Je t’explique mon point de vue, tu regarderas la vidéo.
Diaz est le premier sur le ballon, il est de dos, il sent arriver Almeida, il tend la jambe pour un contrôle orienté, Almeida veut passer devant, Diaz pose le pied sur le tibia mais sans le voir. Sauf que le ralenti ne montre que le pied à la fin qui va éclater la jambe. alors que sur le plan large ben tu vois bien que Diaz joue le ballon et ne peut pas voir la jambe d’Ameida.

Rouge, tout le monde s’énerve, Sergio prend aussi un rouge deux minutes plus tard, le Classico est lancé, ça devient la boule en soirée qui dérape et heureusement la mi-temps est sifflée pour aller nous calmer.
On se dit que là c’est mal barré pour arriver à trouver l’énigme avec le coache et un joueur en prison.

Mais que nenni ! Pas le temps de douter que sur un coup franc de Telles Vladochimos sort et prolonge au second poteau pour Chancel Mbemba qui trouve le trou pour passer Rouge pour ouvrir le score. 0-1 (47e)

Pas le temps de se remettre que les méchant du Fort sont à nouveau pris. Cette fois c’est Otavio qui centre pour Mbemba, qui seul met son doublé pendant que les joueurs lisboètes font une belle imitation de Kassim Abdallah la légende, toujours le poing levé. 0-2 (59e)

La suite c’est de la gestion, récupération des boyards… seule petite frayeur quand Leite se fait agripper par un tigre bourré et concède un péno transformé par Vinicius à la 84e 1-2.

O Resumo :

O Dragoes :

Costa (3/5) : S’il arrête le péno ce n’est même pas un match parfait, c’est une plus grosse humiliation depuis Agnes Buzin à la mairie de Paris.

Manafa (3/5) : Ils sont venus, ils ont vu et Manafa les a renvoyés avec un suppo et au lit.

Mbemba (5/5) : Découper les attaquants, mettre un doublé dans un Classico, à jamais dans l’histoire.

Pepe (3/5) : Dépositaire de l’autorité, il a vite fait de faire régner l’ordre et la justice en empêchant les fauteurs de troubles de s’approcher de la surface.

Telles (4/5) : Il a livré son bonbon, éteint ses adversaires, et montré qui été le meilleur latéral du pays.

Danilo (4/5) : X-Or du milieu de terrain, il a été le shérif dans le Half-space c’est lui qui a fait la loi.

Uribe (3/5) : Plaque tournante du milieu comme ses origines colombiennes le laissaient deviner.

Corona (3/5) : Enflammé comme un membre des 4 Fantastiques, Johnny Corona a embrasé la défense rouge, les marquant comme les cowboys marquaient au fer rouge leur propriété.

Diaz (1/5) : La fougue de la jeunesse avec deux fautes évitables et un rouge qui au final parfait la légende de ce match.


Otavio (4/5) : Okay, comme Mbemba il s’est révélé dans cette fin de saison tronquée, enfin il a allié la technique brésilienne à la rigueur de Sergio. Une passe dé pour la postérité.

Marega (4/5) : Jardel et Dias ont dansé la Moussa Marega, c’est comme Moussa Tombala mais en mieux. Faire leDoublé héhé, Faire le doublé Héhé.

O Banco :

Leite (2/5) : Un point de moins pour le péno provoqué bien que généreux, mais il a tenu son rôle et pris de l’expérience prise.

Loum (2/5) : Entré pour blinder, il a joué la Brinks.

Sergio (3/5) : Encore entré pour mettre un fion aux salopes en rouge, Le plus pur Portiste du groupe.

Remarque à la con :

DOBRADINHA!!! Et ouais doublé, 5 victoires en 5 Classico, une saison qui finalement est monstrueuse, où on a bien mis tout le monde à l’amende. Quoi la coupe de la ligue? Quoi la coupe d’Europe? Mangez votre caca.

N’oublie pas de cliquer sur les deux boutons pour nous rejoindre ou nous aider!

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer
beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

2 commentaires

    • J’aime pas trop cette habitude du succès qui s’installe, ça nous prive des explosions de foutr… de joie qu’on pouvait avoir dans les notes quand il y avait du suspense. Beijos mon portugay ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.