Famalicao – Porto (1-2) La Dragão Académie retombe déjà dans ses travers de Por(to)

Bom Dia,

Après un match d’ouverture maîtrisé, les dragons se présentent plein de confiance pour enchaîner une deuxième victoire et ne pas se laisser distancer par les deux autres qui ont joué avant et ont gagné.

Alors que l’on ne sait pas si Corona et Oliveira vont rester, Sergio est en brouille avec Manafa et s’est même foutu de sa gueule en conférence de presse car il serait parti en boudant de l’entrainement.

En face Famalicao est dans le flou. Après deux victoires au deux premiers tours de la coupe de la ligue, ils ont pris 2-0 à Paços, qui ne semblent pourtant pas des foudres de guerre.


O Equipe :

Sergio a tout l’effectif sauf Grujic. Cependant il fait deux changements dans le 11 avec Uribe pour Oliveira et Manafa pour Zaidu

——————-—Diogo Costa—————-
 Mario ———Pepe—-MBemba——Manafa
 —————-Uribe——Bruno Costa———
 Otavio——————————————Diaz
 —————-Martinez——Taremi—————


O JOGO :

Le coup d’envoi à peine donné, Famalicao se replie dans son camp. C’est une bonne idée sauf que leur non-pressing nous permet de trouver des passes qui traversent le milieu plus facilement que les Tabilans pour entrer dans Kaboul.

Résultat des courses, après une première occasion, Taremi récupère entre les lignes, lance parfaitement Martinez et comme on disait dans Olive et Tom, une passe un crochet et on a marqué 0-1 (17e).

On gère la partie en bon père de famille, le genre de père qui est défoncé au crack avec des alignements aussi clairs que des explications sur les dangers des vaccins via LINKEDIN.

Heureusement l’arrière garde fait le boulot et Costa rassure dans la cage.

On reprend les choses en main et une passe de Bruno Costa perse le pressing pour trouver Otavio qui glisse parfaitement à Martinez pour le doublé. 0-2 (43e)

Dès le retour des vestiaires l’effet du discours musclé de Sergio se fait ressentir. On est apathique, on a peur, Manafa se fait déborder comme un ruisseau du sud de la France pendant les orages d’été et on concède des corners. Sur un de ces corners mal renvoyé, un centre tombe entre Pepe et M’Bemba, Costa gêné par le soleil ne peut pas sortir 1-2 (57e)

On remet le pied sur le ballon sans vraiment en faire quelque chose et on manque de se faire surprendre sur un nouveau débordement côté Manafa qui reste bien à 5 mètres du centreur pour gagner la gueere psychologique qu’il mène avec son neurone en état de marche ce soir.

Il nous faut une récupération haute pour voir Tarémi lancé et tenter sa chance, mais sans réussite.

On commence à respirer, Famalicao ne dépasse plus le milieu de terrain, Manafa est dehors. Ah ben non les ptits gars, vous allez me contracter bien fort vos sphincters jusqu’au bout ! Il faut mettre des olives pour faire de l’huile hein, c’est toujours ça de pris (mon astuce, c’est cadeau).

Suite à un corner repoussé, Zaidu réussit à aller s’empaler sur le seul joueur de Famalicao à 10 mètres de lui et plein axe. Ni une, ni deux le contre de la 94e est lancé, Uribé s’aligne aussi bien qu’une construction de Numérobis et Famalicao égalise…. NON ! Car la VAR toujours prompte à rendre une justice aussi bien faite qu’une enquête de l’IGPN nous sauve pour 3 cm.

S’il n’avait pas bandé on était mort.


O Resumo


O Dragões :

Costa Diogo (2/5)
A dégagé autant de sérénité en première période que fait de l’huile en seconde, deux litres.

Mario (2/5)
Le plus compliqué dans le haut niveau, c’est de répéter les grandes prestations, pas encore au haut niveau.

Pepe (4/5)
Il y avait Gandalf face au Balrog (ok, la production portugaise pour le Balrog ce n’est pas Hollywood) mais le résultat est le même.

M’Bemba (3/5)
Il a couvert les alignements foireux et les pertes de balle débile, sorte de Men In Black de nos errances défensives.

Manafa (1/5)
Monsieur est chonchon, Monsieur fait la gueule, ben MONSIEUR il va se mettre à avoir un niveau pour au moins être acceptable contre le bas du classement de Liga car là je t’enverrais bien à Tondela.

Sergio qui se rend compte de sa boulette

Uribe (2/5)
Il devait jouer le rôle de l’impact physique, si on entend par là, essayer d’ouvrir une prote en fonçant dessus tête la première, alors qu’il faut tourner la poignée, il a eu beaucoup d’impact.

Costa Bruno (2+/5)
Un match propre et intelligent, en première période, un naufrage pour stabiliser le milieu en seconde.

Otavio (3/5)
Courir c’est bien, mais il faudrait peut-être aussi respirer pour oxygéner le cerveau pour avoir les éclaires de génie comme sur le second but.

Luis Diaz (2/5)
N’a pas réussi à être trouvé lancé, n’a pas défendu laissant le couloir gauche à l’abandon, Luis est comme nous, une semaine après le retour de vacances et la bonne humeur, il est vite soulé par le boulot.

Martinez (5/5)
Trois ballons, deux buts, Toni est passé de Micheli qui sert Angela à Montana qui flingue tout ce qui se présente.

Sacré doublé !

Taremi (4/5)
Un match d’une incroyable intelligence dans le déplacement et la vision. Servi qu’une fois, il a un peu croqué, mais ses deux passes pour Martinez sont des merveilles.


O banco :

Zaidu (1/5) :
Il a réussi en 20 minutes à être pire que Manafa en 60. Je crois qu’il vient de créer un nouveau dicton, ce n’est pas « à malin, malin et demi », c’est « à mauvais, mauvais et demi ».

Oliveira (3/5) :
Entrée pour rétablir l’ordre, il a empêché les Dalton de faire des conneries, tant qu’on ne les a pas laissé sous la surveillance de RantanZaidu.

Conceiçao (2/5) :
Le petit génie a eu plus de temps, mais ses accélérations n’ont pas amené de danger et le problème de son jeu non épuré font qu’il cherche trop compliqué.

Evanilson (NN)
Entre à la 90e, encore, n’a pas touché un ballon, encore.


Remarque à la con :

Chasser le naturel, il revient au galop ! Ouais mais en plus le galop est mené par Anika Shleu

Remarquez ça nous a presque manqué ces fins de match tendu du slip car on a pas enfoncé le clou pendant les 85 premières minutes. (Spoiler : NON)


Tu aimes horsjeu.net ? Évidemment !

Tu te demandes comment nous rejoindre ? Ici

Tu veux nous filer de quoi acheter des 8.6 ?

Tu n’es pas poète et un peu radin ? Tweet, Partage sur tes réseaux socianaux préféré, ou dénonce au Comité.

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries, c’est possible sur TWITTER @franckhomer

Beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

5 commentaires

  1. Je ne comprends pas le résumo, vous avez gagné 2-1 ou vous avez perdu 3-2……

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.