Guimarães – Porto (0-0) : La Dragão Académie livre ses notes

Il y a des égalités au goût de défaite, et parfois, prendre du recul te permet de garder le positif… Oui je reste zen…..VAI FODER CARALHOOOOOOOOO !

Bom Dia,
C’est weekend de feu ce soir en Liga.
Si c’est Derby entre Lézards et Salope en Rouge, le leader le FCP se déplace chez le 5e, le Vitoria Guimarães.

C’est chaud, c’est pas un derby mais c’est tout comme.
Les ultras du Vitoria bouillant dans leur antre, face au Ultras du FCP, chauffés à blanc dans la suprématie du Nord… c’est une sorte de Montpellier-Nîmes mais avec des vraies équipes de foot.
Le deal est simple, les salopes en rouge ont éclaté 4-2 les lézards et reviennent donc à 2 points.
En face Guimarães est venu gagné chez nous en début de saison, possède un super coach et beaucoup d’anciens de la maison.
Tout est réuni pour un vieux traquenard.

O Equipe :

Sergio ne bouge pas son 442, Danilo est sur le banc ainsi que Loum la dernière recrue.

O Jogo :

Luis Castro a décidé de faire jouer son équipe en bloc haut avec du pressing.
Après cinq minutes sans ballon c’est bien Herrera qui décale Brahimi dont la frappe frôle le poteau et fait passer le premier frisson.
On prend le contrôle du jeu, Oliver se met à être partout à la récupération et à la baguette.
Bien que le milieu soit complètement sous contrôle, les passes dans les 20 derniers mètres sont aussi ciselées qu’une chanson des frérots Delavéga, oui c’est à chier.
Petite frayeur à la seizième sur un centre manqué, Iker se troue mais heureusement sans conséquence avec la spécial Vercoutre où il tente d’engueuler Militão.
Dans la foulée Soares prend sa chance devant la surface mais trouve la transversale.
On tient le ballon et on trouve des fulgurances dans le bloc adverse qui est bien compact mais Telles voit Douglas sortir sa frappe.
Dans la foulée c’est Iker vigilant qui sort une frappe de Soares (le leur pas le notre, enfin suis putain).
On maintient la pression avec Tiquinho (voilà comme ça tu ne le confondras plus avec l’autre Soares) qui lance Marega mais son lob s’envole dans le ciel de Guimarães.
On est remonté d’un cran en empêchant les transmissions et Herrera s’essaie encore mais toujours pas cadrée.
Sur une nouvelle frappe d’Herrera, Marega manque de couper trajectoire mais ne touche pas la balle.
Guimaraes reprend un peu de contrôle ce qui nous permet de contrer et rapidement on retourne chez eux avec encore Marega qui voit sa volée repoussée sur la ligne.

L’arbitre siffle à la 45e après que les supporters s’envoient des bombes agricoles et des sièges sur la tronche après s’être insulté, ah lalalala le folklore local (bande de con).

On reprend la seconde période comme on a fini la première : patron sur le terrain mais incapable de trouver la dernière passe.
Le match s’emballe et Guimaraes est de plus en plus tranchant sur contre-attaque comme au match aller, oui ça pue, oui de façade je suis serein mais en fait quand le ballon passe le milieu de terrain je travaille la contraction des sphincters.
On pousse on pousse mais toujours la dernière passe foiré, sauf quand Telles donne un bonbon pour la tête de Tiquinho mais encore une parade de Douglas.
On se fait des occasions sur corner mais Douglas est toujours bien placé.
Brahimi sort pour Otavio, mais c’est encore Oliver qui trouve Marega qui se retourne et frappe mais Venancio sauve sur la ligne.
Le match s’emballe et sent le KO mais Fernando manque de tuer le match à la 84e en buttant sur Douglas.
Derrière Tiquinho est contré puis Corona frappe sur Douglas à un mètre de lui.
Suite à un corner, Pepe ouvre le score mais il est signalé hors-jeu.
Sur un ballon dégagé, Otavio reprend à l’entrée de la surface mais ça frôle encore le poteau.
Encore une occasion pour Tiquinho, encore un raté.

O Resumo :

O Dragoes :

Casillas (2/5) :
Il a assuré mais cette petite frayeur là, tu la gardes. Tu me dois un slip.

Militão (2/5) :
Défensivement rien à dire mais offensivement ce serait cool que tu fasses des choses simples comme centrer comme il faut ou décaler Corona au lieu de te prendre pour Roberto Carlos.

Felipe (3-/5) :
Toujours solide, il a tenu en respect ce qui se pointait et a tenté d’amener le danger sur les CPA.

Pepe (3-/5) :
Du regard il annihile les attaques adverses, envoyez-le à Jérusalem on va vite régler ces histoires.

Telles (3-/5) :
Impeccable dans le couloir, il a tout tenté sans réussir à faire dresser la toile de tente.

Herrera (3-/5)
Pas faute d’essayer il a permis de tenir le milieu et s’est mis en évidence par ses prises de risque mais n’a pas trouvé l’ouverture, sorte de Gilet Jaune.

Oliver (3+/5) :
Il a dominé le milieu comme Don Corléone. Tout est passé par lui, malheureusement ses hommes de pieds n’étaient pas à sa hauteur.

Corona (2/5) :
Bordel pourquoi t’as ramené ton double qui foire tout arrivé dans les 20 derniers mètres comme un pauvre type qui Jizz In my pant ?

Brahimi (3+/5) :
Zébulon qui leur a chanté « Tourne latéral, mon petit latéral, tourne, tourne tourne comme un con. »

Tiquinho (2+/5) :
A un moment créer les occases c’est bien, mais il faut tuer ce putain de match, les moulinets de sabre, ça ne sert à rien.

Marega (2/5) :
Quand ça veut pas entre les approximations techniques, les coéquipiers qui se servent de tes appels sans te la donner et la blessure musculaire, une Sacrée Soirée Jean-Pierre.

O Banco :

Otavio (2/5) :
On attendait à son entrée une explosion, des dribbles virevoltants et déroutants. Au final il lui a fallu 10 minutes pour se mettre en route mais sans succès.

Fernando (2/5) :
Il a bien tenté mais là mon grand, faut claquer à chaque fois, t’es plus à Aves j’sais pas quoi là.

Hernani (NN) :
Une simulation pour prendre un jaune, bien joué.

Remarques à la con :

Ben voilà, le championnat est relancé ! Les Salopes en rouge ne sont plus qu’à 3 points POULOULOU !

Mais oui sauf que les deux prochains Classico c’est à la maison et il ne restera que le déplacement à Braga.

Je ne dis pas que c’est fait, mais là malgré la ligue des Champions, on est quand même en ballotage plus que favorable.


Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

Beijos anal

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.