Portimonense – Porto (2-3) La Dragão Académie livre ses notes

Il n’y a rien de plus beau qu’une victoire à la 94e…Enfin, vu dans quel état a fini l’arrière de mon slip, j’ai un doute.

Bom Dia,

Retour à la Liga pour nos Dragoes après avoir vu le pays fesser ses adversaires. Pour une fois, pas de blessé en sélection. C’est toujours les surprenants Famalicao qui sont en tête alors que nous sommes second à égalité avec les salopes ne rouge. Sinon on va à Portimão dans l’Algarve et toi même tu sais à quel point j’aime cette région.


O Equipe :

Sergio pour une fois n’a pas de blessé en retour de sélection et possède donc tout son groupe. C’est l’équipe type sauf que le jeune Baro est remplacé par Otavio.


O Jogo :

On démarre pépère face à une équipe qui contrairement à ses habitudes nous attend comme un vulgaire Tondela. C’est donc en sénateur que l’on joue, un pressing en marchant, on fait tourner la baballe, et Zé Luis ne se donne pas la peine de faire des appels.

Au bout de dix minutes on accélère un peu et Diaz chauffe les gants du gardien. Sur un bon mouvement qui voit Otavio décalé à gauche, son centre est repoussé du bras par le défenseur qui avait taclé. VAR, Péno, Telles 1-0 (24e)

Profitant d’avoir flingué un plan de jeu bancal comme un discours Macroniste sur l’environnement, Danilo trouve le poteau en reprenant un centre de la poitrine, puis Zé Luis se met enfin en évidence en frappant mais belle horizontale du gardien. Alors que tout le monde s’attend à une réaction, Portimonense reste bloqué devant sa surface et ne sort pas, ce qui nous permet de faire une passe à dix autant inutile qu’ennuyeuse.

A force de faire joujou, on trouve un décalage et Uribe sert Ze Luis qui reprend au second poteau après que Marega ait intelligemment raté le ballon. 0-2 (38e)

On revient pareil en seconde période, oh bien sûr on a des occasions ou des moments sympa avec Moussa Marega mais on ne force ni notre talent, ni notre supériorité physique. Mais alors que tout semble calme et tranquille on se fait trahir par notre nonchalance.

Un ballon balancé, une déviation de la tête et un sprint de 50 mètres envoie une contre attaque bouclée en deux temps. le premier voit un centre traverser notre surface de la droite vers la gauche puis on se replace sans regarder les adversaires et le centre retour gauche vers droite est coupé de la tête 1-2 (74e)

Pas le temps de se dire que ce n’est pas grave, Portimonense redevient Portimonense et nous la joue à l’abordage avec tout le monde haut dans notre camp pour égaliser. Évidemment on ne change pas de rythme comme un ado à la bourre qui se réveille en retard, il suffit d’un ballon changé d’aile pour que Koki Anzai parte de l’aile pour entrer sans encombre dans l’axe et lâcher un enroulé pied gauche dans le petit filet de Marchesin qui est battu 2-2 (77e)

Oui c’est magnifique! 74 minutes sans que Portimonense ne s’approche et frappe pour prendre deux pions en trois minutes VAR incluse. Bien évidement maintenant on se bouge le fion, on est tout énervé parce qu’on a joué aux cons et qu’on n’a réussi. Alors on repart à l’attaque mais sur le troisième long ballon, Telles revient à la course et fait faute avant la surface. Rouge logique, on est donc à deux buts et un rouge pris entre la 74e et la 90e.
On a tout pour se chier et perdre, mais les gamins entrés en jeu Baro et Silva sont remuants et créent du danger.

A la 98e (ben oui gneugneugneu c’est Porto gneugneugneu… Il y a eu 10 minutes d’arrêt de jeu dû à la VAR, un rouge et 6 changements mais bon…) Sur le dernier corner Marcano s’élève et trouve la lucarne pour une victoire à la zob, pleine d’émotions malsaines.


O Resumo :


O Dragoes :

Marchesin (2/5)
Rien à faire et deux buts pris. La vie est une salope.

Corona (1/5)
Le premier but, il couvre deux fois, offensivement inexistant pour un ailier reconverti… Comment dire aucun point fort.

Pepe (2/5)
Un retour costaud mais pas un taquet à mettre, pas une bagarre à déclencher, tout est allé trop vite de l’autre côté.

Marcano (1/5 puis 5/5)
Pas vraiment là sur les deux buts il claque la tête de la gagne donc d’un coup tout est pardonné comme Nico avec Cécilia.

Telles (2+/5)
Alors là je ne sais pas, faisons ensemble le bilan, un but, des centres, des corners bien tirés avec un jeu vers l’avant. Deux buts de son côté et un rouge… Merde d’après Cosmo c’est une année propice à un régime et lire Bridget Jones.

Danilo (3/5)
Il a manqué un but, comme Bernie Sanders à qui il a manqué la thune.

Uribe (3/5)
une passe dé un travail plus visible que d’habitude, on sent qu’il veut se placer pour la prime de fin d’année

Otavio (4/5)
Faible avec les forts, fort avec les faibles

Diaz (1/5)
Disparuuuuu, il a DIS-PA-RUUUUUUU.

Zé Luis (2/5)
Deux occasions quand il a couru dont un but, ok t’as eu ton bac avec du cul, branleur.

Marega (3/5)
Il a bossé comme un con, s’est mis le cul par terre pour rien, la vie est injuste.

O Banco :

Baro (3/5)
Un peu de folie, un peu de flottement mais au moins il a remis du jeu vers l’avant avec du mouvement.

Soares (2/5)
Se battre comme un chien, ne rien lâcher mais pour du vent.

Silva (3/5)
Vent de folie c’est pas fini folie fini, j’ai rien compris.


Remarque à la con :

Alors passer du “rouleau compresseur chiant” à “jouer à la baballe chiant”, je préfère presque le rouleau compresseur, au moins je ne souille pas mes slips. 

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.