Porto – Guimarães (3-0) La Dragão Académie livre ses notes

Il y a des matchs bizarres, avec des choses improbables, des ambiances bizarres, en littérature cela pourrait être du Kafka, au cinéma du Lynch. Mais là on a plutôt eu du nanard, de la fanfic moisie mais avec une fin heureuse.

Bom Dia,

Après l’éclatante victoire dans Clássico et la leçon de football envoyée à tout le pays, nous voici à recevoir Guimarães, fraîchement qualifié en ligue Europa et prétendant à emmerder la hiérarchie.

Si l’on se réfère à l’an dernier, ils nous avaient bien fait chier en s’imposant 3-2 chez nous alors que l’on menait pépère 2-0 à la 60e.
C’est donc le fameux « match-piège » cher aux vrais journalistes, comme si des fois les coachs adverses ne tentaient pas des systèmes pour piéger l’adversaire.
«- Oh coach on fait comment pour les emmerder, 532? 541? On joue bas? On joue haut?
 – Non les gars aujourd’hui faites comme vous voulez on va pas se casser le cul, ils sont plus fort, faite de votre mieux, courage, bisous, moi j’en profite pour préparer la liste de courses et chercher mes vacances. »
T’as compris, dès le début de la retransmission je suis dans le ton.


O Equipe :

Sergio aussi ne se casse pas trop la binette. 11 soldats ont vaincu en territoire hostile, les onze même vaincront en territoire conquis !? Oui cette phrase ne sert pas à grand chose mais comme je fais un copier-coller de la compo, j’ai tenté un truc.


O Jogo :

C’est marrant parce que j’ai pas vraiment le temps de me poser que sur un pressing sans conviction les joueurs du vitoria(victoire) se transforme en perdedor (perdant). Bref un pressing moyen, une passe en retrait entre le latéral et le central, Moussa Marega qui anticipe, récupère, va au but et le défenseur qui revient et le déséquilibre. Il y a faute c’est en dehors de la surface mais surtout à la surprise général l’arbitre sort un carton rouge. VAR et confirmation. Bien donc pour moi ça vaut au mieux jaune, certes cela aurait fait une occasion, il n’est pas dernier défenseur, la faute n’est pas violente, Moussa ne se dirige pas directement vers la cage.
Bref sur ces faits, reste qu’on se retrouve à 10 pour 89 minutes face à une équipe qui de toute façon ne venait pas pour ouvrir le jeu.

On s’emballe pas, on fait tourner et la solution arrive à la 14e quand Corona remonte pépère, balance un amour de centre des 35 mètres au second poteau pour Moussa qui contrôle, dribble et fume le gardien 1-0.

Derrière, Guimarães tente de se rebeller et sur un avantage finement joué; pendant qu’on braille sur l’arbitre qui de toute façon n’est pas vraiment sur le même match que nous; permet de voir Marchesin repousser une tentative sur une belle anticipation.
On gère en faisant tourner, et tourner, et tourner… Pour un centre mais Marcano met sa tête au dessus.
On fait tourner, tourner, tourner… Et Zé Luis expédie un spoutnik.
Le rythme est mou comme un programme de Bayrou, à tel point que sur sa première accélération Pepe se claque.
On finit cette mi-temps de curling sur une occasion mais c’est encore un ballon perdu dans le Douro.

La seconde mi-temps démarre par un énorme coup de flip.

Sur un coup franc, Zé Luis n’écoute pas Marchesin et manque de mettre un CSC aussi gros que le racisme anti-blanc dénoncé par Pierre Ménès.
On fait comme actarus mais avec nos gonades. Transfert, autolargue, gonade go.
Il faut attendre la 75e minutes pour que sur un pressing le jeune Romario décide de prendre les choses en main pour frapper de 20 mètres et voir que le gardien de Guimarães est resté chaud.
Dans la minute qui suit, on défend comme des peintres en s’appliquant à respecter une zone sans regarder nos adversaires qui pas con trouve à 18 mètres un joueur seul qui trouve El grande Marchesin.
Cette occasion emballe les joueurs de Guimarães qui se disent que si on ne veut pas gagner comme l’an dernier, ben eux ils le veulent ce match… Enfin c’était sans compter sur 2 faits improbables : 

  • Davidson qui ne reconnaît plus personne et pète les plombs persuadé que son centre moisi avait été dévié.
  • L’arbitre qui plein de coke et de pédagogie lui enchaîne jaune puis rouge en deux secondes comme le fameux crochet / uppercut de Tyson contre Frazier.

Ce second coup du sort, alors que l’arbitre semblait compenser depuis le premier rouge nous ouvre une voie royale pour enfin asseoir notre supériorité.

 Donc on se met à pousser par Marega deux fois, Danilo puis sur corner Marcano se voit à la réception d’une frappe de Diaz pour pousser au fond (c’est pas sa mère). 2-0 (88e)

Enfin à la 93è un une deux entre Marega et Otavio voit le Malien claquer son doublé, dans un match où finalement seul le premier et le dernier quart d’heure ont servi à quelque chose. 3-0


O Resumo :


O Dragoes :

Marchesin (3/5)
Deux parades de classe, concentré du début à la fin, Iker peut rester tranquille dans le staff, son remplaçant est là

Corona (3/5)
Une passe dé et rien. C’est court mais c’est déjà tellement mieux que depuis 6 mois.

Pepe (NN)
Revient patron, REVIENT.

Marcano (3/5)
Buteur, il a assuré derrière quand le boss est sorti. mais sa non implication dans le jeu pour amener du surnombre c’est comme les vieux groupe de rock en festival qui font leur presta et ne font pas de rappel pour prendre leur cachet.

Telles (2/5)
Il a bien tenté de mettre du rythme le début de match mais à 1 zéro il s’est mis en RTT.

Danilo (3/5)
Tour de contrôle il a tenu le milieu et le jeu mais il ne va pas à chaque fois sortir un missile pour nous sortir de la merde.

Uribe (3/5)
Discret mais essentiel, il récupère, presse empêche les passes simples. Il ne voit pas beaucoup le ballon, mais il faut de tout tu sais, faut de tout c’est vrai, faut de tout pour faire une équipe.

Romario (3/5)
Ce gamin pue le foot. Ce gamin a un vrai truc pour orienter le jeu en une seconde à la récupération. Bon il doit être meilleur défensivement car proche de la surface il n’est pas rassurant mais déjà il défend.

Diaz (2/5)
Bien gentil mais ma théorie : il s’est changé en poltergeist pour dérouter l’arbitre et lui faire siffler que de la merde.

Zé Luis (1/5)
Ah ouais quand t’as pas envie, tu ne fais pas semblant. Un match de merde avec autant d’envie que Lilian Thuram pour s’engager avec Zemmour.

Ok la diva

Marega (4/5)
Ben ouais il a croqué mais il a doublé. Si chaque fois qu’il se rate il en colle deux ça va finir vers l’infini et au-delà.

Beau doublé

O Banco :

M’Bemba (2/5)
Pas de blague sur son âge mais il doit être le frère jumeau de Taribo West.

Otavio (3/5)
Encore un passe dé pour notre super-sub qui à défaut de faire des bons matchs se fait des vrais stats (pour être vite vendu).

Tiquinho (2/5)
Mieux que Zé Luis, oui c’est pas dur, même moi j’aurais fait illusion.

Remarque à la con :

L’arbitre à la ramasse, l’équipe nulle, mais malgré tout les ultras chantent comme si on était en démonstration, non décidément dans ce match rien n’allait.


Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

2 commentaires

  1. Allez, 3 points de pris, c’est tout ce qui compte (avec un p’tit +3 pas dégueu au goal average). Ceci dit je suis d’accord, y’a rien qui va : on l’a déjà eu ce gif d’Amanda Love.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.