Porto-Setubal (4-0), La Dragão Académie livre ses notes

Bom Dia,

Après un derby gagné et la trêve internationale, retour pour un match de taça (coupe) contre le Vitoria Sétubal.
Alors certes le Vitoria est à la ramasse en championnat mais pour un 32e de coupe, se choper un club de Liga est presque une anomalie.
Pas d’excuses, à la maison faut les toncher et prendre de la confiance avant de jouer notre peau en Europe jeudi à Berne.


O Equipe :

Sergio fait des choix et cale un mix entre les vainqueurs du derby et les blessés.

C’est donc une charnière Mbemba-Leite, Manafa, reprend sa place à droite, Loum accompagne Danilo tandis que Marega et Silva sont reconduits à la pointe de l’attaque.


O Jogo :

Sergio décide de faire tourner avec Leite et Mbemba en centraux, . Au milieu Danilo Loum est reconduit comme le duo d’attaque Marega-Silva.

Setubal essaie de nous rentrer dedans les premières minutes.

On résiste sans trop de soucis et on se montre patient. le seul problème est que Corona et  et Otavio réclament ballons mais sont catastrophiques dans l’utilisation.

La première alerte vient suite à deux actions de Danilo qui dans un premier temps transperce le pressing par une passe de 25 mètres entre les lignes puis un double contact qui lui permet de centrer mais Otavio est contré.

Comme d’habitude Corona veut me faire fermer ma gueule et sur notre premier mouvement en une touche, se retrouve décalé et lâche une lourde sur le poteau.

On met de plus en plus de pression devant la surface mais il manque le dernier décalage ou la dernière inspiration pour mettre en danger le gardien adverse.

C’est plein de bonne volonté, ça va vers l’avant, ça essaie de combiner et c’est plutôt agréable à voir.

Sur une incursion de Setubal, Costa intercepte et relance vite sur Corona qui part seul au but. Mais c’est sans compter sur Sousa qui se jette dans un double ciseau balayette à 60 cm du sol et descend Jésus pour récolter un carton rouge.

On garde le rythme car on sent que ça vient mais toujours pas à notre main.

Bon fini les blagues, sur un coup franc, enfin une lourde de Telles que le gardien ne peut que repousser de la tête (pan dans le nez) sur Mbemba qui pousse de la tête au fond de façon aussi molle que face à Bernadette Chirac nu. 1-0 (36e)

Le Vitoria n’existe plus et logiquement Fabio Silva met le deuxième sur un bon travail de Corona puis passe dé d’Otavio (Karma is a bitch) 2-0 (42e)

On reprend la seconde mi-temps pour les enfoncer.

En moins de deux minutes Makaridze est mis à contribution par Otavio puis Danilo.

SI le Vitoria tente de marquer en contre, on a au moins l’occasion de voir Costa sortir un ballon. On plie le match sur un nouveau décalage en 3 passes et trois touches de balle, Danilo, Telles pour Corona dont le centre est coupé par Jubal qui trompe son gardien d’un tacle foireux, jambe droite tendue, il rate la balle pour la prendre pied gauche chapeau l’artiste. 3-0 (56e)

Les carottes sont des haricots cuits quand Corona hérite d’un centre mal repoussé pour donner à Marega qui ne laisse aucune chance au gardien 4-0 (59e)

On gère, il y aura bien une occasion pour Sétubal mais on finit par une superbe frappe de Nakajima enroulé qui finit sur l’arête de Makaridze à la 87e puis Loum sur le poteau de 25 mètres.


O Dragoes :

Costa (3/5)
Parfois peu c’est bien, et le minimalisme visiblement semble trouver un nouvel élan dans le guarda-redisme (guarda-redes=gardien de but) de Diego. Peu d’arrêts mais tous assurés avec une relance qui amène le rouge. Less is More.

Manafa (3/5)
Petit à petit Manafa fait son nid et redevient le latéral feu-follet venu embraser le couloir de tes soirées. Pas mis en danger défensivement, il a écarté le jeu sur son couloir plus facilement Rocco les jambes de ses étudiantes dans son académie.

Mbemba (4/5)
Pas emmerdé défensivement, il a mis le but de la tête le plus mou de l’année mais c’est la période du boudin à la chaudière.
Leite (4/5)
Alors qu’il ne joue pas il a 8 marcano dans chaques orteils. Il coupe les trajectoires, les anticipe, relance parfaitement et sait être dangereux offensivement, putain mais pourquoi il n’est pas tout le temps là ?

Telles (4/5)
La machine à centrer, la machine à frapper, machine à passe dé passe dé. La compagnie créole du brésil.

Danilo (3/5)
Le patron du milieu, la tour de contrôle infernale, à côté de lui les adversaires ont l’air de petits Bretons.

Loum (3/5)
Du rythme, du physique et une aisance à rattraper les conneries des autres, il est en train de conquérir mon petit coeur.

Otavio (3/5)
Bordel 25 minutes à faire de la merde puis décisif sur deux buts quand il réussit enfin deux passes. Plus exaspérant qu’un ado ou un académicien pour mettre une image sur le site.

Corona (4/5)
Double face, comme dans Batman, quand le côté juge pleureuse laisse là place au dingo criminel, là c’est la fête dans la défense.

Marega (4/5)
Ben oui, ses déplacements, sa puissance, ça crée des occasions, du mouvement et du jeu. Et redevenir buteur, c’est tout ce qu’on veut.

Silva (4/5)
Ce petit à du feu, on le savait mais le voir confirmer et s’affirmer, c’est un viagra incroyable dans un début de saison plein de jus de pamplemousse.

l’innocence de la jeunesse

O Banco :

Nakajima (3/5)
Du mouvement mais encore au moment de son entrée quand plus personne ne veut bouger.

Aboubakar (2/5)
On attend de retrouver le buteur, pour l’instant on se contente du joueur.

Soares (NN)
Pas comme ça que tu vas reprendre ta place.


Remarque à la con :

Ahhhhh! la taça du Portugal! RTP! Oui mais pas en ligne! Putain mais à part les cons qui habitent hors du Portugal, qui va empêcher de voir le match sur ton lecteur DE MERDE!


Rejoins le côté obscur du football et cède à sa face anale en cliquant sur les deux boutons! Tu peux contribuer par tes traits d’esprit ou ton pognon! 

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.