Porto – Sporting (2-0) , la Dragão Académie est Campeão

Bom Dia,

C’est le Dia D! Oui alors ça fait un petit moment qu’on ne t’a pas parlé de futebol, j’en suis désolé !

En gros, pendant que les Salopes en rouge se sont effondrées, la meilleure équipe du monde de l’univers a gagné dans la sueur et les larmes les précieux points pour se rapprocher du 29e titre. Alors je suis un peu rude car au passage il y a eu trois très bons matchs, d’abord le derby contre le rond-point de Boavista avec une victoire 4-0, ensuite une main dans la gueule de Belenenses et son escroquerie de SAD, et enfin la victoire à Tondela 1-3.

Il reste 3 matchs et un point nous donnera le titre.

En face les Lézards viennent avec le besoin de conforter leur 3e place, fort de leur statut de “meilleure équipe depuis la reprise” (17 points pris contre 16 pour nous).

O Equipe :

Sergio doit faire sans Marcano et Oliveira blessés, Corona suspendu. On attaque avec Marchesin à la cage, Manafa, Pepe, MBemba et Telles derrière.
Un milieu à trois avec Danilo Loum et Otavio, devant c’est Fabio Viera et Diaz sur les côtés et Marega en pointe.
Sergio tente un milieu musclé et lance enfin le talent de Viera.

O Jogo :

Pas le temps de se chauffer qu’on est refroidi !

D’entrée Otavio se fait prendre par Mendes (ce n’est pas sale), deux contres défavorables mais Sporar est horsjeu.net  hors-jeu très net.

En tout cas, le match est lancé, pas le temps de niaiser, on essaie de répondre et de remonter.

Loum n’est pas dans le match et se fait prendre mais Mbemba est solide au duel.

On a renversé la tendance, notamment avec un Danilo qui gagne les duels au milieu.

Sur une inspiration de Viera, Diaz est parfaitement servi dans le dos de la défense mais le ballon tape sur la main du colombien invalidant le but.

Les équipes se répondent du tac au tac mais les défenses ne se laissent pas prendre et les actions se créent de part et d’autre sur coups de pied arrêtés.

C’est d’ailleurs sur un corner qu’une combinaison au second poteau,  renversement sur Diaz, permet au Colombien de prendre son temps et ajuster mais Coates revient et sauve sur la ligne.

On a les plus grosses bites occasions mais Marega ne trouve pas la mire.

Le retour des vestiaires nous voit venir en planter un, ou du moins essayer.

D’emblée Otavio et Diaz mettent le feu mais toujours pas de but libérateur.

On domine mais on ne marque pas et c’est encore un coup de génie de Vieira qui nous réveille mais la frappe du prodige s’écrase sur la barre comme les illusions écologistes face à Castex.

Sur le corner qui suit, Telles trouve Danilo qui la met au fond 1-0 (64e)

Depuis le but, on laisse la balle aux Lézards et on recule.

Mais ils font seulement tourner la balle, comme leur surnom le laisse voir, ça ressemble plus à se faire dorer la pilule au soleil que forcer pour égaliser.

Sur les contres on fait mal, notamment Joao Mario qui vient de rentrer et trouve Marega qui lui remet mais le jeune se fait contrer au moment de conclure.

Sur l’action qui suit Otavio trouve Marega entre les deux défenseurs et le Malien pique au-dessus de Maximilano 2-0 (90e)

O Resumo :

O Dragoes :

Marchesin (3/5) 
En cette période estivale de camping que je permettrais un petit “Ma Ma Ma MA Marchesin repousse les lézards”.

Manafa (3/5)
Le défenseur friable s’est enfin mis au niveau pour défendre et planter ses banderilles en contre. La corrida sur les taureaux c’est mal, mais sur les lézards y’a débat.

M’Bemba (4/5)
Guerrier M’Bemba, Mourir sur le terrain, couper les trajectoires tout autour de toi, découper des attaquants ! Guerrier M’Bemba Djoumba Djoumba AH! 

Pepe (3/5)
Il y a des moments ou il faut reconnaître le grand sage et l’expérience. Quand Lézard passe, grand chef le trépasse.

Telles (4/5)
Passe dé sur corner, pas pris en défense, poison en attaque, si j’étais un tocard je vous parlerais de prototype du latéral moderne, comme si depuis 50 ans les bons latéraux ne sont pas ceux qui défendent ET sont efficaces offensivement….sorte de Carlos Alberto.

Loum (2/5)
Une première mi-temps catastrophique puis mieux en seconde, il fallait qu’il trouve la loum(ière).

Danilo (4/5)
O Capitao, mon Capitao ! On t’a mis sur le banc comme un vulgaire Zé Luis pour venir délivrer le peuple en faisant régner l’ordre au milieu.

Otavio (4/5)
Une première action désastreuse qui aurait pu nous coûter le match, puis il a comblé le milieu comme le Chef les femmes de South Park pour gagner son procès.

Fabio Viera (4/5)
Quand une pépite que tu attendais entre dans la cours des grands en humiliant l’adversaire dans un classico, tu te dis que finalement il y a encore de belles choses à venir.

Diaz (3/5)
Si tu marques sans faire main, c’est orgie de football. Là t’as fait zouker la défense comme la compagnie Créole, c’est bon pour le moral

Marega (4/5)
Moussa Maregoal, toujours là pour rappeler leur sale banderole aux Sportinguista, oui “on met Moussa” pour qu’il vous défonce. Deux ratés, deux horsjeu.net mouais, mais une spéciale entre les lignes.

O Banco :

Mario (3/5)
Peut être que ça dégaine de gamin n’impressionne pas, mais comme le moustachu de Nintendo, à la fin c’est bien les Lézards qui perdent après que le gamin leur ait fait tourner la tête.

Barro (3/5)
Justice que notre jeune prodige participe à la fête, rien de flamboyant mais il fallait être là.

Leite (3/5)
Arrière centrale ou arrière gauche il fait le boulot. Leïtez le arriver!

Ferreira (3/5)
Encore un gamin, encore du talent, encore des promesses de beaux jours comme cet été de champion.

Soares (2/5)
Pas sa saison, mais son implication compense son manque d’efficacité, enfin tant qu’on gagne. 

Remarque à la con :

Cette saison peut encore être meilleure avec un dernier Classico pour faire le doublé.

La promesse de cette jeunesse flamboyante laisse entrevoir un bel avenir sauf si on brade tout comme un vulgaire Monaco.

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

3 commentaires

  1. Un titre sans gif, c’est comme une leuleu sans doigt dans le petit : c’est bien mais il manque ce petit truc qui fait la diff’.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.