Porto – Sporting Taça da Liga (1-1) La Dragão Académie livre ses notes

Coupe de merde, faut arrêter le cinéma, la laisser aux autres plutôt que de se faire piner au péno.

Bom Dia,
Pour cette finale de Taça da Liga, retour sur le terrain pourri de Braga afin d’affronter les Lézards.
La ligue, suite aux plaintes de Benficaca, d’un ministre et du Pape, décide de deux choses :

  • premièrement il n’y aura pas une mais DEUX assistances vidéo! Oui comme les salopes en rouge estiment qu’il y a eu erreur flagrante (tiens on l’a pour quoi cette merde de VAR au départ ?) contre eux, il faut stopper le FCP qui a payé il y a dix ans! (Rappel : un procès est en cours d’instruction contre le Benficaca avec échange d’E-mail sur 4 ans).
  • Deuxièmement si les supporters en font trop (fumigènes, pétard, chants inappropriés) sur le chemin du stade, sanction contre le club avec amende et huis clos.

Tout va bien donc, tout va bien.

O Equipe :

On ne change pas une équipe gagne.

O Jogo :

Dès la première minute on squatte le camps des Lézards comme des zadistes, cherchez pas on est chez nous.
Après avoir vu Brahimi et Corona préparer les amputations de hanches comme la BAC ampute les yeux et les mains des gilets jaunes, les lézards décident de jouer plus haut pour nous contrer et Nani prend sa chance à la dixième mais c’est hors du cadre.

A la quinzième Vana tente le but gag en se faisant contrer un dégagement, mais sans conséquence.

Les Lézards ont rééquilibré les débats, ils s’approchent de notre surface mais ne cadrent pas.

Le jeu est clair. A nous de faire le jeu, aux Lézards de contrer comme il y a quinze jours chez eux.
Nous, dès que Marega ou Brahimi touche la balle c’est une faute pour nous empêcher de prendre de la vitesse. On tombe donc dans un rythme digne des plus grands Derrick au niveau de l’action
Corona et Brahimi continuent de mettre le feu mais pour le moment Marega et Pereira ne parviennent pas à prendre le meilleur sur les défenseurs.
Le match retombe dans un clássico « classique » (Point oxymore) avec des jaunes qui sortent un peu partout histoire d’arrêter les fautes d’anti-jeu ou d’intimidation.
Il faut attendre la 38e pour la première grosse occasion avec Corona qui trouve enfin Pereira mais la tête d’André passe de peu au dessus

Les lézards arrivent à prendre un peu plus le contrôle de la balle, on saute trop le milieu à la construction et sur les contres on balance plus vite devant que Riolo qui tweet contre les gauchiasses.
La mi-temps arrive sur une énorme connerie de Telles qui relance plein axe sur Bost et oblige Felipe à faire un superbe bloc et ne prendre qu’un jaune qui aurait pu être rouge.
Vana, qui a pris le Mojo de Casillas, lève les bras sur le coup franc de Fernandes avec un « ça va » plus mantra que coup d’œil.

On reprend la seconde période avec plus d’allant et de jeu au sol.

Très vite les lézards se recroquevillent et enchaînent les fautes sans pour autant risquer un carton, faut pas déconner.
On tente, on pousse mais on ne se crée pas de grosse occasion sauf sur corner mais Felipe voit sa tête repoussée.
On accentue la pression sur coup de pied arrêté car en face les Lézards ne ressortent plus de leur terril. On n’arrive pas à se mettre en position et il faut des exploits de Brahimi ou Corona pour se mettre dans les bonnes zones.
En face ils n’arrivent même pas à entrer dans nos 40 mètres.

Quand d’un coup Herrera frappe à vingt mètres, Renan relâche le ballon sur Marega et ce contre atterrit dans les pied de Fernando qui conclut 1-0 (79e)

Sergio décide de verrouiller en sortant Corona pour Danilo.

Et comme d’habitude, les Lézards attaquent à la fin et tentent de faire le siège de la cage de Vana.
Sur un ballon anodin, Oliver tente de dégager et prend le pied d’un joueur qui se jette devant. Le VAR voit un contact au ralenti, Péno, 1-1.

On va donc aux pénos.

Comme d’habitude le football se moque de ceux qui jouent et c’est donc les Lézards qui pour la troisième fois de suite nous sortent aux pénos Après un poteau de Militão, un raté d’Hernani et un satellite de Felipe.

O Resumo :

O Dragoes :

Vana (3/5)

Toujours en train de se demander s’il ne va pas se rater, mais finalement il a assuré.

Militão (2/5)

Pas sa place, va falloir trouver une autre option.

Felipe (3/5)

Il a fait disparaître les attaquants adverses comme l’IGPN avec les plaintes contre les utilisateurs de LBD.

Pepe (3/5)

Visiblement il y avait un écriteau « Qui s’y frotte s’y pique » du coup les attaquants du Sporting sont resté à distance.

Telles (2+/5)

Très bon match, mais c’est la dernière fois que tu déconnectes le cerveau pour une passe plein axe de débile comme ça.

Herrera (3/5)

Retour en forme, décisif, partout, tout terrain. Il va se le faire son gros contrat.

Oliver (2/5)

Le péno, non pas toi, pas maintenant, pas après tout ce que tu as fait

Corona (3/5)

Creuse le trou de la sécu avec toute ses opérations sans anesthésie en direct à la TV.

Brahimi (3/5)

Médecin de guerre, voir Corona.

Pereira (2/5)

Volontaire, il manque l’occasion d’être un héros

Marega (3/5)

Ils en avaient tellement peur, qu’ils se sont même cassé le nez dessus.

O Banco :

Fernando (4/5)

Entrée pour marquer, il a fait le taf, pas le plus dur mais il l’a mise.

Danilo (1/5)

Entré pour verrouiller, pas une interception. Bravo.

Hernani (NN)

Quelquess dribbles et un péno raté.

Remarque à la con :

C’est donc bien le VAR qui a décidé du match, deux fois appelé, deux fois pour eux, si ce n’était pas aussi pathétique j’en rigolerai bien.

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

5 Comments

    • Ah ben ils ont demandé des sanctions car entraîneurs des gardiens c’est fait insultés par les fans des lézards et il leur a jeté la médaille de second…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.