Porto – Tondela (4-3) La Dragão Académie voit le verre à moitié

Bom dia,

Après avoir montré à l’Europe qu’on était du sérieux en faisant chialer Calimépep Guignola, la meilleure équipe de l’univers reçoit Tondela (chemise) dans un match qui s’annonce truculent. C’est le moment où j’avais mis “NON” après truculent, mais vu le score dans le titre t’as compris que ça a swingué comme du Jive Bunny (explication ici)

O Equipe :

Sergio décide de changer de tactique et de revenir à son classique 442.

Derrière Manafa, Mbemba, Sarr, Zaidu, au milieu Oliveira, Uribe, Diaz et Otavio et devant Marega et Taremi.

En 442 commeunsymbole de Kaaris

O Jogo :

Wahou alors là c’est assez incroyable. Dès le coup d’envoi on est taquet ! On veut leur faire mal avec du rythme et de la vitesse. Le 442 est haut, agressif dans le pressing, et sur la première touche de Tondela dans notre camp on les bouffe, Otavio remonte la balle, fait un une-deux avec Taremi, pour servir Zaidu 1-0 (5e).

Pas le temps de se remettre que derrière on manque de doubler la mise avec Tarémi et Marega mais on est horsjeu.net.

Mais le mauvais côté, c’est un peu comme quand tu restes bloqué sur le bouton pressing à PES, si un adversaire passe le pressing, c’est boulevard Giscard D’Estaing, boulevard de la mort. https://www.youtube.com/watch?v=Vza0asRbsq0

C’est incroyable, à croire que la qualif en ligue des champions les a libérés ! Ça combine, des triangles, des passes en cloche, ce n’est pas efficace mais drôlement plaisant.

Talonades, centres, remises et frappe cadrées, je pense que Sergio a demandé à ses gars d’envoyer un gros fuck à Guardiola.

Alors que ça continue d’attaquer, on a les occasions, et sur le premier ballon balancer, Sarr se déchire en voulant couper,  laissant partir un deux contre un  du milieu de terrain, Marchesin est battu par Gonzales 1-1 (21e).

On repart à l’attaque mais Nias sort un gros match et on manque de précision sur le dernier geste.

Uribe manque de marquer sur un retourné et à la troisième incursion de Tondela on prend un but de Barbosa, toute la défense regarde le ballon leur passer devant et Barbosa pousse au fond seul au second poteau 1-2 (33e)

Bon ben, on repart à l’attaque comme des stakhanovistes et suite à un corner, Marega reprend et égalise 2-2 (35e)

La seconde période recommence comme la première.

Gros pressing, grosse pression et sur un centre d’Otavio, Marega enchaîne contrôle pied gauche frappe du droit et marque 3-2 (49e).

On continue de presser et d’aller de l’avant, et Uribe dépose tout le monde pour servir Taremi qui marque 4-2 (55e).

On déroule avec Taremi qui fait briller le gardien sur une belle frappe puis c’est un festival d’Oliviera qui après deux une-deux et un râteau rate sa frappe. Trois minutes plus tard ce même Oliveira est à la reprise d’un centre de Manafa mais ne trompe pas le gardien.

On fait les changements, on continue sans aggraver le score et sur sa première attaque Tondela marque. Augusto centre, Sarr n’est pas au marquage et Gonzales se paie un doublé 4-3 (74e)

Alors que Sarr coûte tellement cher en slip qu’on se demande s’il n’est pas payé par Pampers pour nous vendre des couches, Uribe prend un rouge pour un deuxième jaune.

La dernière occasion est pour Tondela qui frappe sur la barre !

O Resumo :

O Dragões :

Marchesin (2/5) :
Pas un mauvais match mais pas de miracle ou de super arrêt, ça a participé au spectacle d’une certaine manière.

Manafa (2/5) :
Offensivement aussi fort que Cafu, défensivement aussi faible que De Ceglie.

Mbemba (2/5) :
Pas sûr dans ses interventions, plus préoccupé par être le premier attaquant que le dernier rempart.

Sarr (0/5) :
0, nul, nada, tchi, zob, nib, que dalle, coupable sur les 3 buts de Tondela. Coupable sur 3 BUTS DE TONDELA !

Miss Camping de Chelsea

Oliveira (3/5) :
Toujours présent, toujours l’exemple, a manqué deux buts d’anthologies.

Uribe (3/5) :
Très bon match, très présent, et participe au suspens en prenant un deuxième jaune dans les arrêts de jeu.

Diaz (4/5) :
Feu-follet intenable du couloir, il a fait parler sa vitesse et ses dribles.

Rempli de talent

Otavio (5/5) :
C’est le nouveau Déco , ok une version aliexpress mais quand même oh AliDÉCOExpress !

Taremi (3/5) :
Un vrai joueur pivot devant, c’est fou comme ça vous permet de combiner, décaler et créer du mouvement. 

Marega (4/5) :
Le Phoenix des Ulysse renaît encore de ses cendres. Raillé, enterré, insulté, Moussa revient, claque un doublé avec une passe dé et regarde serein les critiques.

Comme chaque année l’indispensable de noël Moussa Carrey

O Banco :

Bravo tous nul !
Nakajima, Vieira, Grujic, Evanilson, Corona, tous inutiles.

Vraiment jamais vu 5 changements aussi inutiles.

Remarque à la con : 

Donc un match ultra offensif nous fait exploser défensivement.

L’avantage est que l’escroquerie Sarr est mise à jour, allez hop un avion, retour à Chelsea et Lampard démerde-toi avec.

Encore une année avec Noël à l’hôpital vous pouvez faire un don gratos pour les enfants ou un vrai avec vos thunes https://www.noel-magique-malgre-tout.net/ 

Tu aimes horsjeu.net ? Évidemment !

Tu te demandes comment nous rejoindre ? Ici

Tu veux nous filer de quoi acheter des 8.6 ?

Tu n’es pas poète et un peu radin ? Tweet, Partage sur tes réseaux socianaux préféré, ou dénonce au Comité.

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

Beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

5 commentaires

  1. Angela white et maria Carey : les valeurs sûres de l’entertainment, dignes de ce match.

    • Être trop plein pour pouvoir voir un verre vide est en soi une grande satisfaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.