Rangers – Porto (2-0) La Dragão Académie livre ses notes

Bom Dia,

Il fallait laver l’affront du match aller et remettre les pendules à l’heure, on s’est donc enfoncé comme des merdes en donnant un match qui ne pouvait nous échapper. Je vais donc te conter un naufrage, une claque te ça va sentir les gogues, la fiente et le cul sale.
Sortez les désodorisants, c’est moche.

O Equipe :

Sergio conserve en partie sa confiance au onze aligné depuis 3 matchs, à la ceci près qu’il s’agit ici un 4231 avec deux défensifs : Mbemba et Danilo.

Le « coup » tactique, école Laurent Blanc

O Jogo :

On entre en allant chercher les Rangers haut, eux essaient contrairement à l’aller de prendre le jeu à leur compte en faisant des passes, ce qui donne un début de match rythmé.

Contrairement aux dernières sorties, on combine bien à la récupération avec des petits périmètres pour écarter et lancer Manafa qui lâche la bride à ses velléités offensives.

A la 8e sur le premier corner une tête de Pepe est sauvée sur la ligne.

On domine clairement, pour le moment sans trouver le cadre de McGregor.

Le match s’équilibre autour du quart d’heure de jeu, on approche moins de la cage des Rangers mais eux sont inoffensifs.

C’est uniquement sur nos grosses pines que les Rangers peuvent partir en contre, notamment Uribe avec deux passes plein axe dans le dos. Heureusement pour nous, les Écossais balancent tout comme des éjaculateurs précoces.

C’est à nouveau sur coup de pied arrêté qu’on manque d’ouvrir le score mais McGregor sort encore la claquette.

La fin de la mi-temps voit les Rangers s’approcher, sans danger pour Marchesin.

Dès la reprise, on est obligé de changer car Pepe, sur une intervention anodine, retombe mal et se blesse.

Mbemba qui passe dans l’axe, Manafa qui redescend d’un cran et Diaz qui entre sur le côté pour un 433. La réorganisation ne nous réussit pas. On ne s’approche pas de la surface et ce sont les Rangers qui conservent la balle sans davantage nous menacer.

On retombe dans nos travers en arrêtant de se déplacer ensemble de façon cohérente et en jouant comme des poulets sans tête. Le pressing a disparu, on est en contrôle alors qu’on ne maîtrise pas.

Heureusement, sur la première frappe des Rangers cadrée, Marchesin est à la parade et nous permet de rester à l’équilibre.

Cependant on est mal, entre Otavio qui ne fait que des louches et Zé Luis qui se prend pour Ronaldinho avec le taux de réussite de Depoitre, j’ai envie de m’arracher les yeux.

Il faut une passe de Danilo pour Corona pour enfin déclencher une action dangereuse mais la reprise de Manafa est contrée.

Et alors qu’on reprend le contrôle du match, que le pressing haut est revenu, que l’on pose les ballons au sol et qu’on les fait courir,  que Marcano lâche son marquage et ce gros mort de Morelos marque 1-0 (69e).

On ne réagit pas et le match devient un cauchemar comme à Feyenoord, avec une frappe de Davis déviée à 18 mètres qui trompe Marchesin. 2-0 (73e)

On envoie alors Silva à l’abattoir, au milieu des tocards à la rue. Le petit bouge et montre plus que Zé Luis et Soares en 180 minutes d’Europa League, on sent que lui au moins comprend que le foot c’est aussi du déplacement sans la balle.

Bref on se fait des demi-occasions mais le mal est là, on ne réagit même pas et les “guerriers” annoncés depuis 2 semaines par Sergio ne sont que des épouvantails, qui n’effraient que les supporters par leur médiocrité.

O Resumo :

O Dragoes :

Marchesin (2/5)
Un bel arrêt puis arrêté d’être beau. Prendre ce but de Morelos, con de tes morts con de tes os.

M’bemba (1/5)
Intéressant en première mi-temps sans doute car les Rangers n’ont rien fait, inutile en seconde en passant central, comme ton collègue planqué qui se fait gauler le jour ou un client demande à quoi il sert.

Pepe (3/5)
Un seul être vous manque et toutes les autres conneries deviennent des grosses trompettes.

Marcano (0/5)
C’est con, un seul attaquant, tu le laisse prendre la balle et frapper, c’est con, sur les deux matchs contre eux tu fais les 2 pines, c’est con t’es NUL!

Telles (2/5)
Lui aussi il a tenu son niveau mais ses amours de centres n’ont pas trouvé preneurs, sorte de friendzone des buteurs.

Danilo(3/5)
Dans la tempête il a tenu, le capitaine est resté droit jusqu’au bout à tenter de sauver le navire et l’équipage, il a courageusement sombré quand les autres ont pris un radeau en lui faisant des doigts.

Uribe (0/5)
Mis dans le cœur du jeu pour apporter par ses passes et ses frappes, il ressort avec une copie plus nulle qu’un élève en échec scolaire venu par hasard passer le brevet après avoir fumé des joints et atteint une moyenne de 4 sur l’année grâce à son 16 en EPS car il aime bien ça.

Corona (2/5)
Il a essayé d’amener quelque chose. Même si ce n’est pas grand chose dans cette diarrhée que fut la seconde mi-temps, au moins ça ne sentait pas. 

Otavio (0/5)
Quand j’étais jeune, un mec était venu d’un autre club s’entraîner pour signer avec nous.
Il semblait pas mauvais, taquinait un peu la gonfle, nous explique qu’il ne jouait pas car brouillé avec le coach. Il semble suivre les exercices, centre pas mal, pas une grosse frappe mais appliquée, un peu de grigris bizarres. D’un coup, on passe de 3 touches à jeu libre et là, le mec ne fait plus que des talonnades.Pour faire des passes, pour dribbler, pour frapper. Genre un bug de FIFA. Il revient la semaine d’après et pareil, se faisant pourrir par le coach on ne le revoit plus, mais il est resté une légende en tant que “Jo La Talonnade”.
Pourquoi cette anecdote inutile? Car Otavio, c’est “Jo la louche”.

Soares (1/5)
Il court il court le Tiquinho, il est passé à côté, la sortie elle est par là.

O Banco :

Zé Luis (0/5)
A un moment quand ton boulot ne te plaît pas il faut changer de voie pour faire ce qui te plait. Zé, bonne chance pour ta chaine Pornhub et Only fan, ou CAM4 ou LiveJasmine mais vas-y avec ta copine vous avez sûrement plus de potentiel là que pour le football, on sent que vous êtes frustrés de couper toute vos vidéos Instagram de merde.

Luis Diaz (1/5)
Il n’a même pas réussi à gagner le trophée de l’entrée la plus inutile de la semaine car Zé Luis l’a devancé. 

Fabio Silva (3/5)
Faut le faire jouer, faut arrêter de le faire entrer en sauveur, là on est au bord du précipice. Si l’on pense que c’est le sauveur eh bien feu, lâchez le fauve.

Remarque à la con :

L’île maudite nous aura encore vu faire un match de merde. Je n’arrive pas à comprendre comment on peut autant les surclasser en première et perdre comme ça en seconde. C’est bien la preuve qu’en Europe, d’abord il faut des mecs qui se battent : bravo aux Rangers qui clairement y ont toujours cru et ont raison de pavaner devant notre bande de sénateurs.

Amigas, amigos, personne qui c’est perdu ici, tu verras deux jolis boutons:

– Un pour nous rejoindre et narrer les exploits de ton club de cœur « Rejoins-Nous ! »

– Un pour nous aider financièrement à poursuivre cette aventure trépidante afin que l’Afterfoot continue en attendant de triompher « Faire un Don ».

Je t’invite à y faire un tour si le cœur t’en dit.?

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.