Young Boys Berne – Porto (1-2) La Dragão Académie livre ses notes

Bom Dia,

Il fallait gagner pour rester en vie et s’offrir une finale à domicile pour la qualification. Ce fut laborieux mais une renaissance et une équipe qui a ressorti sa fierté a suffi à faire le boulot.

O Equipe :

Sergio décide de surprendre son monde. En effet les satisfactions de la coupe sont sorties du 11. Mbemba repasse arrière droit, Pepe et Marcano reviennent en défense centrale, Aboubakar est titulaire à la surprise générale.

O Jogo :

On entre dans le match en patron mais sans avoir une occasion.

Et sur le premier putain de coup franc balancé dans la surface, les Young boys ouvrent le score grâce à une déchirure de Marcano, 1-0 après une faute débile de Mbamba (6e)

Derrière Mbemba est en festival puisqu’il prend un jaune orangé sur un tacle débile à la limite du rouge.

On est apathique, pathétique, des gros morts en ique. Il faut attendre la quinzième minute pour voir que Corona est sur le terrain et qu’il obtienne un coup franc avec une combinaison à la Olive et Tom mais qui a juste amené un corner.

Après 5 minutes de pression, les Suisses se créent encore une occasion mais Marchesin repousse et nous maintient en vie, enfin comme quand on considérait que Vincent Lambert était en vie.

Le pressing amène quelque chose car sur une interception Otavio lance Marega qui perd son duel avec le gardien, mais c’est au moins une occasion.

On est enfin en train de jouer et combiner amenant un semblant de pression sur la surface bernoise. On doit noter qu’à chaque fois que Corona touche la balle, des opportunités sont créées mais on le touche une fois toute les cinq minutes.

On est dangereux sur corner mais les Suisses ont ressorti leur bon vieux cadenas et n’hésitent pas à jouer à 6 derrière devant la surface.

Et allez quand tout va bien, Marega, lancé dans la profondeur voit son stoppeur rater le ballon et revenir lui mettre une boite dans le dos dans la surface, mais l’arbitre ne dit rien. LOL.

On revient avec la même envie d’avoir envie qu’en début de match sauf qu’on n’a plus Mbemba, donc les ballons longs ne finissent, ni en occasion, ni en but.

Bref on arrive à se faire des occasions mais Corona fait briller le gardien, pendant que Marega est trop long à déclencher.

Les Suisses reviennent vite à leur habitude de blinder le coffre fort, on tente de pousser mais un second péno est refusé car, pousser dans le dos annule un rouge pour le Réal, mais ne vaut pas pénalty pour les autres. Sergio doit sortir Loum pour Diaz afin de dynamiser le jeu.

Pas le temps de niaiser que l’effet est immédiat ! Diaz ne touche pas la balle mais sur un superbe triangle en une touche Otavio lance Marega qui donne à Aboubakar qui bat enfin Van Balmoos 1-1 (76e).

A peine le temps de se congratuler qu’on pousse pour obtenir un corner.

Telles centre et après deux déviations Aboubakar lâche un contrôle de la cuisse volée petit filet pour renverser le match 1-2 (79e)

Trois minutes de bonheur (comme ce que tu vends à ta femme).

Là dessus, les Suisses essaient enfin de sortir et font le siège de la défense.

Sergio sort Corona pour Leite pour contrer l’entrée de Guillaume Hoarau.

Les Suisses  trouvent bien le poteau et je souille mon slip mais rien n’y fait, ni les simulations Suisses, ni les briquets jetés sur Pepe. Au bout de six minutes d’arrêt de jeu et une démonstration de conservation au poteau de corner à faire bander Gérard Houllier, on gagne le match qui nous conduit sur le chemin de la repentance.


O Dragoes :

Marchesin (3/5)
L’arrêt qui te laisse dans le match, le pote qui nettoie quand t’as gerbé de partout et que ta femme va rentrer.

Mbemba (1/5)
Trois choses sont impressionnantes en Europe : regarder depuis le pont de Lisbonne, regarder depuis le viaduc de Millau, regarder les espaces laissés dans le dos de Chancel.

Pepe (3/5)
Il a tenu la défense et tenté d’apporter offensivement en faisant montre de son expérience à la fin, c’est à dire faire péter un câble au public qui lui a jeté des briquets. Quel homme.

Marcano (1/5)
Ivan Air marquage, Ivan Air détente, Ivan Air bon joueur.

Telles (3/5)
Le corner de la délivrance pour un de ceux qui n’a pas déçu.

Danilo (3/5)
Il a mené ses troupes à la victoire en ne lâchant pas le milieu et en jouant haut pour obliger le bloc à rester dans le camp suisse.

Loum (2/5)
Pas un mauvais match mais là ou il fallait un créateur il a paru bien limité.

Otavio (3/5)
Une première mi-temps tellement mauvaise qu’il a failli éclipser Mbemba et Marcano, mais sa passe crée l’égalisation, c’est la gâterie qui te fait tout pardonner.   

Corona (3+/5)
De partout sur le front de l’attaque mais aucune réussite, comme des militants de l’UPR à la présidentielle.

Marega (4/5)
Ben oui, un point d’appui qui a usé la défense, sans réussite quand d’un coup il donne le premier but. Pas le plus académique de nos attaquants mais sûrement le plus important cette saison.

Aboubakar (5/5)
Il y a eu le retour de Jésus, de Rambo, de Rocky, du Terminator et maintenant d’Aboubakar, ça va faire mal.

O Banco :

Manafa (2/5)
Juste le fait d’être un latéral correct ferait passer pour un match génial à côté du drame Mbemba.

Diaz (3/5)
Il a apporté en plus de sa technique la fougue du doberman affamé lancé sur une côte de boeuf, un carnage.

Leïte (3/5)
Entré pour sécuriser, il a verrouillé comme une banque Suisse


Remarque à la con :

Enfin un vrai match européen, un ou on ne lâche rien, on se sort les tripes et on montre à ces pignoufs qui sont les patrons. Il a certes fallu 45 minutes mais quand même on les a bien calmé. Maintenant faut finir le boulot contre les Hollandais et laver l’affront de l’aller ou on avait été en dessous de tout. Ah non on a fait pire à Glasgow.


Hé mais c’est QUOI ces DEUX SUPERBES BOUTONS????

MAIS OUI une chance unique de participer à l’aventure anale de ta vie de footballeur?!

Alors propose nous ta prose ou aide nous avec tes sousous!

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.