Hull City-Manchester United (0-1) : La Raide et Vile Academy livre ses notes.

Salut à tous !

Pour le compte de la (déjà) troisième journée de Premier League, les rouges diablesses de Manchester United se déplaçaient ce samedi 27 août chez les Tigres de Hull City, au KC Stadium.

Avant de passer à la composition, arrêtons nous brièvement sur les plus récents événements qu’ont connus nos pétroleuses de compet’ :

-Victoire inaugurale à Bournemouth (3-1 avec un but de Mata, un de Rooney et un du Z). Match que la Raide et Vile Academy n’a pu visionner, étant donné qu’elle était en vacances à l’île Maurice (version tropicale de l’Enfer si cher à Luke Seafer – n’y allez jamais).

-Victoire pour la première de Pogba et Mourinho à Old Trafford sur Forza Southampton (2-0, doublé de notre Zoulette à catogan).

Ce départ idéal nous propulse donc dans les hauteurs du classement, même s’il est évidemment bien trop tôt pour tirer de pertinentes conclusions de ces deux matchs. Alors en plus, comme on ne les a pas vus…bref, ce match tombe à point nommé pour nous faire une idée de ce que vaut ce MU newlook. Au programme, une confrontation avec un club qui a lui aussi gagné ses deux premières rencontres, et est coaché par Mike Phelan, un ancien de la maison qui remplace Steve Bruce, qui était lui aussi mancunien lors de sa carrière de joueur. Une affaire de famille, tout ça.


COMPOSITION INFERNALE

Le suppôt Mourinho joue la continuité, il faudra s’y faire : on connaît son peu de goût pour le turnover ferguso-vangalien. Même onze de départ que contre Southampton, donc. Avec toujours Mkhitaryan sur le banc, et toujours Fellaini sur le terrain. Les détesteurs détesteront.

Avouez que ça a tout de même de la gueule.


LE MATCH

La première mi-temps est toute à l’avantage de Manchester, qui peine cependant à se créer des occasions franches. Si les conditions dantesques (comprendre la pluie, mais votre serviteur a fait un stage chez France Télévision cet été) peuvent être à l’origine de quelques approximations, on note tout de même un certain déchet technique et un léger défaut de rythme. Martial et Rooney sont à compter parmi les plus maladroits, même s’il parviennent à se créer tous les deux des occasions, mais manquent de finition. Du côté de ceux qui taquinent la chique, on note l’excellent match de Fellaini en 6 (Pogba jouant légèrement plus haut), la grande touffasse décolorée alternant avec aisance récupérations, relances propres, transversales à destination des latéraux et passes dans les espaces. Mata est aussi très chaud, avec ses habituelles petites balades dans l’axe et au milieu, ainsi que de belles percussions.

Si le score reste vierge, on note tout de même une belle envie d’aller de l’avant de la part de nos gagneuses, sur la base d’un jeu assez similaire à notre début de saison passée : une récupération très haute, un gros travail des latéraux, la relance partant de Daley Blind, les ailiers en faux pied rentrant dans l’axe pour dribbler (Martial) ou combiner (Mata). Sauf que c’est Mourinho sur le banc, alors tout de suite, on crie au génie.

Je vais être chiant avec ça, mais il faudra plus que trois victoires d’affilée pour me convaincre que la saison dernière était un marasme tactique sans nom, et que le Mou a transformé cette équipe en deux mois.

La seconde période est tout autant à sens unique en faveur des rouges diablesses, qui ne parviennent toutefois pas à forcer la décision. C’est qu’en face, ça subit mais ne rompt pas. On ne parlera pas des tentatives offensives des Tigrous, car ce serait comme se moquer d’un handicapé (Hull a d’énormes problèmes de gestion en ce moment, au point de provoquer des manifs chez ses supporters. Il faut dire qu’ils abordent cette saison avec la bagatelle de 14 joueurs sous contrat, on croit rêver). Il y a bien quand même une frappe que Bailly dévie de peu à côté du but de De Gea. Serait-ce la chatte à Moumou ? En tout cas je parie qu’avec Van Gaal sur le banc, le ballon serait entré.

Mkhitaryan et Rashford font chacun une belle entrée, dans leur registre respectif : le premier use de sa vitesse et de sa technique pour percuter façon Jürgen Klopp, le second use de sa vitesse aussi, mais celle-ci est mâtinée d’un talent inné et insolent et juvénile, c’est magnifique.

On se dirige peinard vers un nul en fin de partie, quand bien même tous nos joueurs de couloirs tentent de plus en plus de centres, lorsque soudain, un éclair apparaît, ressuscitant par là même un couple de bons souvenirs : à la 92e minute, Rooney, oui, le Rooney de 2016, est parfaitement lancé dans l’intervalle par Luke Shaw. Le captain s’affranchit du retour d’un défenseur à l’aide d’un gracieux crochet le long de la ligne de but, et s’en va offrir une passe plat du pied toute mignonne à Marcus Rashford qui arrive lancé et dans son élan, emporte trois Tigers, Zlatan et le ballon au fond du but. On a donc vu la réapparition de Rooney et du Fergie Time dans la même phase de jeu, ce qui n’est pas loin d’être un miracle authentique. (0-1, 92e).


LES NOTES.

De Gea 3/5 : A fait le taf en toute décontraction. Il a été si peu mis à l’épreuve qu’il est presque étonnant que Mourinho n’ait pas tenté de le faire remplacer par un attaquant supplémentaire, comme au handball. Cette référence à un autre sport de ballon n’a rien à faire ici, je le concède.

Valencia 4/5 : Le meilleur du monde à son poste ? Ça c’est Herrera qui le dit en interview, contredisant la rumeur qui affirme que Mourinho voudrait Fabinho pour son couloir droit (et enterrant Darmian, le pauvre…). Antonio ne se prononce pas, lui, mais continue à montrer qu’il pète la dalle, et que ce n’est pas parce qu’il est occupé à arroser de centres la surface adverse que l’imprudent adversaire ayant l’idée saugrenue de partir dans son dos est à l’abri d’un de ses retours ravageurs pour autant.

Bailly 3/5 : Très dur sur l’homme, mais très fort en un contre un, aussi. On n’a vu personne en face.

Blind 3/5 : Du classique pour Daley : atelier lecture du jeu, puis un petit thé, puis on repart pour une séance de relances parfaites. Et puis quel bel homme.

Shaw 3/5 : Moins spectaculaire que Valencia (ou qu’avant sa blessure), mais ses performances restent du même ordre : efficacité défensive, apport offensif soutenu. Du tout bon.

Fellaini 4/5 : Qu’on se le dise, Marouane Fellaini a produit un excellent match ce jour. Toujours dans le tempo, présent absolument partout à la couverture pour permettre à Pogba de se balader où il voulait, son rendement a été impressionnant. Apparemment il a même aidé des fans qui étaient en train d’étouffer sous le poids de la foule pendant la célébration du but de Rashford. Est-ce cela qui lui a foulé la colonne vertébrale ? En tout cas, il est annoncé absent pour un mois. Le temps qu’il lui faudra peut-être pour se débarrasser de cet amas de cheveux brunâtres…

Pogba 3/5 : Le joueur-le-plus-cher-du-monde-du-siècle n’a pas particulièrement rayonné par son impact sur ce match. Il a en revanche fourni leur dose de gri-gris, de dribbles et d’insolence aux compilateurs Youtube. C’est aussi pour ça qu’on le paye.

Mata 4/5 : Depuis qu’il sait qu’il va cirer le banc une bonne partie de la saison, notre numéro 8 semble fermement décidé à repousser l’échéance le plus loin possible. Excellent sur toutes ses prises de balle, il prend plus de risques et se tue à défendre pour prouver qu’il est indispensable. Remplacé par Rashford (71e).

Rooney 4/5 : Ne boudons jamais notre plaisir de voir notre capitaine décisif, malgré toutes les récriminations que l’on peut lui faire, la plupart du temps à raison. Remplacé par Smalling (92e)

Martial 2/5 : La petite déception. S’il n’a rien perdu de son impact, ses adversaires le connaissent désormais, et ses partenaires semblent attendre de lui qu’il varie son jeu plutôt que de chercher à créer l’exploit personnel sur tous ses ballons. Mourinho devrait l’utiliser plus parcimonieusement, en attendant qu’il retrouve sa forme optimale pour se remettre à croquer tout le monde. Remplacé par Mkhitaryan (60e).

Ibrahimovic 3/5 : Toujours présent avec ses déviations venues de nulle part, du talon deux mètres au-dessus de la tête de son défenseur. On l’a beaucoup cherché, peu trouvé, ce qui ne l’a pas empêché de menacer la défense régulièrement.

SUBSTITUTES

Mkhitaryan NN : Très bonne entrée de l’Arménien, qui a apporté immédiatement le danger avec sa science du jeu en mouvement. On devrait le voir titulaire sous peu.

Rashford 5/5 : Entre, marque et offre la victoire. Il a 18 ans. Il s’appelle Marcus Rashford, et il fait déjà frissonner les fans du club à chaque apparition.

Smalling NN : Entré juste après le but, dans le plus pur style de Mourinho, pour gratter quelques secondes d’arrêts de jeu.

Profitez de la trêve pour vous reposer, mes enfants, car dès la reprise, s’annonce le grand Derby de Manchester, et le retour du match Pep Guardiola vs. José Mourinho. Ce qu’on a hâte.

Bobby Carlton.

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

9 commentaires

  1. Je suis d’accord avec toi, dans le style il n’y a pas une franche révolution avec Van Gaal (possession, faux ailiers, Rooney indéboulonnable), mais pourtant quelque chose a changé. Le jeu est quand même plus direct et fluide, ça va vers l’avant au lieu de privilégier les passes latérales et en retrait et dans le dernier tiers les joueurs ne gâchent pas les actions avec les touches de balles en trop, ça centre ou ça tire direct et ça change tout.

    Et puis psychologiquement, je suis très agréablement surpris, on sent que Mourinho leur a fait quelque chose. Valencia et Fellaini sont méconnaissables. Sur les 3 matchs, Fellaini a enfin produit des prestations au niveau de ce club, trois ans après avoir signé, pas trop tôt. Il est enfin présent et efficace à la récupération, joue simple et propre et propose le rendement qu’on peut attendre d’un joueur avec un tel physique. Et Valencia revient au niveau de ses premières saisons.
    Bailly est impressionnant pour un jeune de 23 ans qui débarque en PL. Et je suis encore plus étonné que Blind (que pourtant j’adore) ait gardé sa place de titulaire au détriment de Smalling, même si évidemment Blind-Bailly c’est plus complémentaire que Smalling-Bailly.

    Sur ce match, Hull ne nous a pas facilité la tâche à défendre à 8 dans sa surface, mais la deuxième période a été vraiment excellente, des vagues ininterrompues, on sentait vraiment que le but pouvait arriver sauf sur les frappes de loin forcées de Pogba. Individuellement certains joueurs ont été assez décevant (Pogba malgré quelques éclats, Rooney malgré son assist, Martial) mais collectivement, ça promet.
    Et comme tu l’as dit, Mkhitaryan et Rashford ont fait de superbes rentrées. Je ne comprends pas, à part l’explication du privilège, pourquoi Rooney pousse Mkhtaryan sur le banc, j’espère que ça ne va pas trop durer.
    Rashford choisit la meilleure des manières pour ne pas se faire oublier malgré le départ parfait de Zlatan. Quel pied ce but, on n’a presque plus l’habitude de ressentir ça !

    Certes ne nous emballons pas, mais ce mois d’août est quand même prometteur. L’équipe semble pouvoir trouver un équilibre entre le physique (Bailly, Fellaini, Pogba, Zlatan, mais aussi Smalling, Fosu-Mensah, Schneiderlin sur le banc), le technique et la vitesse, trouver un allant dans le jeu qui nous manquait singulièrement et surtout retrouver la mentalité de winners, les recrues et l’entraineur ont peut-être ramené un esprit de tueurs qui s’était perdu sous Moyes et Van Gaal.

    • Bien d’accord sur le palier franchi en terme de mental. Mais je rappelle tout de même que l’équipe dégageait la même impression d’être sure de sa force en début de saison dernière. La blessure de Shaw, toujours elle, et les matchs catastrophique en LDC ont plongé l’équipe dans le doute. Pour l’instant on est « épargnés » (on vient de perdre un grand Feli pour un mois, quand même), et on n’a pas joué de match avec un enjeu énorme.

      Je reste prudent sur Bailly aussi. Il a l’air d’un gros potentiel, mais face à une opposition un peu plus torride, je crains de le voir danser. Et de voir rouge.

      Bref, wait and see, mais effectivement, on ne va pas bouder notre plaisir face à ce début de saison réussi.

      • Pour Bailly, certes il n’a pas eu de gros morceau à gérer à part Vardy au Community Shield (et je maintiens qu’il a fait un match parfait à part le petit pont d’entrée) mais quand même ça ne semble pas être la chance du débutant, il a tout pour un défenseur central en Angleterre : taille, physique, puissance, rapidité. Il lui manque la justesse technique, il reste un peu rustre, mais tous les défenseurs ne peuvent pas être des Rio Ferdinand. D’où la complémentarité avec le beau Daley. Moi il m’emballe, j’ai envie de m’enflammer, ça fait trop longtemps que ça ne m’arrive pas (faut le reconnaitre, depuis les dernières années Ferguson, faut pas bâcher en permanence Moyes et Van Gaal, le dernier frisson fergusonien pour moi c’était l’arrivée et l’impact de RVP).

        Par contre je ne suis pas du tout d’accord sur l’impression d’une équipe sûre de sa force en début de saison dernière !!! Tu as raison, la blessure de Shaw et le scénario horrible de cette défaite au PSV (des actions vendangées de partout, le joueur qui aurait mérité un rouge qui marque…) a flingué la dynamique un peu positive de l’équipe. Mais franchement le début de saison n’était pas folichon, on gagne à l’arrache sur un csc contre Tottenham à OT, on fait un nul tout pourrave contre Newcastle, qui sera relégué, à OT, on gagne à l’arrache à Villa qui sera relégué, on perd à Swansea en se liquéfiant après avoir mené… Non non, à part la folle deuxième période contre Liverpool, le début de saison dernière n’avait rien d’emballant dans le contenu. Je te trouve bien clément avec Van Gaal, même si c’est tout à ton honneur de ne pas verser dans l’extrême d’une enflammade de footix (moi j’assume de le faire contre Van Gaal que je n’ai jamais pu blairer depuis sa période barcelonaise).

        • Je vais regarder attentivement ce Bailly du Limousin, et je le pendrai un bon matin s’il n’est pas à la hauteur de la hype qui l’entoure en ce moment. Mais attention, s’il se révèle digne de tout ce chambard, je ferai amende honorable !

          Pour l’équipe, on verra contre les troupes de Guardiola si tout cela respire encore la sérénité. Je souhaite que tu aies raison sur toute la ligne.

          En revanche, je revendique assez mon attachement à Van Gaal, oui. Par dessus tout, l’impatience d’une grosse partie des fans la saison dernière m’a semblé particulièrement injustifiée. On peut reprocher à VG bien des choses, mais dire que ses principes de jeu étaient nuls, que son talent de manager était passéiste ou je ne sais encore quelles balivernes comme on a entendu après chaque contre performance, cela relevait du footixme le plus prononcé, oui. Je puis comprendre qu’on ait un coach dans le nez après l’avoir observé de nombreuses années. Personnellement, j’étais un amoureux de l’Ajax des années 90, et l’annonce de l’arrivée de VG m’enthousiasmait. On a vu du mieux, on a été exaucé. Le projet de jeu est redevenu cohérent et lisible, du moins tant qu’il a eu les joueurs qu’il voulait à sa disposition. On s’est remis à gagner des gros matchs. Les résultats n’ont évidemment pas été à la hauteur, mais la transition a pris un tour plutôt convaincant, à mon avis. Le fait que le club l’ait viré comme un malpropre au lendemain de la victoire en Cup m’a fait plutôt mal, alors que le soulagement a été assez généralisé. Une raison de plus pour laquelle je le défends (il me semble que le club a pu faire preuve d’un peu plus de classe par le passé). Bref, je pourrais en parler pendant des pages et des pages, mais l’idée principale est là : je n’ai jamais compris l’impopularité de VG.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.