Liverpool – Manchester (0-0) La Reds Academy livre ses notes

Aussi bon qu’un gratin de salsifis.

On ne va pas se mentir, le 17 octobre 2016, Liverpool reçoit Manchester United dans la peau du favori. Du favori pourquoi ? Mais parce qu’on est meilleur tout simplement. On est meilleur dans tous les domaines, offensivement, défensivement, dans l’organisation, dans l’état d’esprit, dans le transit intestinal, dans notre choix d’épargne logement, dans le choix du menu de la cantine et en plus on a le meilleur public.

Seulement voilà, en face se pointe une équipe sans repère ni confiance et armée d’un coach portugais qu’on connait. Parce que Mourinho, quand il se pointe en 2CV au Paris Dakar, qu’est-ce qu’il fait ? On le sait ce qu’il fait non ? On le sait. IL CASSE LES COUILLES. LES COUILLES ! LES COUILLES !

Je vous renvoie d’ailleurs à ses « exploits » à la tête du Real Madrid lorsque son équipe se faisait humilier par le Barça de Guardiola. Non je ne vous renvoie pas à l’autre match. Souvenir glissant.

Bon comme je le disais, tout ça on pouvait s’en douter et il fallait anticiper. Même si nous sommes sur une belle lancée en championnat, Liverpool est partiellement privé de Lallana, vaguement blessé, et de Wijnaldum, pleinement blessé. Je me permets d’ailleurs une parenthèse. Le Gini, il était tout blessé à la mi-temps contre la France et l’explique à son sélectionneur qui lui répond :« Ah ok, c’est bien, force un peu mon petit. » Quand on sait que le sélectionneur en question est le père d’un joueur de Manchester, alors là je crie au complot! AU COMPLOT !

Bref, quand on arrive à court d’excuses, il faut bien aussi reconnaître ses carences. Grâce à un Sturridge au sommet de sa méforme, d’un Emre Can de retour après une longue blessure et un niveau technique inhabituellement affligeant (Mané, Henderson, Clyne, je vous vois), pendant longtemps on a pas mérité mieux. A certains moments, on a même été nuls.

On ne va pas se mentir, seulement deux occasions franches en maîtrisant autant le ballon, c’est vraiment insuffisant. C’est carrément naze et ça fout un peu beaucoup les boules. Heureusement la rentrée de Lallana, à la place d’un Sturridge fantomatique, a redynamisé sans mal le jeu de l’équipe, mais MU a vite décidé de fermer le coffre fort.

Ah oui, j’oubliais. David De Gea, rentre dans ton pays, Brexit toussa toussa, tu saoules.

THE LOCAL HEROES

Karius (2/5) Il a eu très peu de choses à faire et il les a mal faites. Je parle surtout de son jeu au pied et de cette relance improbable dans les pieds de Pogba.

Clyne (2/5) Il nous avait habitué à tellement mieux. Beaucoup de déchet technique et d’imprécision, mais il avait en face de lui un joueur dans dont la seule mission était de l’empêcher de s’exprimer.

Matip (3/5) Il a bien maîtrisé son sujet en s’offrant même quelques jolis raids balle au pied. On lui doit notamment l’une des rares occasions du match en décalant parfaitement Can. Il a dévoré Ibrahimovic, mais ça, ce n’était pas la mer à boire non plus.

Lovren (3/5) Tout comme Matip, pas vraiment mis en difficulté. Il a bien maîtrisé l’avant-centre adverse mais pas on ne va quand même pas lui donner une médaille pour si peu.

Milner (3/5) Il a amené un peu de sérénité mais il n’a pas suffisamment apporté ou il n’a pas été suffisamment servi lorsqu’il a attaqué sur son aile. On a tous transpiré du cul quand il a laissé sa place à Alberto Moreno pour les 5 dernières minutes.

Can (2/5) A livré 60 minutes à la Alou Diarra à base de passes en retrait ou latérales, avant qu’Anfield ulcéré lui rappelle qu’il a autre chose sous le capot. On l’aime Emre, mais il va falloir qu’il accélère ses transmissions s’il veut continuer à jouer sous Klopp.

Henderson (2/5) RAS, toujours autant de difficulté dans les petits périmètres. Ca aurait été très utile pour s’extirper du pressing.

Coutinho (3/5) Il a trop longtemps roulé à l’ordinaire avant de monter dans les tours et d’arracher la victoire d’une frappe sublime en pleine lucarne.

Non ne me dites rien, je suis dans le déni.

Mané (2/5) Rien à signaler, c’est bien dommage. Il n’a pas pu mener son travail de sape et il a manquer beaucoup trop de gestes simples.

Firmino (2/5) Il ne lui a pas manqué grand chose, mais il n’a pas pu faire la différence, comme lors des derniers matchs, la faute à un retour de Valencia, plus athlète que joueur de foot.

Sturridge (1/5) Dan se complique la vie. Je commence à penser qu’il n’adhère pas au projet de Klopp. Où est le mec qui, revenu de blessure l’an dernier, avait transformé l’équipe ? Où est sa plus-value technique, sa qualité de finition et sa dernière passe ?

On reprend notre marche vers le titre contre West Brom le week-end prochain.

L’avis du camp d’en face, pas plus heureux : http://horsjeu.net/etrangers/liverpool-manchester-united-0-0-raide-vile-academy-a-regarde-numero-23/

JustWide

JustWide

Honnête artisan à la Reds Academy. Horsjeu.net m'a donné la vie, et me bourre le cul depuis ce jour.

2 commentaires

  1. Au coup de siffler final, j’avais une impression bizarre, entre la frustration d’avoir été à la ramasse techniquement pendant 60 minutes et la frustration de se prendre le flanc d’un bus à chaque fois que techniquement on y était.

    Mon Clyne chéri s’est en effet pris un pare-brise pendant 90min, Jordan futur-ex-futur assurance tout risque au milieu, n’a pas fait mieux. Emre Can’t, même à court de forme, tu as le droit de réussir des transmissions rapides à 15 mètres, sisi, j’t’assure. J’ai attendu l’éclaircie de Petit Couteau, comme tous, mais il a dû s’emmêler les lames pendant la 1ère mi-temps avant de se réveiller. Je ne parle pas des hommes avec une coupe de merde (coucou tu-te-reconnaitras). Et puis Sturridge….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.