Porto-Braga (1-0) : La Dragão Académie livre ses notes

Braga est venu, Braga a vu, Braga l’a eu dans le cul.

Bom Dia,

Dernière étape de notre triptyque qui doit nous mener en tête de toutes les compétitions à la trêve internationale. Après la victoire au Maritimo, et la belle victoire sur Moscou, voilà donc Braga et l’occasion de prendre seul la tête de la liga.

Braga, les guerriers du Minho se présentent invaincus en championnat, vainqueur au Sporting, et surtout frais de leur non qualification en Europe cette saison.
De notre côté tout semble se mettre en place, depuis la défaite chez les salopes, l’équipe progresse, maîtrise ses matchs, joue mieux et seul Aboubakar est blessé.

O Equipe :

Sergio a trouvé son onze en championnat et c’est encore Herrera qui fait les frais au milieu pour Soares.

O Jogo :

Le match part sur un gros rythme et on s’impose territorialement.
C’est Oliver qui déclenche les hostilités avec une frappe à l’entrée de la surface, puis nos deux doublettes mettent le feu sur les côtés Maxí et Corona à droite et Brahimi Telles à gauche. Si les couloirs prennent l’eau, les deux centraux de Braga jouent les pompiers de service avec une grande réussite.
Braga se réveille un peu, mais la pression sur deux trois corners d’affilé finit sans réel danger pour Iker.
En tout cas Brahimi est en jambe mais comme la semaine dernière Soares n’est pas au diapason.
Braga est dangereux sur coups de pied arrêtés mais Iker veille.
Sur une nouvelle accélération bonne construction à cinq qui termine par une frappe de Maxi mais repoussée par le gardien.
On accentue la pression et on manque de marquer quand d’un coup sur un long ballon Dyego Sousa au bout d’un contre en deux passes manque de marquer en ratant sa tête comme Ronaldo époque Barça..
On tient le ballon, on construit mais on ne trouve aucun de nos deux attaquants.
Contrairement aux autres saisons, Braga vient en petit, sans vraiment de différence avec un Moreirense.
On remet de la pression en fin de mi-temps et sort un énorme raie face à Brahimi.
De plus la défense regroupé de Braga encaisse sans vraiment broncher.
Sur leur première action construite Braga est dangereux mais San Iker est bien là pour calmer les ardeurs adverses, comme le papa ouvrant la porte au prétendant de sa fille de 16 ans en aiguisant sa hache.

 

Mi-Temps :

Bon on maîtrise, le jeu développé est plaisant, on enchaine entre largeur et accélération dans l’axe.
Le problème, c’est que le jeu en remise de Marega ou Soares est catastrophique, ce qui empêche les appuis pour bouger les deux centraux qui pour le moment nous bouffe.

 

Braga semble être revenu avec la volonté de jouer plus haut et de nous presser.
D’un coup on sent le vent du coup de poignard dans le cul s’approcher quand Esgaio non suivi par Brahimi et laisser seul par Telles, se retrouve seul et fracture la transversale de San Iker à la 55e.
On répond par Marega qui se retrouve seul suite à une erreur de la défense ne parvient pas à conclure comme un puceau lâchant tout en baissant son slip (60e)
Sergio veut la gagne et sort Maxi pour Otavio, Corona prend la place de latéral.
Le match s’équilibre avec Braga qui tente de rester haut, et nous qui voulons jouer plus direct pour profiter des espaces et de la vitesse de Marega. Mais comme tu le sais, cela nous délite et nous fait reculer au lieu d’aspirer l’adversaire.
Sergio réorganise l’équipe en sortant Brahimi pour Herrera.
On passe en 433 avec Marega qui décale à droite.
On se fait des occases mais on ne coupe ni le centre de Corona, ni celui de Marega.
Sur le contre, Fransergio seul à 18 mètres trouve encore la barre, cette fois c’est évident, Iker est un maître Jedi.

On domine complètement la fin de partie, Braga se replie et à la 88e Soares reprend enfin de la tête un centre d’Otavio 1-0 !

En fin de match on est en apnée par le cul, on balance sans contrôle et Marega est à deux doigts du contre son camp sur un corner frappé comme au five.
On tient et garde ce score jusqu’à la libération.

O Resumo :

O Dragoes :

Casillas (3/5) :
Le grand Iker, sûr de lui, sauvé par sa barre, le plus grand de tous les temps.

Maxí (3/5) :
Sûr défensivement, dans le rythme offensivement mais il a su rester en place pour contrer le bloc plus haut adverse.

Felipe (3/5) :
Enfin un match solide, de bout en bout il a repoussé les tentatives de fin de parti pour préserver la patrie.

Militão (3+/5) :
Relanceur, vainqueur de duel, il a été solide, il devient de plus en plus le patron.

Telles (2/5) :
Il a moins amené offensivement et a soufflé le chaud et le froid en défense.
Sur l’occasion d’Esgaio il lâche vite couloir sans prendre d’info, mais le fait à bon escient cinq minutes plus tard.

Danilo (2+/5) :
Une première période où il a régné sur le milieu pour se faire dépasser par les côtés en seconde sans réussir à compenser avant l’entrée d’Herrera.

Oliver (3/5) :
Sa capacité à trouver des passes entre les lignes où la pression est plus grande que le quartier rouge d’Amsterdam.

Brahimi (3/5) :
Toujours celui qui amène la vitesse et le changement de rythme, si seulement on avait des attaquants qui savaient réussir une déviation.

Corona (3/5) :
Jouer au Loto, croyez en vous, tout est possible il est devenu un joueur régulier !

Marega (3/5) :
Il a fait plus d’effort que n’importe qui avec un cerveau face à Pascal Praud pour ne pas lui en coller une. Par contre t’es là pour jouer au foot, pas que courir et toucher le ballon.

Soares (3/5) :
On demande plein de choses à un avant centre mais la première est de marquer, quand en plus tu finis à 1-0, ben tu la fermes et le félicites.

O Banco :

Otavio (4/5) :
Si je ne prenais pas de recul et trouvais tout “normal” et “juste pour faire du buzz par des pseudo-journalistes qui n’y captent rien”, oui si je faisais comme Ménès ou Riolo face aux Footballleaks “complot anti-PSG”, je te dirais que je suis heureux que le réchauffement climatique repousse la période d’hibernation d’Otavio qui devient de plus en plus un vrai beau footballeur.

Quand tu retardes l’hibernation

Herrera (3/5) :
Le régulateur. C’est comme un nettoyeur dans un film de Luc Besson mais sans péter les genoux, c’était mieux avant.

Hernani (NN) :
Il faut toujours un invité mystère pour que la soirée soit réussie. Quoi j’ai rien noté sur lui j’étais en PLS.

Remarque à la con :

Grande idée de RMCSPORT que de foutre Samuel Lobbé pour commenter un match de Porto.
Dans l’ordre, “je ne connais pas bien ce joueur”, Alex Telles est surcoté, c’est la deuxième fois que je le vois la dernière fois il avait pris rouge en Ligue des Champions (oui oui en 2017), Porto c’est le champion, ils sont quand même forts.

 

Bien sûr une pensée pour notre matraqueur, mon pote math et tout ceux qui méritent bien leur verre on ne vous oubliera jamais.
#UnVerrePourMoké

 

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer
Beijos anal

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

6 commentaires

  1. En dehors de vos illustrations toujours appropriées, j’ai deux questions (dont une dont tu n’auras sans doute pas la réponse) :
    -1) qu’est devenu le gardien qui disputait la place de number 1 à Iker (Sà ?) ?
    -2) POURQUOI le PSG n’a pas jeté son dévolu sur Iker avant qu’il ne signe chez vous…. Il vous coûte si cher que ça ?

    • Sà a été prêté à l’Olympiakos pour se refaire une santé.
      Mais entre temps on a acheté Viana le gardien des espoir et on a toujours Fabinio le gardien d’avant Casillas.
      Pour Iker, il faut rappeler que COnceiçao a eu la grosse paire de couille de le foutre sur le banc pour un gardien de 23 ans jusqu’à ce que le gamin craque en LDC, sinon il ne rejoué plus.
      Ce que je veux dire c’est qu’il a obligé Iker à se remettre au boulot car rien d’acquis et justifier salaire et statut.

      Pour le salaire c’est 7,5 Mllons

        • Porto-Madrid ou Paris-Madrid en avion pas tant de différence mon beau Rhiri

      • C’es pas plutôt Vanà le gardien dont tu parles ? Un Brésilien qui jouait à Feirense. Sinon y a aussi l’un des grands espoirs Portugais à ce poste, Diogo Costa. Champion d’europe U17 et U19.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.