Japon – Ecosse (2-1) : La Sylvitartan Académie est dépitée

VAR is Bullshit

Bien le bonjour. Après la déception anglaise, l’équipe de Shelley Kerr se devait de relever la tête. Face à elle, le Japon, tenu en échec par l’Argentine lors de leur premier match dans cette coupe du monde. Pour espérer passer au prochain tour, la victoire était obligatoire dans les deux camps.

Le 11 de Départ :

Changement de latérales et changement de dispositif. 4-4-2 avec Cuthbert & Little devant. C’est déjà mieux. Enfin sur le papier.

Le résumé du match :

Dès le début de la rencontre, les Ecossaises veulent conserver la balle et construire depuis leur camp. Sur le papier, c’est une bonne chose. Sauf qu’en réalité, elles jouent plus à la baballe qu’autre chose et qu’elles balancent loin devant pour les attaquantes. Sauf que 9,9 fois sur 10 et bah c’est loupé. Si on avait du prendre un shot à chaque longue balle, cette académie n’aurait jamais vu le jour pour cause de décès.

Le premier quart d’heure reste assez équilibré. Peu d’actions à se mettre sous la dent jusqu’à la 22e minute. L’Ecosse se projette offensivement. Lizzie Arnot sert Lisa Evans sur l’aile gauche mais elle est signalée hors-jeu. Au ralenti, l’ailière écossaise ne l’était pas du tout. Le pire étant que ça ne joue pas à quelques millimètres mais bien à un bon mètre. Sur l’action qui suit, le Japon est à l’attaque, l’occasion de sortir les boitiers.

Vous êtes Jen Beattie (entourée en bleu), que faîtes-vous ?

A – Vous montez sur Iwabuchi pour éviter qu’elle frappe. Une bonne idée.
B – Vous montez sur Iwabuchi mais avec un temps de retard. Elle peut frapper, heureusement ça fuit le cadre. Ouf.
C – Vous ne montez pas sur Iwabuchi car vous avez confiance en vos partenaires. Risqué, mais payant. Bien vu.
D – Vous ne montez pas sur Iwabuchi et en plus vous vous tournez quand elle arme sa frappe. Utilité ? Zéro/20.

La bonne réponse est la D, comme Défense ? Apparemment Jen Beattie ne connait pas ce mot. Dommage que son poste soit en défense centrale. 1-0 pour le Japon après une erreur d’arbitrage. Tiens, ça me rappelle quelque chose. Derrière les Nipponnes vont pousser pour marquer le deuxième, mais les Ecossaises tiennent bien. Jusqu’à la 36e minute. Long ballon en profondeur pour Yuika Sugasawa. Rachel Corsie, capitaine, décide de lui accrocher l’épaule dans la surface alors que le ballon était bien trop fort pour la Japonaise. Et si cette dernière en fait des caisses, le geste de Corsie est inutile et provoque un penalty pour le Japon. Sugasawa se fait justice elle-même, 2-0 après une erreur de Corsie. Non vraiment ça commence à être troublant cette histoire.

A la pause, l’Ecosse a donc deux buts de retard, comme contre l’Angleterre. On espère donc voir autre chose au retour des vestiaires. Malheureusement on semble plus parti pour un 3-0 qu’un 2-1. La défense fait n’importe quoi et il faut une grande Lee Alexander pour empêcher le massacre. Jusqu’à l’entrée de Claire Emslie à la 60e qui va changer la donne. Sa vitesse et sa technique vont mettre l’Ecosse sur de bons rails. La réduction du score passe proche à la 77e avec un poteau de Cuthbert. Et puis arrive à la 85e. Sur un centre, une Japonaise touche volontairement la balle du bras alors qu’Erin Cuthbert avait contrôlé la balle de la poitrine. Alors qu’on attend que la VAR fasse son effet, rien. Nada. Wallou. Peanuts. Nordine un avis ?

Merci Nordine.

Récapitulons, en deux matchs on a pris deux buts sur des défenseurs qui ne montent pas, deux erreurs de Rachel Corsie, deux fois que la VAR nous encule, trois erreurs d’arbitrage flagrantes.

Bref, pas le temps de reprendre nos esprits que :

Lana Clelland, rentrée à la 76e, nous balance UNE LOURDE en pleine lucarne. 2-1 et on se met à croire au miracle. En vain. Deuxième défaite en deux rencontres. Ça commence à poquer du derche.

Les joueuses :

Lee Alexander (3/5) : Y’a eu 2-3 petits moments de flottement mais elle a encore sorti de grosses parades tout au long du match. Elle est au niveau de la compétition.

Kirsty Smith (2/5) : Pas grand chose à dire. Pas de coup d’éclats.

Jen Beattie (1/5) : Au secours.

Rachel Corsie (1/5) : AU SECOURS BORDEL T’ES CAPITAINE ET TU CHOKES PUTAIN MAIS MERDE LA. DEUX BUTS EN DEUX RENCONTRES.

Hayley Lauder (2/5) : Meh/20.

Lisa Evans (2/5) : Voir au-dessus. Remplacée à la 85é par Fiona Brown.

Jane Ross (2/5) : Peu en vue. Remplacée à la 78e par Lana Clelland qui est dans la course du But de la compétition.

Caroline Weir (1/5) : Mais elle a joué ? Genre vraiment ? Encore ?

Lizzie Arnot (1/5) : Ah bah c’était clairement pas top. Surtout quand on voit l’impact qu’a eu Claire Emslie (4/5) qui l’a remplacée à la 60e. Quelle entrée ! Quel impact !

Kim Little (2/5) : Pff, la pauvre elle a du composer avec le plan de jeu immonde de l’Ecosse qui était de balancer loin devant.

Erin Cuthbert (3/5) : Formidable joueuse. La seule a amener du danger. Elle mériterait de scorer dans cette compétition tant elle est une vraie leader. Et elle n’a que 20 ans.

Shelley Kerr (2/5) : Alors oui, c’est le Japon en face. Mais ce Japon était prenable. Gros regret quand on voit la fin de rencontre parce que l’Ecosse a le niveau pour faire chier les grandes nations. Mais y’a ce complexe d’infériorité qui semble être commun à tout le pays.

Le résumé du match :

N’hésite pas à claquer un follow sur twitter auprès de, @ScottishFR si jamais tu as envie d’en savoir plus sur le foot en Ecosse. Lâche un like, abonne toi à HorsJeu sur Twitter, fais un don en cliquant sur le bouton ci-dessous et partage si ça te plait.

Patrick Kiss-Mambo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.